Oïkos Kaï Bios Patrimoine Nature et Vie

photo © Patricia Faure

Le(la) Saint(e) du jour,

Pour rappeler les racines chrétiennes de la France et de l’Europe,

Une fois n’est pas coutume :

nous relayons un appel de fonds pour la restauration d’une église locale.

Il s’agit de l’église de Vétraz-Monthoux. Implantée sur ce lieu dès le XIIIème   Siècle, elle fut reconstruite en 1826 dans le style néoclassique sarde (brochure ). Pour les dons, les détails sont à cette adresse

photo © Patricia Faure

21 oct  St Hilarion (372), Abbé à Gaza

Selon St Jérôme,

St Hilarion le Grand est né en Palestine en 291, dans un village proche de Gaza (Thabatha)

Ses parents païens l’envoient faire ses humanités à Alexandrie, en Egypte. A 15 ans, il se convertit au christianisme et prend St Antoine comme modèle. Les foules qui venaient visiter Antoine pour recevoir sa bénédiction dérangeaient Hilarion dans sa prière. Antoine envoie alors le jeune garçon dans le désert, dans la région de Gaza. Il y guérit les malades qui viennent à lui et exorcise.

Comme son maître St Antoine, il subit de nombreuses tentations mais triomphe de toutes.

Pour échapper à la persécution de Julien l’Apostat (360-363) qui avait fait détruire son monastère, il trouve refuge en Lybie, puis il part en Sicile, où, à plus de 70 ans, il pense trouver la solitude. C’est sans compter sur son amour des hommes : il guérit à nouveau, exorcise les hommes et les animaux et attire ainsi les foules. Il part alors en Dalmatie, où  il convertit les habitants au christianisme. Il termine sa vie à Chypre. Il y meurt vers 372.

Hilarion a introduit la vie érémitique en Palestine et en Syrie où il a fondé plusieurs monastères.

en octobre

22 oct Ste Salomé la Myrophore, (1er S.), épouse de Zébédée et Mère des apôtres Jacques et Jean

23 oct St Théodorit (362), Prêtre et martyr à Antioche ;

St Jean de Capistran (1456), Frère Mineur  ....lire en page d'accueil;

21 oct  St Hilarion (372), Abbé à Gaza

Ste Ursule et ses compagnes (4ème S.) martyres à Cologne

20 oct  Ste Adeline (1125) Abbesse à Mortain (Normandie) ;

St Vital (730) Évêque de Salzburg

19 oct Ste  Laure (864) Martyre à Cordoue   

Dédicace de la Cathédrale de Reims (1211

18 oct St Luc (1er S.) Evangéliste 

17 oct Ste Marguerite-Marie Alacoque(1690)

16 oct

 Ste Hedwige (1243),

Duchesse de Silésie

15 oct

Ste Thérèse d’Avila (1582), Réformatrice du Carmel et Docteur de l’Église 

14 oct St Calixte 1er, Pape de 217 à 222  (880)

13 oct  St Edouard  (1066),  Roi d’Angleterre, confesseur

12 oct Le Bon Larron ;

Stes Herlinde et Relinde

  (8ème S.), Abbesses

bénédictines

11 oct Ste Bertille de

Maroeuil (687) ;

SteEthelburge(7ème S.)

10 oct St Daniel et ses

compagnons (1227),

Frères Mineurs Martyrs

au Maroc 

9 oct St Denis et ses

compagnons (3er S.),

Martyrs à Paris, St Denis

est Patron de Paris et de la Seine-St Denis  

8 oct Ste Pélagie la Pénitente (✝302),Martyre à Antioche (Province romaine de Syrie)

7 oct

Notre-Dame du Rosaire ;

Ste Justine (1er S.), Martyre

6 oct St Bruno   (1101)

 Fondateur des Chartreux

Transfiguration

du Seigneur, 1erS

5 oct St Memmie (3ème S.), Evêque de Chalons en Champagne;

Ste Nonna (374) Naziance (Cappadoce) ;

St  Thierry (862), Evêque d’Arras et Cambrai 

4 oct St François d’Assise (1226), Fondateur de l’ordre des Frères Mineurs 

3 oct

St Denys l’aéropagite (1er S.), Evêque d’Athènes ;

Ste Menne (4ème S.)

 ermite en Champagne et en Lorraine;

St Gérard de Brogne

(959), Fondateur de

l’Abbaye de Brogne

(Belgique);

2 oct Sts Anges gardiens;

St Alphonse-Marie de

Liguori

1er oct Ste Thérèse de l’Enfant Jésus (1897), Thérèse de Lisieux, Docteur de l’Église

19 oct Ste  Laure (864) Martyre à Cordoue

 Sainte Laure est l’une des 48 martyrs de Cordoue.

Née dans une famille noble de Cordoue, elle devint veuve après six ans de mariage. Retirée au monastère de Cuteclara, elle en fut l’Abbesse durant neuf ans. Elle fut torturée par les Sarrazins pour avoir refusé de renier sa foi : après l’avoir longuement frappée, le bourreau la plongea dans une chaudière de poix bouillante. Pendant les trois heures que dura son supplice, elle loua Dieu.

Elle est très vénérée en Espagne.

photo © Patricia Faure

17 oct Ste Marguerite-Marie Alacoque

Elle nait le 22 juillet 1647 à Vérosvres. Très jeune, elle montre une grande dévotion au Saint Sacrement et préfère la prière aux jeux. Elle fait vœux de se consacrer à la vie religieuse. Dès l’adolescence, elle est dotée de ses premières visions du Christ.

 

 

 

 

 

 

 

 


Après un essai de vie mondaine, elle entre chez les visitandines à 24 ans et y prononce des vœux perpétuels. Une apparition en 1675 la détermine à établir une vénération particulière pour le Sacré Cœur de Dieu. Elle consacrera toute sa vie à encourager cette dévotion. Elle meurt à Paray le Monial, le 17 octobre 1690 en prononçant le nom du Christ. Elle est canonisée en 1920.

photo © Patricia Faure

photo © Patricia Faure

15 oct  Ste Thérèse d’Avila

Elle est née le 28 mars 1515 dans une famille noble d'Avila en Castille. Elevée dans la foi chrétienne,  elle est attirée par la vie religieuse. A l'âge de douze ans, elle perd sa mère et demande à la Vierge Marie de lui servir de mère. Puis peu à peu elle devient une adolescente préoccupée d’élégance et de mondanités. Puis nouveau revirement,  elle entre à 20 ans au Carmel. Elle prend conscience alors que les pratiques religieuses de cet Ordre se sont dégradées et elle va entreprendre de le réformer en revenant à la Règle première qui tourne autour de la Pauvreté, de l’humilité et de l’obéissance. Elle fondera tout au long de sa vie de  nombreux couvents en Espagne. Sous son influence, d’autres naitront dans le monde. Au sommet de sa vie mystique, Thérèse vit l'expérience mystique rare de la transverbération. Elle a laissé de précieux écrits où elle insiste sur la prière et sur l’humanité de Jésus. Elle meurt en octobre 1582. Elle est canonisée en 1622 et faite docteur de l’église en 1970. Son corps a été exhumé plusieurs fois et est resté incorrompu. Elle repose aujourd’hui dans le couvent d’Alba de Tormès.

 


9 oct  St Denis et ses compagnons (3er S.),

Martyrs à Paris,

Selon Grégoire de Tours, St Denis, 1er évêque de Paris, est envoyé en Gaule par le pape : après Arles, c’est à Paris (Lutèce) qu’il prêche l’amour de la Vierge Marie. Les conversions sont nombreuses, l’empereur romain Valérien ordonne sa mise à mort ainsi que celle de ses compagnons Rustique et Eleuthère. Ils  furent décapités sur le Mont des martyrs, actuel Montmartre.

Il est dit que St Denis se leva, prit sa tête dans ses mains et chemina ainsi jusqu’à St Denis où se trouve son tombeau.

St Denis est Patron de Paris et de la Seine-St Denis.  St Denis, en plus de la ville éponyme, a donné son nom à un département. St Denis est aussi une basilique célèbre dans le monde entier en tant que nécropole royale, par exemple Charles Martel qui arrêta les arabes à Poitiers en 732 y est enterré

6 oct St Bruno (1101)

 Fondateur des Chartreux

Né vers 1030 à Cologne, Bruno appartient à une famille de notables de la ville.

Vers  l’âge de 15 ans, il vient approfondir ses études à Reims, à la réputée Ecole de la Cathédrale. Dès 1056, il est choisi par l’Archevêque Gervais pour diriger l’enseignement. Bruno garde cette chaire pendant plus de 20 ans. Il sera aussi chanoine et chancelier de la Cathédrale.

Alors que lui est proposée la direction de l’archevêché, Bruno va  renoncer à la vie séculière, convaincu de « la vanité des choses d’ici-bas ».

En 1083, avec deux compagnons, il se rend auprès de Robert de Molesmes, moine en charge de 35 prieurés. Ce dernier lui donne l’habit et l’autorise à se livrer à la vie contemplative à Sèche-Fontaine. Conseillé par Robert de Molesmes, il se rend avec six compagnons auprès de St  Hugues. L’Evêque de Grenoble avait vu en songe les 7 ermites sous l’apparence de 7 étoiles qui le guidaient vers un lieu désert de son diocèse où le Seigneur lui ordonnait d’élever un temple. St Hugues met à leur disposition une « solitude » dans le désert de Chartreuse. Bruno y élabore  ce qui deviendra la règle des Chartreux : solitude en cellule, liturgies communes et travail manuel.

En 1090, Bruno est appelé à Rome par Urbain II qui fut l’un de ses élèves à Reims ; le pape voulait recevoir ses conseils. Bruno est convoqué aux conciles de Bénévent (1091), de Troja (1093) et de Plaisance (1095). Il passe les dernières années de sa vie à l’ermitage de la Torre en Calabre où il meurt en 1101.

Un grand nombre de miracles eurent lieu sur son tombeau en Calabre et Grégoire XV le fit canoniser en 1623

4 oct  Saint François d’Assise 1182-1226 

Une grande figure de la mystique chrétienne. Il nait en 1182 dans une famille aisée. Son père, Pierre Bernardone, est un riche drapier. Après une jeunesse libre il prend conscience de la misère des pauvres et des lépreux.  Alors qu’il prie dans la chapelle de Saint Damien, il entend le Christ lui dire  "Répare ma maison qui, tu le vois, tombe en ruines." Il va opérer en douceur une réforme et beaucoup vont se joindre à lui dont celle qui deviendra Claire d’Assise. Il va fonder l’ordre des frères mineurs dont la mission est la prière, la pauvreté et l’évangélisation et par-dessus tout l’amour de la création dans tous ses aspects. Alors qu’il rédige une nouvelle Règle, il se sent fatigué et se retire sur le mont Alverne où il reçoit les stigmates du Christ. Il est le premier stigmatisé de l’histoire chrétienne.  Il compose en 1226, le "Cantique des Créatures" et le 3 octobre de la même année, il accueille, plein d’espérance, celle qui l’appelle « notre sœur la mort corporelle."

Pour cette vie exemplaire, il sera canonisé en 1228 par le pape Grégoire IX. Jean Paul II l’a fait patron de l’écologie en 1979.

Photo © Marie Berger

Photo © Patricia Faure

2 oct Saints  Anges gardiens

Dans la tradition catholique, chaque être qui vient au monde, qu’il soit chrétien ou non, voit sa vie confiée à un ange gardien. Les Anges Gardiens nous protègent et nous fortifient contre le mal sous toutes ses formes. Ils intercèdent pour nous auprès de la miséricorde divine. Ils visitent aussi les âmes du Purgatoire. Saint Bernard de Clairvaux nous recommande de respecter leur présence, de les aimer pour leur bienveillance, d’être confiant en leur protection et d’obéir à leurs bonnes inspirations.

Photo © Patricia Faure

en septembre

30 sept St Jérôme (420), Père et

Docteur de L’Église

29 sept St Michel, Archange

 28 sept St Venceslas (929), Duc de Bohême et martyr

27 sept St Vincent de Paul (1660), Fondateur de la Congrégation de la Mission et des Filles de la Charité

26 sept Sts Côme et Damien (3ème S.), Martyrs à Cyr, Syrie

25 sept St Firmin (4ème S.), premier Évêque d’Amiens

24 sept Notre-Dame des Grâces

St  Rustique (v.446), Évêque de Clermont, Auvergne

 23 sept St Pio de Pietrelcina (1968), Padre Pio, prêtre capucin 

22 sept St Maurice et ses compagnons de la légion thébéenne (v.287)  

21 sept St  Matthieu (1er S.), Apôtre du Christ et Martyr 

20 sept  St  Eustache (118), Martyr

 19 sept St Janvier (305), et Martyr à Naples

18 sept St Joseph de Cupertino (1663), Frère Mineur

 17 sept 

Ste Hildegarde von  Bingen (1179), Abbesse bénédictine, Docteur de l’Eglise; 

St Robert Bellarmin (1621), Jésuite, Docteur de l’Eglise

16 sept  Ste Edith de Barking (984), Abbesse de Wilton

15 sept Notre-Dame des sept Douleurs, mémoire liturgique ;

St Nicomède (6ème S.), Martyr à Rome ;

St  Valérien (178), Martyr à Tournus

14 sept  

Fête de la Croix glorieuse ;

St Pierre de Tarentaise (1174), Évêque

13 sept   

St Jean

Chrysostome

de Constantinople (407), Docteur de l’Église

12 sept  Le Saint Nom de Marie

St Autonome (3ème S.), Evêque et Martyr

11 sept St Marcel (6ème S.), 1er apôtre connu du Velay 

10 sept  St Agabius (438), Évêque de Novare (Piémont) ;

St Emilien (4ème S.) Évêque de Valence

9 sept Stes Osmane et Osanne (7ème S.), Ermites

8 sept  Nativité de la Vierge Marie

St Isaac (438), Arménien;

St Frédéric (1853), Frédéric Ozanam, fondateur de la Société St Vincent de Paul

7 sept St Grat (451), Évêque d’Aoste.; Ste Reine (252), Martyre à Alésia ; St Cloud (560), Moine près de Paris.

6 sept St Donatien et ses compagnons (484), Martyrs à Carthage ;  St Magne  (7ème S.) Abbé en Bavière

5 sept 

Ste Raïssa (4ème S.) Martyre à Alexandrie ; St Gennebaud

(550), 1er Evêque de Laon

4 sept Ste Rosalie (1170), Vierge à Palerme (Sicile), Patronne de la ville.

3 sept St Grégoire le Grand (604), Pape, Docteur de l’Église

2 sept Ste Ingrid de Skänninge (1282), Princesse suédoise ;

Ste Théodote ( v. 304), Martyre à Nicée en Bithynie

 1er sept St Gilles (720) Ermite, près de Narbonne 

24 sept Notre-Dame des Grâces ou Notre-Dame de la Merci

Au XIIIème Siècle, en Espagne, les soldats chrétiens chassaient les Maures. A cette occasion, nombre de chrétiens furent faits prisonniers et envoyés en Afrique du Nord, les Sarrazins réclamant des rançons.

Sous l’inspiration de la Vierge Marie, Pierre Nolasque, prêtre né en Catalogne, leur vint en aide. Il fonda avec Raymond de Penyafort l’ordre de Notre-Dame de la Merci (ou du Rachat des Captifs) : les religieux se constituèrent prisonniers à leur place, libérant ainsi les soldats d’origine modeste qui ne pouvaient pas payer.

La fête de Notre-Dame de la Merci fut instituée pour remercier l’intercession de la Vierge.

Photo © Marie Berger

22 sept St Maurice et ses compagnons de la légion thébéenne

Selon la tradition orale, rassemblée avec soin par St Eucher, évêque de Lyon, au Vème siècle,

L’empereur Maximien est devenu empereur d’Occident en 286.

Il a eu le projet d’exterminer les Chrétiens. Pour cela, il fit venir la légion cantonnée à Thèbes, en Egypte. Or, ces valeureux soldats étaient chrétiens, Maurice était l’un de leurs officiers. Ils ont refusé de tuer d’autres chrétiens : ils ont été exécutés en représailles.

L’abbaye de Saint Maurice d’Agaune (Valais), fut élevée par le roi burgonde St Sigismond, en 515, en l’honneur de St Maurice et de ses compagnons. C’est une communauté de chanoines vivant sous la règle de St Augustin. C’est la plus ancienne abbaye d’Europe occidentale ayant fonctionné en permanence depuis sa fondation. 

En France, 525 églises sont sous le patronage de St Maurice (47 en Savoie et Haute Savoie), 25 en Belgique et 44 en Suisse.

St Maurice est le Patron des Chasseurs Alpins.

photo© Marie Berger

photo © Marie Berger

18 sept St Joseph de Cupertino (1603-1663)

Il est né à Cupertino dans la région des Pouilles  en Italie. Il reçoit une éducation chrétienne dans une famille extrêmement pauvre et auprès d’une mère très dure qui le rejette.  Il va

devenir franciscain mais comme il est maladroit, il est accepté au début comme garçon d’écurie. Cependant, il fait montre d’une telle richesse spirituelle qu’il est admis au sacerdoce en 1628. Il va alors observer un jeune très strict tout en consacrant son temps à des tâches simples car pense-t-il, c’était tout ce qu’il est capable de faire. Toute sa vie est constellée de faits surnaturels : extase, miracles et même lévitation.  Comme souvent dans ce cas, l’église voit ces prodiges d’un mauvais oeil et demande qu’on le cache.  Il accepte sans se plaindre les déplacements, les emprisonnements, les moqueries.  Il A la fin de sa vie il sera abandonné à lui-même.

Une personnalité touchante qui se signale par son humilité, son acceptation des épreuves et sa grande bonté. Sa réputation de sainteté attirait les pèlerins qui finissaient toujours par retrouver sa retraite. Il est canonisé en 1767

photo © Patricia Faure

17 sept    Ste Hildegarde von Bingen (1098-1179)

Ses parents l’amènent très jeune au monastère bénédictin de Disibodenberg, elle a huit ans. «  Un cadeau pour Dieu ». Ce couvent à la particularité d’être mixte mais moines et moniales vivent dans des bâtiments séparés et sous l’autorité des moines. Elle y est éduquée et prononce ses vœux vers l’âge de 15 ans. Elle y est élue abbesse. En plus d’être une grande lettrée, elle est herboriste, elle soigne, elle écrit et compose de la musique et des poèmes mais aussi des traités théologiques et de médecine. Elle fut dotée de nombreuses visions, semble-t-il depuis l’âge de trois ans. Elle sera bientôt renommée et entretiendra une correspondance avec les grands de ce monde : le pape, saint Bernard de Clairvaux …. Elle fondera avec ses sœurs son propre couvent à Bingen. A une foi profonde, elle alliait beaucoup d’intelligence et de bon sens. Elle fut la première femme à prêcher.

Sa vie ne manqua pas d’épreuves, jalousie, persécutions par les frères, santé fragile…On l’a cru à plusieurs reprises à l’agonie. Mais non, elle avait encore à faire. Elle est en avance sur son temps, entre autre pour sa vision de l’homme et de l’univers où la science et la spiritualité moderne peut se retrouver.

Elle sera nommée Docteur de l’église par Benoit 16 en 2012

photo © Patricia Faure

12 sept  Le Saint Nom de Marie

Cette fête célèbre la victoire en 1683 du roi de Pologne, Jean Sobiesky contre l’invasion turque. La veille de la bataille, il avait fait célébrer une messe en l’honneur de Marie. Cette bataille était décisive pour défendre l’Europe chrétienne. Cette victoire fut

comprise comme l’intercession de la Vierge auprès de son Fils. Un Te Deum fut d’ailleurs chanté dès le lendemain de la défaite des turcs, à l’église Notre Dame de Lorette à Paris en remerciement. Cette fête fera alors partie du calendrier liturgique catholique. Supprimée après Vatican II, cette célébration est remise à l’honneur par Jean Paul II en 2002.

 © Patricia Faure

 11 sept St Marcel (6ème S.), 1er apôtre connu du Velay 

Le Velay dépendait de l’Évêché de Clermont en ces débuts du christianisme. Le Puy, comme Clermont, avait son quartier chrétien ou «vicus christianorum ».  C’est là que prit naissance  l’Eglise du Puy. 

Marcel, prêtre, y avait été envoyé par l’Evêque de Clermont pour rassembler les Chrétiens, propager le christianisme et fonder un évêché. Des inscriptions latines du VIème siècle mentionnent le martyr de Marcellus, peut-être dans une émeute de païens. Sa sépulture se trouvait dans une petite église dédiée à Notre Dame, devenue la grande église romane de St Marcel. A moitié détruite lors des guerres de religion, elle fut ensuite désaffectée à la Révolution. Ces vestiges sont sur la commune d’Espaly Saint Marcel qui lui doit son nom.

photo © Marie Berger

8 sept  Nativité de la Vierge Marie

L’une des treize fêtes mariales du calendrier. Célébration de la naissance de Marie, mère de Dieu. Elle est célébrée chez les catholiques comme chez les orthodoxes. Ses parents, Joachim et Anne ne pouvait avoir d’enfant. Joachim se retire pour 40 jours de jeûne dans le désert dans le but de recevoir l’aide de Dieu. Un ange vient lui annoncer qu’il aura une fille. Ce sera Marie dont la naissance est considérée comme miraculeuse.

photo © Patricia Faure

7 sept St Grat (451), Évêque d’Aoste

St  Grat est le 2ème évêque du diocèse d’Aoste. L’origine latine de son nom serait « gratia », la grâce.

Lors de son voyage en Palestine, il a trouvé la tête de St Jean Baptiste au fond d’un puits. Il l’a rapportée à Rome et a ramené la mâchoire inférieure à Aoste comme relique.

Son culte est répandu sur les deux versants des Alpes : St  Grat est Patron du diocèse d’Aoste et, en Savoie, de Conflans et de la Tarentaise.

Avec St Antoine et St Guérin, St  Grat est le protecteur des troupeaux. Il était aussi invoqué pour protéger les vignobles et les moissons.

Plusieurs communes lui font un honneur particulier avec une « chapelle St  Grat », ainsi on faisait sonner la cloche de celle du Promerat à la Baume (74) pour arrêter la tempête et la grêle et à Bonneval sur Arc (73) on allait prier à l’oratoire St Grat pour demander l’élimination des chenilles et des rats.

3 sept   St Grégoire le Grand (604), Pape, Docteur de l’Église

Issu d’une famille noble de Rome, après de solides études latines et grecques, Grégoire est nommé préfet de la cité en 573. La situation du pays est désastreuse, les invasions barbares l’amènent, avec d’autres nobles, à déclarer leur fidélité au pape. A la mort de son père, Grégoire démissionne de ses charges et forme une communauté religieuse, il veut se consacrer à la prière.

Il est élu pape à la mort de Pélage II en 590.

Il a beaucoup apporté à l’exercice du culte chrétien, entre autre la codification du chant liturgique appelé chant grégorien. Il a laissé de très nombreux écrits, dont l’unique témoignage ancien sur la vie de Benoît de Nursie, fondateur de l’Ordre des Bénédictins. On lui doit l’évangélisation de l’Angleterre.

Un évènement particulier a marqué son pontificat. Alors qu’il était à la tête d’une grande procession pour conjurer la peste, l’archange St Michel est apparu au sommet du mausolée d’Hadrien, devenu aujourd’hui le château St Ange. L’épidémie de peste s’est éteinte.

Grégoire meurt à Rome en 604.

photo © Patricia Faure

1er sept Saint Gilles l’Ermite

Il est né à Athènes où il est rapidement connu pour les miracles qu’il accomplit. Pour se soustraire aux solliciteurs, il part vivre dans le Languedoc au septième siècle. Il y sera ermite puis il devient abbé. Les grands de ce monde, rois et papes solliciteront ses conseils. Il meurt le premier septembre 720.  Là où il vécut s’élèvera une abbaye, Saint Gilles du Gard étape à la fois du pèlerinage vers Rome et vers Compostelle. Après sa mort, son culte se répandra rapidement et son tombeau deviendra un lieu de pèlerinage. Il est le patron des estropiés et des malades.

photo © Patricia Faure

27 août  Sainte Monique   (332-397)

Voilà une femme remarquable. Elle préfigure par son nom la vie monastique. Monique vient du grec monos : seul,  qui est aussi l’origine du mot moine. Elle sera mariée à un romain, Patricius. Il est païen, elle est chrétienne. Ce mari débauché et bien souvent violent lui permettra d’exercer sa patience et sa bonté. Il finira par se convertir. Ils ont eu trois enfants dont un garçon bien connu sous le nom de saint Augustin, lui aussi libertin dans tous les sens du terme. Elle le rejoindra en Italie où elle suivra les enseignements de Saint Ambroise, évêque de Milan. Enfin augustin se convertira à la foi chrétienne. Elle deviendra bientôt une de ses disciples,  reconnaissant la valeur spirituelle de ce fils bien-aimé. Lui rendra hommage de son côté aux grandes qualités de sa mère et à ses conseils toujours avisés. Elle meurt à Ostie après une vie consacrée à sa foi et à ses enfants. Sans doute pour cela, elle est la patronne des mères chrétiennes.

25 août  St Louis

Louis IX, fils de Louis VIII et de Blanche de Castille, succède à son père sous la tutelle de sa mère en 1226, date de son sacre à Reims. Il a 12 ans.

L’image d’un roi rendant la justice sous un chêne est restée dans les esprits grâce au  chroniqueur le Sieur de Joinville, jeune écuyer devenu familier du roi. C’est un hommage à son sens de la justice auquel il  faut ajouter sa profonde piété, sa charité envers les pauvres.

A 20 ans, il épouse Marguerite de Provence, il s’embarque avec elle pour délivrer la Terre Sainte en 1248. Il est fait prisonnier. De retour dans son royaume, il entreprend de grandes réformes, fonde des hôpitaux et des monastères. Il réalise son grand projet, la construction de la Sainte Chapelle, à la fois « sanctuaire royal » et « monumental reliquaire » destiné à recueillir la Couronne d’épines qu’il a acquise auprès de l’empereur de Constantinople.

Il fonde la Sorbonne en 1257. Sous son règne se poursuit aussi la construction de Notre-Dame de Paris. Tout au long de sa vie, il a eu le souci d’améliorer les liens avec l’Angleterre.

Il meurt de la peste à Carthage alors qu’il était en chemin pour la Terre Sainte.

photo © Patricia Faure

20 août St Bernard

Bernard de     Clairvaux 1090-1153

Une grande figure de la chrétienté européenne, Bernard de Clairvaux est né dans une famille noble bourguignonne. Après de bonnes études, il vivra la vie mondaine d’un noble de son temps mais il souhaite rapidement devenir moine. Il entre à l’abbaye de Citeaux en 1112. Il se signalera très vite par la rigueur de sa pratique monastique. En 1115, il fonde l’abbaye de Clairvaux. Pendant ses 38 ans d'abbatiat, Bernard créera 68 abbayes filles de Clairvaux. Travailleur infatigable, il sera un grand réformateur de l’ordre cistercien dans le sens du dépouillement. Très réputé et très écouté, il sillonnera l’Europe pour prêcher et y développer le culte marial. Son œuvre reste encore aujourd’hui une source d’inspiration pour le chrétien. Il sera canonisé en 1174 et déclaré Docteur de l’Eglise en 1830.

15 août   Assomption de la Vierge Marie

Croyance selon laquelle la Mère de Jésus n’est pas morte mais est entrée directement dans la Gloire de Dieu.

Les chrétiens orientaux parlent plus volontiers de Dormition.

La tradition est ancienne ; elle remonte au quatrième siècle. Grégoire de Tours est le premier à en faire état par écrit. C’est l’empereur Byzantin Flavius Mauricius qui au sixième siècle, en fera une fête

célébrée le 15 août.

En 1950, ce phénomène est déclaré «vérité de la foi chrétienne »

photo © Patricia Faure

14 août St Maximilien Kolbe

Il est né en Pologne dans une famille laïque franciscaine. Lui-même sera prêtre franciscain. A Rome, en 1917, il crée la mission de l’Immaculée, fondée sur la dévotion totale à la Vierge Marie, dont il avait eu une vision, enfant. Il œuvrera toute sa vie à promouvoir la vénération de la Mère de Jésus. Il édifiera une Cité de Marie, près de Nagasaki. Ce sera le seul bâtiment à ne pas être détruit par la bombe atomique. L’aide qu’il apportera aux catholiques et aux juifs lui vaudra d’être arrêté une première fois puis une seconde par la Gestapo. Il refuse de renier sa foi et il sera déporté. Il se portera volontaire pour  remplacer un prisonnier. Avec d’autres, il sera enfermé sans nourriture ni eau jusqu’à ce que mort s’ensuive. Il soutiendra ses compagnons jusqu’au bout. Il sera achevé par les nazis par une piqure de phénol. Il sera canonisé comme martyr par Jean Paul II.

13 août Ste Radegonde

Reine des Francs 519 ? – 587 

Fille du roi de Thuringe, elle était réputée pour sa grande beauté et son immense savoir. Elle était considérée comme l’une des femmes les plus brillantes de son temps. Elle fut la 4ème épouse du roi Clotaire. Ce dernier accepta qu’elle renonce à son titre pour servir les pauvres. Sur la terre de Saix, entre Tours et Poitiers, Radegonde fit construire un hospice, l’un des premiers de France.

Elle fonda à Poitiers un monastère qui portera le nom d’Abbaye Sainte-Croix. Ce couvent est occupé de façon continue depuis 552. Les religieuses, des Augustines Hospitalières, se sont déplacées en 1965 à Saint-Benoît (86), en  l’Abbaye désormais nommée Sainte-Croix de la Cossonière.

Des guérisons sont attribuées à Ste Radegonde. Elle est l’un des rares saints à avoir été canonisé par la croyance populaire, peu de temps après sa mort.

C’est la Sainte patronne de Poitiers

photo © Patricia Faure

en août

31 août St Aristide (2èmeS.) Philosophe à Athènes

;St Raymond Nonnat (1240), prêtre

30 août  St Fiacre (670) Ermite près de Meaux

29 août St Merry (Médéric) (7ème S.) Abbé

28 août  St Augustin (430), Évêque d’Hippone, Docteur de l’Église

27 août Ste Monique (387)

26 août Ste Nathalie de Nicomédie (4ème S.) ;

St Césaire d’Arles  (542), Évêque d’Arles, Père de l’Église

25 août St Louis (1270), Louis IX, roi de France 

24 août St Barthélémy (1er S.), Apôtre,

23 août Ste Rose de Lima (1617), Vierge

21 août St Privat (v.257), Evêque de Mende et martyr ;  

St Pie X (1914) Pape de 1903 à 1914

22 août St Symphorien d’Autun (1er S.), Martyr

20 août St Bernard (1153), Bernard de Fontaine, fondateur de l’Abbaye cistercienne de Clairvaux, Docteur de l’Eglise

19 août St Donat (535), Ermite près de Sisteron ; St Jean Eudes (1680), fondateur des Eudistes et de l’Institut Notre-Dame de Charité

18 août Ste Hélène (329) Impératrice byzantine

17 août St Mammès (v.274), ermite en Cappadoce,  martyr

16 août St Roch (1380), Pèlerin, protecteur invoqué lors des épidémies de peste

15 août Assomption de la Vierge Marie

14 août St Maximilien Kolbe

13 août Ste Radegonde  (587) Reine des Francs

12 août  Ste Jeanne Françoise de Chantal  (1641)

11 août Ste Claire d’Assise (1253) Fondatrice des Clarisses 

10 août  St Laurent de Rome (258), Diacre et martyr

 9 août  Ste Thérèse Bénédicte de la Croix (1942), Carmélite, martyre en Pologne, copatronne de l’Europe ; St Amour (8ème S.) Martyr

8 août St Marin (290), Martyr en Cilicie

7 août Ste Afra (304), Martyre à Augsbourg ;  St Donatien (4ème S.), Evêque de Châlons en Champagne

6 août  Transfiguration du Seigneur (1er S.), Mont Thabor

5 août St Abel de Lobbes (770), Bénédictin, Archevêque de Reims ; St Thierry (v.862) Evêque d’Arras et de Cambrai

4 août St Jean Marie Vianney (1859), Curé d’Ars

3 août  Ste Lydie (1er S.), convertie par St Paul ;

St Pierre Favre (1546), 1er prêtre de la Compagnie de Jésus

2 août St Pierre-Julien Eymard (1868) Fondateur de la Congrégation du St Sacrement

1er août St Félix(V.304), martyr en Espagne

photo © Patricia Faure

12 août Sainte Jeanne de Chantal   1572-1641 

 Elle reçoit une solide éducation selon le souhait de son père. Il la marie à Christophe de Rabutin, baron de Chantal. Elle aura 6 enfants. Elle est veuve à 29 ans. Elle ne se remarie pas et souhaite se mettre au service de Dieu. Pour cela, elle se met en quête d’un guide. Ce sera François de Sales alors évêque de Genève. Ils resteront en lien spirituel jusqu’à la mort de ce dernier et œuvreront de concert à l’établissement de l’ordre de la visitation que Jeanne de Chantal fondera en 1610 à Annecy. Un premier couvent s’ouvrira à Lyon en 1615. D’autres suivront bientôt. En 19 ans, elle en créera 87 dans toute l’Europe.  L’ordre deviendra cloitré sur décision d’Urbain VIII. Il est consacré à la visite et aux soins des malades puis à la contemplation. Jeanne sera béatifiée en 1751 et canonisée en 1767.


photo © Marie Berger

11 août Ste Claire d’Assise

Fondatrice des Clarisses (1193 ✝ 1253), elle est indissociable de François d’Assise qu’elle rencontre vers 1210 alors qu’il prêche à Assise. Rapidement, elle se convertit à cette vie entièrement dédiée au Christ. D’autres jeunes filles vont se joindre à elle. Elles vont se nommer «  Les pauvres dames », la pauvreté ainsi que la simplicité étant la marque de leur ordre. La Règle des Clarisses est acceptée en 1253, le 9 août par le pape Innocent IV. Claire rend son âme à Dieu deux jours après. 

photo © Patricia Faure

4 août St Jean Marie Vianney

Le bien connu Curé d'Ars (1786-1859), saint patron des curés depuis 1929

Jean Marie Vianney nait en pleine révolution et dans une famille paysanne. Il commence à aller à l’école à 17 ans. Il pâtira de ce retard scolaire en particulier lorsqu’il souhaitera devenir prêtre. Il a de réelles difficultés et il est renvoyé du séminaire. Mais sa vocation ne faiblit pas. Il est finalement ordonné le 13 août 1815 au grand Séminaire de Grenoble. Il est rapidement nommé à Ars sur Formans où il restera 41 ans. 230 foyers, pas plus. Et encore n’est-il pas curé mais  chapelain.  Très vite ses paroissiens sont conquis et il acquiert bien au-delà de cette commune, une grande réputation pour ses confessions, ses conseils et ses prêches mais aussi pour sa bonté, sa simplicité et sa gaieté.  Ce seront bientôt jusqu'à 100.000 pèlerins par an qui viendront vers lui.

Il dort peu, mange peu et donne le peu qu’il a. Il fut toute sa vie, dit-on, tourmenté par le grappin, comme il l’appelait, le diable. Mais il fit aussi des miracles. Il meurt à Ars le 4 août 1859 après une vie entièrement dévoué à sa tâche.

3 août St Pierre Favre (1546),

Pierre Favre que l’on nomme aussi Pierre Faber est né en Hte Savoie, au hameau du Villaret à St Jean de Sixt. Ses parents, catholiques très pieux, l’élèvent dans la foi. Vers 7 ans, il connaissait par cœur le catéchisme et il l’enseignait à ses camarades, bergers comme lui.

 Ses succès à l’école de Thônes lui ouvrent les portes du Collège de La Roche-sur-Foron où il écrira un « Traité des sacrements » en écoutant les leçons de son maître. Il a la soif d’apprendre et va étudier à Paris. Au collège Montaigu, à deux pas de la Sorbonne, il loge avec François-Xavier de Jassi : en 1529, ils accueillent Ignace de Loyola et cette rencontre sera décisive. Ils seront les plus proches compagnons du fondateur des Jésuites.

Au contact d’Ignace, Pierre s’ouvre au discernement des esprits et il choisit de devenir prêtre alors que diverses « carrières » s’offrent à lui. Il fut le premier prêtre jésuite. 

   A Montmartre, dans la chapelle du Martyre, 7 compagnons prononcent leurs vœux en 1534 et c’est Pierre Favre, seul prêtre du groupe, qui célèbre la messe.

Devenu docteur en théologie, Pierre Favre suivra Ignace de Loyola à Rome. Bien que sollicité par le Légat du Pape, il habitera à l’hôpital, près des malades et des indigents. Il se consacrera à la prédication des Exercices spirituels d’Ignace.

Au gré des missions confiées par le pape, Pierre parcourt l’Europe en pèlerin. Il sera envoyé en Allemagne où les Chrétiens se déchirent du fait de la Réforme.

Pierre Favre arrive à Rome en 1546. Il y mourra de fatigue après avoir fondé plusieurs collèges jésuites en Europe.

photo © Patricia Faure

31 juil St Ignace de Loyola (1556)

Il nait au château de Loyola dans une famille de petite noblesse basque espagnole. Orphelin, il part à 15 ans à la cour du roi d’Aragon, Ferdinand le Catholique. Il y exercera diverses fonctions pendant 10 ans. Il sera ensuite soldat et sera blessé gravement lors du siège de Pampelune. Pendant sa convalescence, il lit des ouvrages religieux et dans un rêve, voit la vierge et l’enfant Jésus. Il se retire alors dans une grotte proche de l’abbaye bénédictine de Montserrat. C’est là qu’il comprend sa vocation. Il sera un homme de Dieu parmi les hommes. Il commence la rédaction des exercices spirituels. Au retour d’un pèlerinage en Terre Sainte. Il étudiera pendant plus de 10 ans. C’est à Montmartre qu’il fait avec quelques compagnons, vœu de pauvreté, de chasteté et d'obéissance et qu’il  fonde la "Compagnie de Jésus". Cette fondation sera validée par le pape Paul III en 1540. Inigo  sera le premier supérieur général de cet ordre de lettrés rigoureux et travailleurs. Il envoie ses compagnons au travers de l’Europe pour fonder des écoles et des séminaires. Il meurt le 31 juillet 1556 à Rome. La compagnie de Jésus compte alors plus de 1000 membres répartis dans 12 provinces, 72 résidences et 79 maisons et collèges. Béatifié en1609, il est canonisé en 1622.

en juillet

31 juil St Ignace de Loyola (1556), Fondateur de la Compagnie de Jésus 451),

30 juil Ste Juliette (303) Martyre en Cappadoce ;  

St Pierre Chrysologue (451), Évêque de Ravenne, Docteur de l’Église

29 juil Ste Marthe (1er S.) Disciple du Christ, sœur de Lazare

28 juil St Samson (565) Évêque de Dol

27 juil Ste Nathalie et ses compagnons  (852) ; St Siméon Stylite l’Ancien (459) Ascète en Syrie

26 juil  Sts Anne et Joachim (1er S.) Mère et père de la Vierge Marie

25 juil St  Jacques le Majeur Apôtre (44);

St Christophe (3ème S.) Martyr en Lycie, St Patron des voyageurs 

24 juil Ste Christine (V. 300) martyre

23 juil Ste Brigitte de Suède (1373)

 22 juil Ste Marie Madeleine (1er S.) Disciple du Christ ; St Auban (v.304) premier martyr anglais

21 juil   ; St Laurent de Brindisi (1619) Capucin, Docteur de l’Eglise

20 juil Ste Marguerite (305) (Ste Marine d’Antioche) ; St  Aurèle (430) Evêque de Carthage ; St Elie (9ème  S. Av JC) Prophète

19 juil Ste Macrine la Jeune (379); St Arsène (449) 

18 juil Notre-Dame de Bonne Délivrance ; St Frédéric (838) Evêque et martyr à Utrecht 

17 juil  Bses Carmélites de Compiègne (1794) martyres

16 juil Notre–Dame du Mont Carmel (Terre Sainte) ;

Sts Monulphe et Gondulphe, Evêques de Maastricht (6ème S.) 

15 juil Saint Bonaventure 1217 à 1221 ?-1274 Lire en page d'accueil

14 juil St Boniface de Savoie (1270) Chartreux, Evêque de Belley puis Archevêque de Canterbury;

13 juil St Etienne le Sabaïte (794), ermite en Palestine; St Henri (1024), Henri II, Empereur Romain–Germanique; Bx Jacques de Voragine (1298) Frère Prêcheur

12 juil St Juventiole (6ème S.) Moine de Condat, Jura 

11 juil St Benoît (547)

10 juil St Ulric (1093)

9 juil Ste Everilde (7er S.) Abbesse

8 juil Sts Aquila et Priscille (1er S.), convertis par St Paul à Corinthe ;

Bx Pierre l’Ermite (1115) Prédicateur itinérant

7 juil Ste Aubierge (695) Abbesse de Faremoutiers ;

St Raoul (Ralph Milner) (1591) martyr

6 juil Ste Dominique (4ème S.) Vierge et martyre en Campanie ;  St Thomas More (1535) chancelier du roi Henri VIII d’Angleterre, martyr      

5 juil St Antoine-Marie Zaccaria (1539) Fondateur des Barnabites

4 juil St Florent (4ème S.) Evêque de Cahors ; Ste Elisabeth du Portugal (1336), Reine

3 juil Saint Thomas

2 juil St Martinien  (1er S.) Martyr

1 juil St Thierry (533) Abbé près de Reims

photo © Patricia Faure

29 juil Ste Marthe (1erS.) Disciple du Christ, sœur de Lazare

Elle fut une disciple du Christ qui aimait dit-on venir se reposer dans sa maison, à Béthanie, Elle est la patronne de tous ceux qui accueillent tant elle était elle-même hospitalière  pour sa famille et pour ses hôtes. Après la mort du Christ, elle s’installe en Provence avec son frère Lazare et sa sœur Marie de Béthanie. On la retrouve près de la ville de Tarascon. C’est elle, qui nous dit La légende Dorée vainquit le monstre, la Tarasque qui terrifiait toute la région, par la simple présentation de la croix. Toute la population s’est ensuite convertie. Elle fut très révérée au Moyen-Age pour cette grande vertu de l’hospitalité, qualité très importante à l’époque. Cette femme travailleuse, active a servi aussi de  modèle aux souveraines du XIIIe siècle, en particulier à Jeanne de Constantinople, comtesse de Flandre et de Hainaut


 

photo © Patricia Faure

15 juil Saint Bonaventure 1217 à 1221 ?-1274 

Né à en Italie, il est fils de médecin. Il va étudier les Arts et Lettres à Paris. C’est à cette

occasion qu’il entre chez les frères mineurs à 22 ans. Il prend le nom de Bonaventure. Elève

intelligent et travailleur, il commence à enseigner en 1248. Il est nommé ministre général de l'Ordre des franciscains. Il œuvre à l’unité de l’ordre en Europe. En même temps il enseigne, prêche et écrit et accomplit sur l’ordre du Pape,  des missions diplomatiques. En 1273, le pape Grégoire X l’élève à la dignité de cardinal. 

Il meurt à Lyon en 1274, où il avait organisé un concile. Il laisse l’une des œuvres spirituelles parmi les plus importantes.

Il est fait docteur de l’église par Le Pape Sixte-Quint en 1587.

photo © Marie Berger

11 juil St Benoît (547)

Benoît de Nursie, patriarche des moines d’Occident.

Jeune noble de Nursie, en Ombrie, il se rend à Rome faire des études. Il quitte Rome qu’il juge trop tentatrice, car c’est « Dieu seul » qu’il cherche. Après avoir vécu en ermite dans une caverne de Subiaco, il organise la vie de  disciples en prieuré : c’est la naissance de la Règle Bénédictine. Dans la journée du moine le travail utile s’ajoutait à la prière, le nom de Benoît sera associé à l’idée de travail, d’où l’expression « travail de bénédictin » pour une tâche ayant demandé de la persévérance.

Benoît s’établit durant près de 20 ans au Mont Cassin, premier monastère Bénédictin au monde.

 Benoît est le Saint Patron de l’Europe : il est le fondateur du monachisme occidental. Sa vie et ses œuvres font partie des fondations de la civilisation et de la culture Occidentales.

Ses reliques sont à St Benoît sur Loire, avec celles de sa sœur Ste Scholastique fêtée le 10 février.       

photo © Patricia Faure

3 juil Saint Thomas

Il est, comme d’autres disciples, pêcheur sur le lac de Tibériade et choisi par le Christ. Il est connu pour son scepticisme. Il ne croit que ce qu’il voit, ce à quoi le Christ lui répond : « Heureux ceux qui croient sans avoir vu ». Avec Saint Barthélemy, il part évangéliser la Syrie, la Mésopotamie et la Thrace. Il va jusqu’au Kérala. C’est vers l’an 79, qu’il est tué par un prêtre païen, jaloux de ses miracles. Il est enseveli à Mylapore. Ses reliques furent transportées en 232 à Urfa en Turquie. Pour d’autres, elles sont à Ortona dans les Abruzzes à la basilique San Tommaso Apostolo. Il est le patron des architectes

photo © Patricia Faure

en juin

30 juin St Martial (3ème S.) Évêque de Limoges

29 juin St Pierre et St Paul (1er S.) Apôtres, St Pierre a été le 1er Pape

28 juin St Irénée de Lyon (v.201) Évêque et martyr

27 juin St Cyrille d’Alexandrie (444) Père et Docteur de l’Eglise

26 juin St Anthelme de Chignin (1178) Évêque de Belley

25 juin Bx Jean d’Espagne (1160) Moine fondateur de la branche féminine de l’ordre

cartusien, puis de la Chartreuse du Reposoir (74) ; Ste Thècle (St Jean de Maurienne, 73)

24 juin  Nativité de  St Jean-Baptiste (1er S.) lire ci-contre

23 juin Ste Etheldrede (679) Abesse, fondatrice d’Ely, Angleterre

22 juin St Auban (v.304) premier martyre anglais

21 juin St Louis de Gonzague (1591) Jésuite, Mantoue

20 juin Ste Gemme (109) martyre portugaise venue en Aquitaine

19 juin Ste Hildemarque (v.686) abbesse à Fécamp ;St Gervais et Protais (2ème S.) martyrs à Milan

18 juin St Léonce de Tripoli (4ème S.), Liban (Phénicie) ;  St Guy de Baume (v.940) abbé de Baume-les-Messieurs (39) 

17 juin St Hervé (568) Abbé en Bretagne

16 juin St Jean François Régis (1640) Jésuite-apôtre du Vivarais

15 juin St Augustin, Evêque d’Hippone (430) Docteur de l’Eglise

14 juin St Elisé (9ème  S. av. JC) disciple et successeur du prophète Elie

13 juin St Antoine de Padoue (1231) Frère Mineur, Docteur de l’Eglise

12 juin St Onuphre (400) Anachorète en Egypte, patron des tisserands

11 juin St Barnabé (1er S.) Disciple et compagnon de St Paul, Apôtre

10 juin St Landry (656) Evêque de Paris, fondateur de l’Hôtel-Dieu ; St Landry (1050), moine, Hte Maurienne

9 juin St Ephrem le Syrien (✝373) Diacre et Docteur de l’Église

8 juin St Médard (560) Evêque de Noyon

7 juin St Gilbert (✝1152) Religieux prémontré

6 juin St Claude (✝699) Évêque du Jura

5 juin St Boniface (754) Apôtre des Germains, Archevêque de Mayence 

4 juin Ste Clotilde (545) Reine des Francs

3 juin St Kévin (618) Abbé de Glendalough, près de Dublin

2 juin Ste Blandine et Pothin (177) martyrs à Lyon

1er juin St Justin, Philosophe et martyr (165) Rome, Père de l’Église

photo © Marie Berger

24 juin  Nativité de St Jean-Baptiste (1er S.)

Après avoir mené une vie d’ascèse dans le désert en compagnie des Esséniens, Jean-Baptiste prophétisa la venue de Jésus de Nazareth. Il l’a baptisé sur les bords du Jourdain et l’a désigné comme l’Agneau de Dieu.

Jean-Baptiste, qui avait instauré le baptême dans l’eau et qui inquiétait le pouvoir romain par ses nombreuses conversions à la foi chrétienne, a reproché au roi Hérode Antipas son mariage avec Hérodiade, sa belle-sœur; Jean-Baptiste est emprisonné pour ce motif, puis il sera décapité.

St Jean Baptiste est le seul saint dont on fête la naissance car elle fut sanctifiée dès la visite de la Vierge à sa mère Elisabeth : « L’enfant tressaillit dans son sein et Elisabeth fut remplie de l’Esprit Saint ».

Sa fête est l’une des plus anciennes du calendrier, sa célébration est constatée dès le milieu du IVème  siècle. Il est représenté vêtu d’une peau de bête.

Référence : l’Evangile de Luc relate la naissance de St Jean Baptiste, au chapitre I, versets 39 à 80.

photo © Marie Berger

4 juin Ste Clotilde (545)

Reine des Francs.

Fille du roi Burgonde Chilpéric II (le Jeune) et de la chrétienne Caratène, elle naquit probablement à Lyon, où l’on vénérait les martyrs Ste Blandine et St Pothin (fêtés le 2 juin). Après la mort de son père, elle eut pour tuteur son oncle Godigisel (ou Godegisel) roi des Burgondes de Genève subordonné à Gondebaud, roi de Bourgogne établi à Lyon.

Demandée en mariage par Clovis, dans le but de s’allier aux Burgondes contre les Visigoths, elle accepta pourvu que leurs futurs enfants soient élevés dans la foi chrétienne. Après la promesse de Clovis de recevoir le baptême,  par sa prière elle obtint la victoire des Francs contre les Alamans à Tolbiac en 496.

Ste Clotilde est la Patronne de l’aviation légère de l’armée de Terre.

 © Oïkos Kaï Bios 2007-2017

photo © Marie Berger