Oïkos Kaï Bios   Patrimoine Nature et Vie

Entrez un titre ici

photo © Patricia Faure

Le(la) Saint(e) du jour,

Pour rappeler les racines chrétiennes de la France et de l’Europe,

En février.....

25 févr

St Nestor de Pamphilie (460), Évêque de Magyydos (Sud de l’actuelle Turquie), Martyr ;

Sainte Aldetrude Abbesse ( 696)  .Lire en page d'accueil;

24 fevr

St Mathias, Apôtre

23 févr

St Florent de Séville (v.485), confesseur et Évêque

St Alexandre (4ème S.) Fondateur des Acémètes, qui se relayent pour la prière perpétuelle.

22 févr

Bse Isabelle de France, sœur de Saint Louis (1270) ;

Ste Marguerite de Cortone (1297).

21 février

St Pierre Damien (1072), Évêque d’Ostie, Docteur de l’Église

Nous nous étions inquiétés de la disparition de la Croix d’Ambilly

Nous avions donc écrit au maire, Monsieur Mathelier qui nous avait entièrement rassurés en nous informant que la croix allait être restaurée et replacée dès que possible. Nous avons eu le plaisir de constater que, aussitôt dit, presque aussitôt fait.

photo © Patricia Faure

      La Croix d’Ambilly

C’est un élément du patrimoine historique de la commune que l’on connaît par le nom d’un carrefour.

Au XVIème siècle, le protestantisme se développe aux portes de la Savoie Catholique.

Pour mémoire, Guillaume Farel prêche à Genève en 1532, il est chassé par les paysans restés attachés au culte des saints mais il y revient sous la pression de Berne, Calvin y est appelé en 1541. Depuis 1522, l’évêque de Genève est en résidence à Annecy et en 1535, la messe catholique est interdite à Genève.   

En 1597, l’évêque est Claude de Granier. Il a pour neveu Saint-François de Sales qui deviendra évêque en 1602. Ce dernier préside à Ambilly l’Oraison des Quarante heures et la procession qui suit ; il plantera à cet endroit une croix en bois. Elle sera remplacée par l’actuelle croix de granit datée de 1873 .

23 févr  St Alexandre (4ème S.) Fondateur des Acémètes, qui se relayent pour la prière perpétuelle;

Né vers 350 dans une île de la Mer Egée, il étudie à Constantinople. Après une carrière militaire il se retire au désert en Mésopotamie. Ses disciples sont nombreux. Il leur donne la règle de chanter sans cesse l’office liturgique, chacun dans sa langue (grecs, romains, syriens et égyptiens).

 

Il fonde à Constantinople le Monastère Saint Marcel où les moines se relaient pour la prière perpétuelle ; ce sont les Acémètes, appelés aussi « vigilants ». Cette règle inspira de nombreux monastères.

 

 

22 févr  Ste Marguerite de Cortone (1297)

Née dans une famille paysanne de Toscane, elle perd sa mère à 7 ans. Son père se remarie ; elle sera rejetée par sa belle-mère.

Elle aura un enfant par un jeune noble qui lui promet le mariage.

Après la mort de ce dernier, elle se réfugie chez des Franciscains.

Ayant fait l’expérience de la Divine Miséricorde, elle se consacre à la charité et à la prière. En 1226, elle fonde à Cortone une communauté de femmes ainsi que l’hôpital de Sainte Marie du Pardon.

Elle meurt en 1297. Son corps toujours intact repose à Cortone, dont elle est la sainte Patronne. Elle y est l’objet d’une grande dévotion.

Benoît XIII la canonise en 1728.

20 févr Ste Hyacinthe Marto, (1910-1920), apparition de la Vierge à Fatima

Elle est l’une des trois enfants à qui apparurent Marie à Fatima entre le 13 mai et le 13 octobre 1917. Sa famille est pauvre et elle est bergère comme son frère Francesco et sa cousine Lucia. Le 23 décembre 1918, Jacinthe et son frère tombent malades, victimes de la grippe espagnole qui fit des ravages en Europe en 1918. Elle meurt le 20 février 1920. Elle a bénéficié pendant toute sa maladie d’apparitions de la Vierge. Hyacinthe et son frère sont béatifiés le 13 mai 2000 par le pape Jean Paul deux. Ils sont canonisés le 13 mai 2017 à Fatima.

18 février  Ste Bernadette Soubirous (1844-1879)

Elle naît dans une famille particulièrement misérable. Elle a 14 ans, lorsqu’ entre le 11 février et le 16 juillet 1858, elle est dotée de 17 apparitions. Au cours de l’une d’elles, Bernadette a

creusé le sol pour y prendre de l’eau. L’eau de cette source est rapidement jugée miraculeuse

et il commence à être question de guérisons. Une commission d’enquête, mise en place par l’évêque de Tarbes, en juillet 1858, se prononce en faveur de ces apparitions en 1862. En quelques mois, Bernadette et son village seront célèbres dans le monde entier. En 1864, pour trouver la paix, elle entre chez les sœurs de la Charité à Nevers. Elle vivra là pendant treize ans comme une religieuse ordinaire. Elle mourra à 35 ans. C’est à l’occasion du procès de béatification, que son corps est exhumé. Il est retrouvé dans un parfait état de conservation

Elle sera béatifiée le 14 juin 1925, puis canonisée le 8 décembre 1933 par le pape Pie XI. Le sanctuaire de Lourdes accueille environ six millions de personnes chaque année.

.....en février

20 févr 

Ste Aimée (1252), Nièce de Ste Claire d’Assise.;

Ste Hyacinthe Marto, (1920), apparition de la Vierge à Fatima.

19 févr

St jacques Baradée (578), moine syrien

18 févr

Ste Bernadette Soubirous  (1879)  

17 févr

SThéodule (309), Martyr en Palestine ;

Bx Antoine Leszczewicz (1943), prêtre et martyr

16 févr

Ste   Julienne de Nicomédie (4ème S.)   Martyre en Bithynie (Asie Mineure)  

St Siméon, Évêque de Metz (4ème S.) 

15 févr

St Claude La Colombière (1682), Jésuite, confesseur de Ste Marguerite Marie 

14 févr

Sts Cyrille et méthode (9ème S.), Apôtres des Slaves ;

St Valentin (v.269), Martyr et Évêque de Terni (Italie)

13 févr

St Gilbert (1009), Évêque de Meaux

12 févr

St Mélèce (381), Évêque d’Antioche  (Syrie) ;

11 févr

St Séverin (508), Abbé de St Maurice en Valais ;

Notre-Dame de Lourdes  

10 févr

Ste Scholastique (543), Moniale, sœur de St Benoît 

9 févr

Ste Apolline, martyre à Alexandrie (249) ;

 Bse Anne Catherine Emmerich

8 févr

St Nicet, (613), Évêque de Besançon ;

St Sévère d’Antioche (538), moine et patriarche 

7 févr  

St Trésain (6ème s.), curé de Mareuil, irlandais d'origine ;  

Bx Thomas Sherwood ( 1578),  martyr en Angleterre (il avait refusé de faire allégeance à la reine Elisabeth 1ère) 

6 févr

St Gaston Vaast (540), Évêque d’Arras

5 févr   

St Avit, Évêque de Vienne

4 févr

Ste Véronique (1er  S.), a essuyé le visage du Christ montant au Golgotha.

3 févr

St Blaise de Sébaste (316), Martyr en Arménie

2 févr

Ste  Hadeloge (8ème S.), Vierge au Monastère de Kintzingen (Franconie), fille de Charles Martel ;

Ste  Jeanne de Lestonnac (1640), fondatrice de la Compagnie de Marie Notre-Dame, nièce de Montaigne 

1er févr

Ste Brigitte de Kildare (523), Abbesse en Irlande ;

St Agrève (7ème S.), Évêque du Puy

16 févr  St Siméon, Évêque de Metz (4ème S.)

Saint Siméon est le 7e évêque de Metz. Il est originaire de Crête. De nombreux miracles ont eu lieu sur son tombeau, d’abord dans la crypte de Saint Clément, puis, dès 785,  dans l’église St Pierre de l’Abbaye de Senones.

15 févr  Saint Claude La Colombière  (1641 - 1682)

D’origine lyonnaise, il entre dans la Compagnie de Jésus à 17 ans. Il est nommé au collège de Paray le Monial.

Très vite reconnu pour la profondeur de ses prêches, Il est nommé confesseur des sœurs du couvent de la Visitation et plus particulièrement en charge de Marguerite-Marie Alacoque qui avait bénéficié de visions du Sacré Cœur de Jésus. Marguerite-Marie avait reçu de Jésus l’annonce de la venue d’un ami. Ce fut Claude La Colombière. Il devint celui par lequel le Christ va diffuser dans L’Église le culte de son Cœur transpercé, révélé à sainte Marguerite-Marie.

Après un court séjour en Angleterre,  il est de retour à Paray Le Monial où il mourra de la tuberculose.

 Il est canonisé en 1992 par Jean Paul Deux.

14 févr  St Valentin (v.269), Martyr et Évêque de Terni (Italie)

Il fut prêtre et évêque de Terni en Italie. Il fut réputé pour son talent de médecin. Claude 2, empereur des romains lui demande de renier sa foi chrétienne. A sa manière douce et tranquille, il refuse et sera décapité en 280. Il mariait en cachette de jeunes chrétiens. De là sans doute vient qu’il fut dans le Haut Moyen-Âge désigné comme le  saint protecteur des amoureux.  Le pape Gélase a fixé sa fête au 14 février par un décret de 495.

 

13 févr St Gilbert (✝1009), Évêque de  Meaux

Né en 950 à Ham, sur la Somme, dans le Vermandois (Haute Picardie), Gilbert est chanoine à Saint Quentin. Il est ensuite archiprêtre de Meaux, puis évêque en 995.

En 998, il signe une charte en faveur de l’Abbaye de Saint-Denis. Il soutient l’Abbaye St Pierre de Melun et partage les biens de l’église de Meaux avec l’abbaye, à la demande des chanoines.

Il meurt à Meaux en 1009, de nombreux miracles eurent lieu sur son tombeau.

Ses reliques seront pillées par les huguenots en 1562.

11 févr Notre-Dame de Lourdes

Entre le 11 février et le 16 juillet 1858, Bernadette Soubirous bénéficie de 18 apparitions de La Vierge Marie, à la grotte de Massabielle près de Lourdes. Elle se présente comme l’Immaculée Conception, confirmant ainsi le dogme proclamé par Pie IX, trois ans plus tôt. Le message qu’elle lui délivre est d’œuvrer à la conversion des pêcheurs et à établir dans ce lieu une église et un pèlerinage. Lourdes est aujourd’hui un des plus grands lieux de vénération de la Vierge et d’espoir de guérison pour de nombreux malades.

 

10 févr Ste Scholastique (✝543), Moniale, sœur de St Benoît

Issue d’une riche famille, c’est la sœur jumelle de Benoît de Nursie. Elle fonde  près du Mont Cassin un monastère qui adopte la règle de St Benoît.

Scholastique et Benoît ont coutume de se rencontrer une fois l’an, dans une maison proche.

Une fois, elle lui demande de rester la nuit ; il refuse, c’est la règle. Elle prie et, alors que le ciel est serein, un violent orage éclate et oblige Benoît à rester.

Au moment de sa mort, Benoît vit une colombe s’envoler vers le ciel.

Lorsque le corps de St Benoît  est rapporté d’Italie en pays de Loire, celui de Ste Scholastique est rapporté au Mans. Ses reliques sont offertes au Couvent de Juvigny-sur-Loisin dans la Meuse. Elles sont exposées chaque année à Juvigny-sur-Loison lors des processions.

Elle est la protectrice des enfants.

9 févr    Bse Anne Catherine Emmerich

Anne Catherine Emmerich nait en 1774 en Rhénanie-du-Nord-

Sa famille est modeste et elle sera très tôt domestique. Elle entre chez les Augustines en 1802.

Elle aura toute sa vie de gros problèmes de santé.

Elle est stigmatisée et vit chaque vendredi la passion du Christ.

Elle bénéficie de très nombreuses visions et vit dans un jeune perpétuel.

Le poète Clemens Brentano viendra vivre auprès d’elle et transcrira toutes ses visions. C’est avec les renseignements qu’elle donne que l’on découvrira la maison de la vierge Marie en 1881.

Elle meurt en 1824 et elle est enterrée dans la crypte Dülmen 

8 févr  St Sévère d’Antioche, moine et patriarche (538)

Sévère est né vers 456 en Pisidie (Asie Mineure). Lors de ses études à Alexandrie puis à Beyrouth il reçoit le baptême.

Il renonce à devenir avocat et prend l’habit de moine. Retiré dans le désert, il fonde un monastère à Gaza.

Il sera patriarche d’Antioche de 512 à 518 ; à cette occasion, il combat les courses de char en raison du sort cruel subi par les chevaux.

Il laisse de nombreux écrits traduits en syriaque. Il est l’un des principaux théologiens à l’origine de la liturgie copte.

Sévère est saint de L’Église syriaque orthodoxe, de L’Église copte et de L’Église arménienne

7 févr Bx Thomas Sherwood (✝ 1578),  martyr en Angleterre 

Né vers 1552 à Londres, Thomas Sherwood est marchand drapier. Il se destine à la prêtrise et se rend pour se faire au séminaire de Douai. Il rentre à Londres pour assister son père qui se fait vieux et qui est malade. Il est très critique à l’égard de la reine Elizabeth première qu’il considère comme une excommuniée (elle est anglicane). Il est dénoncé et arrêté. Il sera torturé pour l’obliger à reconnaître la religion royale ce qu’il refusa.  Il est pendu à Tyburn en 1578.

6 févr  St Gaston Vaast (✝540), Évêque d’Arras

Sans doute né dans une famille noble gallo-romaine. Il devient moine-ermite dans la région de Toul. Lorsque Clovis passe à Toul pour se rendre à Reims, il souhaite rencontrer Vaast. Ce dernier donnera au roi ses premiers enseignements sur la foi chrétienne. Il sera fait évêque et envoyé à Cambrai et Arras. Il guérit les aveugles et les estropiés. Il fait rebâtir églises, maisons et granges, endommagés par les invasions. Il ordonne des prêtres et les envoie dans les campagnes baptiser, prier et enseigner.  En quarante ans de présence,  Vaast évangélise son diocèse.  

5 févr        St Avit, Évêque de Vienne  (525)

  AVITUS Sextus Alcimus Ecditius, Evêque de Vienne.

Issu d’une noble famille de Gaule, il succéda comme Évêque à son père Esychius, sénateur romain lui aussi Évêque de Vienne.

Diplomate réputé, le roi Clovis le consultait déjà avant sa conversion.

St Avit travailla à la  restauration d’églises et de monastères dont celui d’Agaune (Saint-Maurice-en-Valais) et il promut le culte des martyrs. Il intervint bien au-delà de sa circonscription épiscopale : par lettres, ou par émissaires interposés, jusqu’à Milan  Rome,  Constantinople, Jérusalem ….

Il réunit en 517 les 25 évêques du royaume de Bourgogne à Epaone (Albon dans la Drôme ? Agaune en Suisse ? ou Yenne en Savoie ?) : 40 canons furent rédigés lors de ce concile consacré à l’organisation de l’Église.

Plusieurs de ses écrits sont parvenus jusqu’à nous : des traités de théologie, des homélies et des poèmes.

L’évêque a converti à la foi catholique le roi Burgonde Sigismond et sa nièce Clotilde, future Reine des Francs et épouse de Clovis.

 

4 févr   Ste Véronique (1er  S.), a essuyé le visage du Christ montant au Golgotha

Véronique est l’une des femmes qui suit Jésus, qui le reconnait comme fils de Dieu.  Pendant la Passion, elle souffre de le voir souffrir. Pour le soulager,  Elle brave la foule sur le Chemin de Croix pour essuyer le visage de Christ. Elle a recueilli ainsi sur le linge dont elle s’est servi «  La sainte Face ».

2 févr  Ste  Jeanne de Lestonnac , fondatrice de la Compagnie de Marie Notre-Dame, nièce de Montaigne   1556-1640

 Montaigne, son oncle disait d’elle que « la nature en avait fait un chef d'œuvre ». Elle est élevée entre une mère fervente calviniste et un père, catholique convaincu. Mariée à 16 ans, elle aura 7 enfants. Veuve, elle va se consacrer à la vie religieuse. Elle entre chez les cisterciennes Feuillantines à Toulouse. En raison de sa santé, elle quitte cet ordre particulièrement sévère et avec quatre compagnes elle va se consacrer à l’éducation des jeunes filles. Elle fondera pour ce projet La Compagnie de Marie Notre Dame. A sa mort, la France compte 30 maisons de cette congrégation. Elle est canonisée en 1949 par Pie XII.

1er févr St Agrève (7ème S.), Evêque du Puy

Venu d’Espagne, il prêche l’Evangile sur le Haut Plateau du Vivarais, à la limite de la Haute-Loire et de l’Ardèche. Il est évêque du Puy au début du 7ème siècle.

Lors de l’un de ses voyages, il est attaqué et tué par des brigands. Une source jaillit sur le lieu de sa mort. C’était à Chinac, qui deviendra Saint-Agrève.

Ses reliques seront transférées au Puy ; une église y a porté son nom jusqu’à la Révolution. Aujourd’hui, elles sont à l’Eglise Saint-Georges et Saint-Barthélémy à Saint-Jeure-d'Andaure (Ardèche).

31 janvier  St Jean Bosco  (1888), Turin

Saint Jean Bosco est né en 1815, dans le Piémont. Ordonné prêtre en 1841, il se consacre aux jeunes des quartiers ouvriers de Turin.  Dans cette même ville, il ouvre avec sa mère une maison pour les déshérités qui deviendra l’Oratoire St François de Sales. Les activités y sont nombreuses : cours du soir, foyer d’apprentis, formations professionnelles, école secondaire, camps de vacances. Il rédige plusieurs manuels scolaires, publie une revue mensuelle et il met en place des contrats de travail pour protéger les droits et la santé des jeunes.Il fonde en 1854 la Société de St François de Sales (prêtres Salésiens) dont la mission est l’éducation des enfants défavorisés et en 1872 l’Institut des filles de Marie-Auxiliatrice (Salésiennes).

C’est l’un des grands pédagogues du XIXème siècle ainsi qu’un précurseur du Droit du travail.

Il meurt en 1888, il est canonisé en 1934 par le Pape Pie XI ; en 1958 Pie XII le déclare Patron des apprentis.

 

 

Aujourd’hui, une Twingo de 2017 émet environ 100 g/km  

 (http://www.latribuneauto.com/emissions-co2-renault-modele-twingo-occasion-2017-vide.html) donc, seules les voitures électriques ne seront pas pénalisées. En effet, la ZOË, par exemple, n’émet pas de CO2 : « Renault ZOE, la citadine 100% électrique qui réinvente la mobilité électrique. Profitez d'une conduite fluide et zéro émission » https://www.renault.fr/vehicules/vehicules-electriques/zoe.html

 

A ce propos, combien de CO2 émet réellement une voiture électrique ? Une recherche sur Google nous a apporté peu de renseignements.*

L’argument choc étant, l’électricité étant en majorité produite par les centrales nucléaires...lesquelles n’émettent pas de CO2. Peut-être, mais combien de pollution des rivières, des champs autour des centrales : augmentation des leucémies, entre autres. Et que fait-on des déchets ? Demandez aux habitants de la Meuse https://burezonelibre.noblogs.org/  , de l’Aube http://www.villesurterre.eu/index.php?option=com_content&view=article&id=30&Itemid=117  !  

Mais surtout, on oublie l’essentiel : le problème des batteries polluantes et la construction des véhicules.

 

*A Rouen, lors de la récente explosion de l’usine classée Seveso (LCI  ), pour le préfet, la qualité de l’air était « normale » (BFMTV  ), tout comme lors de l’incendie de Notre-Dame de Paris....

29 janvier  St Gildas (570), Abbé en Bretagne

Né en Écosse à la fin du Vème siècle, il a étudié dans un monastère du Pays de Galles. En 518, il est ordonné prêtre. Surnommé «Le Sage », son éloquence lui vaut de convertir ses compatriotes, puis le peuple de l’Irlande qu’il traverse et où il rencontre Saint Colomban. Il poursuit sa route en Armorique : il va vivre en ermite dans la presqu’île de Rhuys. Il y fonde une abbaye dont Abélard deviendra l’Abbé au XIIème siècle.

Il meurt à l’Île d’Houat en 570.

On célèbre le culte de St Gildas depuis le VIIIème siècle.

 

28 janvier  St Thomas d’Aquin (1274) Frère prêcheur

Thomas d’Aquin est né entre 1224 et 1225 au château de Roccasecca près d’Aquino dans l’Italie du sud. Très vite attiré par la vie monastique, il devient oblat dans l’abbaye bénédictine du Mont-Cassin. Il sera dominicain en 1244. Il partira étudier à Paris où il écrira la plus grande partie de son œuvre. Il est considéré comme l’un des plus grands maitres de la théologie chrétienne. Il est remarquable par la somme théologique qu’il nous a laissée, alliant la foi et la raison. Ses écrits ont formés des générations de prêtres jusqu’à aujourd’hui. Il meurt en 1274 à l’abbaye de Fossanova dans le Latium. Il a été canonisé en 1323 et fait Docteur de l’Eglise en 1567 par Pie  V. Sa dépouille est conservée sous le maitre-autel de l’église de l’ancien couvent des dominicains de Toulouse.

26 janvier St Albéric (1150-1109), Abbé de Citeaux

Il a été moine-ermite près de Châtillon sur Seine avant de devenir l’un des fondateurs de l’abbaye de Cîteaux. Il propose à Robert de Molesme de fonder avec d’autres ermites, un nouveau monastère. Ils vivront intégralement selon la règle de Saint Benoit. Cette communauté fut fondée en 1075 dans la forêt de Molesme. Albéric en devint le prieur. Il succède à Robert de Molesme en 1100.  Depuis cette période, le scriptorium de Cîteaux a fourni de nombreux manuscrits avec de très belles miniatures. Albéric changea le site du monastère pour l’endroit actuel en raison du manque d’eau à proximité. Il meurt à 58 ans, le 26 janvier 1109.

23 janvier  St Macaire (5ème S.), apôtre en Vendée 

Le Bas-Poitou gallo-romain est christianisé dès le IIIème siècle. A partir de la conversion de Constantin, la religion chrétienne va s’étendre : St Hilaire de Poitiers, St Martin de Tours vont prêcher sur les lieux d’anciens cultes celtiques.  Au VèmeS. Macaire, disciple de St Martin et moine, choisit le village d’ Espetven pour y fonder une communauté monastique dont il sera l’Abbé. Ce village se situe dans les Mauges (actuel Maine-et-Loire et ancienne province d’Anjou), et il se nomme aujourd’hui Saint-Macaire.

En janvier

31 janvier

Ste Marcella (410), moniale à Rome ;

St Jean Bosco  (1888), Turin

30 janvier

Ste Martine (226), Martyre à Rome

29 janvier 

St Gildas (570), Abbé en Bretagne 

28 janvier

St Thomas d’Aquin (1274) Frère prêcheur

27 janvier

Ste Angela Merici (1540), fondatrice des Ursulines à Brescia

26 janvier

St Albéric (1109), Abbé de Citeaux 

25 janvier

St Agilée (V.300), Martyr à Carthage (Afrique du Nord)

24 janvier

St Babylas (250), Évêque et Martyr à Antioche (Syrie)

23 janvier

St Salaman le silencieux (v.400), ermite en Palestine ;

St Macaire (5ème S.), apôtre en Vendée.

22 janvier

St Vincent (304), Martyr à Valence (Espagne)

21 janvier

Ste Agnès (304), Martyre à Rome  

20 janvier

St Sébastien (v.284), Martyr à Rome

19 janvier

St Macaire d’Égypte  (390), fondateur du monastère de Scété

18 janvier

St Maxime de Serbie (1546)

17 janvier

St Antoine le Grand (356), Ermite en Égypte 

16 janvier

St  Jacques de Tarentaise (429);

St Honorat (430), Abbé de Lérins et Évêque d’Arles

15 janvier

(✝530) St Rémi

14 janvier

Ste Nino (IVème S.), vénérée en Géorgie 

13 janvier

St Euphrasius (v.515) ; 

St Hilaire de Poitiers (367), Évêque, Docteur de l’Église..

12 janvier Ste Tatiana de Rome (226), martyre ;

St Ferréol (v.659), Évêque de Grenoble et martyr 

11 janvier

St Paulin  (804), Évêque d’Aquilée (Italie)

10 janvier

St Grégoire de Nysse (394)  Père de l’Église;

St Guillaume (1209) Archevêque de Bourges

9 janvier

Bx Joseph Pawlowski et Casimir Grelewski  Prêtres diocésains martyrs à Dachau (1942);

Bse Alix Le Clerc (1622) 

8 janvier

St Lucien de Beauvais (290)

7 janvier  

St Lucien d’Antioche, Évêque (312) ;

St Raymond de Penafort (1275)

6 janvier

Épiphanie du Seigneur, Adoration des Mages

5 janvier

St Edouard le Confesseur (1066) roi d’Angleterre

4 janvier

Ste Angèle de Foligno (1310).

3 janvier

Ste Geneviève, Vierge à Paris (502)

2  janvier 

St Basile le Grand, Évêque de Césarée (Cappadoce) (379), Docteur de l’Église 

1er janvier  

Ste Marie, mère de Dieu (1er S.).

21 janvier Ste Agnès (304), Martyre à Rome 

Agné, adjectif grec devenu Agnès en latin, signifie pur, intègre de corps et d’esprit.

Cette jeune fille de 13 ans a subi le martyre, à Rome, pour avoir défendu sa foi en Jésus Christ ; elle sera portée en exemple par Saint Ambroise, Évêque de Milan.

Selon la tradition, le jour de la Ste Agnès, le pape bénit les agneaux dont la laine servira à tisser le pallium, ornement porté par les nouveaux archevêques.

20 janvier St Sébastien (✝v.284), Martyr à Rome

Il est officier dans l'armée de Dioclétien et chrétien. Il lui est demandé d’abjurer sa foi ce qu’il refuse. Il est alors lié nu à un arbre pour servir de cible à ses propres soldats. Il fut achevé à coup de bâton.  Son culte commence au quatrième siècle. Il est évoqué par Saint Ambroise dans ses écrits.  Saint Damase fait construire une église au-dessus de sa tombe. Cette basilique est  l'une des sept principales églises de Rome. De nombreux lieux de culte lui sont consacrés en France. A Banyuls, le 20 janvier une procession en son honneur a lieu chaque année. Debussy lui dédie en 1911, un ballet et opéra intitulé « le martyre de Saint Sébastien »

17 janvier St Antoine le Grand (356), Ermite en Égypte

Il est né vers 251 dans une famille de chrétiens fervents.

Il se retire dans le désert après avoir distribué ses biens aux pauvres. Il y subit les tentations du diable dont il triomphera.

Il est considéré comme le fondateur de l’érémitisme chrétien

Ses reliques ont été rapportées de Terre Sainte par un seigneur du Dauphiné et déposées dans un village qui deviendra St Antoine l’Abbaye.

21 janvier

Ste Agnès

(304), Martyre à Rome 

 

17 janvier 

St Antoine le Grand (356), Ermite en Égypte

 

Il est né vers 251 dans une famille de chrétiens fervents.

 

Il se retire dans le désert après avoir distribué ses biens aux pauvres. Il y subit les tentations du diable dont il triomphera.

 

Il est considéré comme le fondateur de l’érémitisme chrétien

 

Ses reliques ont été rapportées de Terre Sainte par un seigneur du Dauphiné et déposées dans un village qui deviendra St Antoine l’Abbaye.

16 janvier St Honorat (430), Abbé de Lérins et Évêque d’Arles.

Honorat est né vers 370 à Trèves dans une famille aisée.

Il reçoit le baptême à 12 ans.

Plus tard, lui et son frère accueillent les pauvres sur leurs terres.

Ils finissent par vendre leurs biens et en distribuer le produit aux pauvres et ils partent pour l’Orient.

Après la mort de son frère en Grèce, Honorat revient en Gaule avec Caprais, un compagnon de route. Ils s’installent vers 410 sur une île de l’archipel de Lérins, au large de Cannes. 

Ils y vivent d’abord en ermite puis ils  fondent un monastère, sous la Règle de St Honorat.

Ce sera un grand centre spirituel qui est occupé aujourd’hui par des moines cisterciens.

Il devient évêque d’Arles en 425.La nuit de sa mort, à Arles en 430, de nombreux arlésiens eurent la vision d’Honorat accueilli par les anges.

 

15 janvier Saint Rémi (✝530)

Il est né vers 437 à Cerny-en-Laonnois, près de Laon, dans la bonne société gallo-romaine. Il est nommé évêque de Reims à 22 ans et le restera pendant 74 ans. Il sera nommé « Apôtre des francs » en raison du fait qu’il baptisa Clovis avec 3000 de ses guerriers mais aussi pour son organisation de sa province ecclésiastique. Il fut aussi un grand bâtisseur. Sur les terres que lui avait confiées Clovis, il fit construire nombre d’églises. Il était par ailleurs, un grand lettré et il nous a laissé de très nombreux écrits. Il est l'un des patrons de l'archidiocèse de Reims. Saint Remi a été enterré dans une petite église Saint-Christophe, devenue la basilique Saint-Remi à Reims. Lors de nombreux déplacement de sa dépouille, l’on a constaté qu’elle était demeurée intact

En 900, l'archevêque Hervé replace les reliques à Saint-Remi où elles ont été vénérées jusqu'à la Révolution française.

13 janvier  St Hilaire de Poitiers (367), Évêque, Docteur de l’Église

Il nait vers 310 en Aquitaine, dans une famille noble et païenne. Très tôt, il s’interroge sur le sens de la vie. L’Evangile de Jean répondra à ses attentes. A 30 ans, il se fait baptiser. Il est élu évêque de Poitiers en 353.

 Chrétien convaincu, il est exilé par l’empereur romain Constance II en Phrygie.

Il y découvre la théologie grecque chrétienne.

De retour en Gaule, il fondera avec Saint Martin le 1er monastère chrétien à Ligugé.

On doit à Hilaire le développement du monachisme en Gaule.

Il meurt en 367. C’est l’un des grands auteurs chrétiens ; en raison des très nombreux écrits  qu’il nous a laissés, Pie IX l’élèvera en 1851 au rang de Docteur de l’Église.

12 janvier St Ferréol   (✝v.659), Évêque de Grenoble et martyr

Issu d’une famille noble gallo-romaine de la Viennoiserie et de la Narbonnaise, Saint Ferjus ou Ferréol est le 14ème Evêque de Grenoble. Il le sera de 654 à 659, sous le règne de Clotaire III roi de  Burgondie et de Neustrie.

Le 12 janvier 659, il prêche au pied du Mont Esson (aujourd’hui Mont Rachais).

Il est alors assassiné par des brigands, probablement payés par le maire du Palais de Neustrie (Ebroïn, homme réputé violent et despotique)

 Après sa mort, Ferréol est brûlé afin d’éviter des émeutes lors de ses funérailles.

Il est aussitôt considéré comme martyr et proclamé saint par le peuple.

 Plusieurs saints se nomment Ferréol, à l’image de communes, d’ermitages... La commune de la Tronche, dans la banlieue grenobloise, portait le nom de St Férréol jusqu’à la Révolution.

10 janvier  St Guillaume (1209) Archevêque de Bourges

Saint Guillaume de Bourges 1120-1209

Il est élevé par Pierre l’Ermite, son oncle (qui prêcha la croisade). Il est chanoine à Soissons puis à Notre Dame de Paris. Il sera moine à l’abbaye cistercienne de Pontigny dont il deviendra Prieur. Il est ensuite Abbé de Chaalis et nommé archevêque de Bourges.  Il fût un très grand prédicateur et grand ennemi des Cathares et des hérétiques en général. Il meurt peu après l’Epiphanie de 1209. Il est béatifié par Honorius III en 1218,  à la suite de nombreux miracles. Ses reliques sont profanées entre autre par les calvinistes. Ses restes sont à l’abbaye de Chaalis.

Il est le patron de l’Université de Paris.

9 janvier Bse Alix Le Clerc (1576- 1622) Fondatrice de la Congrégation des Chanoinesses de Notre-Dame

Née à Remiremont (Vosges) en 1576, jeune fille riche et belle, elle mène une vie insouciante ; après une maladie grave,  elle prend conscience de la futilité de son existence. A 21 ans, elle a alors une vision de la Vierge Marie lors de la grand-messe, Elle entre dans la vie religieuse en se consacrant à l’éducation des jeunes filles.

Elle fonde la Congrégation des Chanoinesses de Notre-Dame, selon la Règle de Saint Augustin et crée des écoles gratuites destinées aux filles. A la veille de la Révolution, la Congrégation compte 84 monastères et 4000 religieuses.

Alix meurt en 1622 au monastère de Nancy. Des miracles auront lieu sur sa tombe.

Elle est béatifiée en 1947 par Pie XII.

 

7 janvier   St Raymond de Penafort (1175- 1275)

D’origine catalane, professeur de philosophie à Barcelone, il se rend à Bologne, la plus grande université de droit de son temps. Il y enseignera le droit civil et canonique. Il sera remarqué par le pape Grégoire IX qui lui confie la rédaction d'une "Somme des cas pénitentiaux", puis celle des "Décrétales" qui serviront de Code de Droit canonique à l'Eglise Catholique romaine jusqu'en 1917. Il rejoint l’ordre des dominicains après sa rencontre avec Saint Dominique. Il deviendra Maître Général de l’ordre. Il encourage ses frères à la conversion des juifs et des musulmans en Espagne. Préoccupé par l'Islam, il conseille à Saint Thomas d’Aquin d’écrire "la Somme contre les Gentils" et fonde simultanément l'ordre de Notre-Dame-de-la-Merci pour la libération des chrétiens captifs des Sarrasins. Déjà parvenu à un grand âge, il demandera à être relevé de la charge de Maître de l'Ordre. Il mourra centenaire laissant une grande œuvre religieuse.

6 janvier  Épiphanie du Seigneur, Adoration des Mages

L’Épiphanie (manifestation du Christ dans le monde) fête l’hommage des Rois Mages au Messie.

Elle clôt les fêtes de Noël. Après avoir vu les proches en la personne des bergers, le Messie avec les Rois Mages rencontre les plus lointains. S’affirme ainsi la valeur universelle du message évangélique.

 

4 janvier   Ste Angèle de Foligno (1310)

Elle est née en 1248 à Foligno, près d'Assise en Ombrie dans une famille noble. Elle se marie jeune et a plusieurs enfants. A 40 ans, alors qu’elle a perdu toute sa famille, elle se destine à la vie religieuse. Elle sera admise en 1291 dans le Tiers Ordre de Saint François. Le Christ lui apparaitra de nombreuses fois. Sa fin de vie fut empreinte de grande sérénité. Elle rend son âme à Dieu en 1309. Elle laisse un chef-d’œuvre de la littérature mystique : « Le livre d’Angèle de Foligno » où elle donne son enseignement et où elle parle de ses apparitions. Elle fut déclarée bienheureuse par le pape Clément XI le 11 juillet 1701 et canonisée le 9 octobre 2013, hélas, par le pape François.

 3 janvier    Ste Geneviève, Vierge à Paris (502)

Geneviève nait à Nanterre vers 420 dans un milieu aisé. Remarquée par l’Évêque St Germain d’Auxerre, il la consacre à Dieu.

Sa vie sera faite de prières.

En 451,  Attila  menace Paris. Geneviève rassemble les femmes, par leurs prières elles vont protéger la ville des hordes barbares. Attila renoncera à prendre la ville.

Liée d’amitié avec Clotilde, elle sera au cœur de la conversion du roi Clovis.

Geneviève fait bâtir une basilique sur la tombe de St Denis (vers 475), ainsi que la basilique consacrée à St Pierre et St Paul, sur la future montagne Ste Geneviève.

Geneviève mourut à plus de 80 ans et fut ensevelie à St Etienne du Mont. De nombreux miracles se produisent sur son tombeau.

Ste Geneviève est canonisée peu après sa mort et devient la sainte patronne de Paris.

 

1er janvier   Ste Marie, mère de Dieu (1er S.)

Mère de Jésus de Nazareth, nommée indifféremment, Sainte Vierge, Vierge Marie, Notre-Dame ou Mère de Dieu. La conception virginale de Jésus lui est annoncée par l’Ange Gabriel. Elle est l’objet d’un culte particulier. Elle est celle qui intercède auprès de son Fils et vers laquelle l’on ne se tourne jamais en vain. Tout au long de l’histoire, elle se signale par ses apparitions, délivrant chaque fois un message.

Il est né en 1177 à Osmo en Italie dans une famille noble. Il est le contemporain de Saint François d’Assise. Il se distingue rapidement par ses grandes connaissances théologiques. Il sera un prêcheur réputé. A quarante ans, déçu du monde, il décide de le quitter et va vivre comme un ermite en se cachant des hommes. Cependant, bientôt il va être entouré de disciples. Avec eux, il va construire un monastère selon la règle de Saint Benoit. Il y fonde la congrégation des Silvestrins. Ils vivent dans l’austérité et la pauvreté comme les franciscains. Sa vie fut longue et dédiée à l’édification d’une douzaine de monastères. Il meurt en 1267 à 90 ans. Une longue vie totalement dédiée au Christ.

29 déc St Thomas Beckett, (1170), Archevêque de Cantorbéry

Saint Thomas de Cantorbery  1120-1170 

Le grand Thomas Beckett. Ses parents sont d’origine française. Il fait de très bonnes études à Bologne et à Cantorbery. Il est élevé en raison de ses qualités au titre de chancelier du roi Henri II et archevêque de Cantorbery en 1162. Un changement complet s’opère alors en lui. De gai compagnon, il devient  un prélat ascétique. Il revendique une autonomie complète pour l’église, ne voulant relever que de la papauté. Une lutte s’engage alors avec le roi. Il reçoit la protection du roi de France Louis VII et se réfugie à l’abbaye de Pontigny.  Il retourne en Angleterre après un semblant d’accord mais il reste ferme sur ces reven-dications. Il fut finalement assassiné dans la cathédrale de Cantorbery. Son culte se répand partout en Europe, particuliè-rement en Normandie, région d’origine de ses parents. Henri deux dût faire publi-quement pénitence sur sa tombe. Il est canonisé en 1173.

27 déc  St  Jean, Apôtre et évangéliste (101)

Jacques et Jean, fils de Zébédée et de Marie Salomé, pêcheurs sur le lac de Tibériade, suivent l’enseignement de Jean le Baptiste. Quand celui-ci leur montre Jésus de Nazareth en disant « Voici l’Agneau de Dieu », Jean abandonne aussitôt ses filets et suit le Christ.

Souvent appelé « le bien-aimé du Seigneur », il est présent au Mont Thabor lors de la Transfiguration et, à la Cène, il repose sa tête sur le Cœur du Christ. Il suit Jésus au calvaire. Le Christ, avant de rendre l’âme, lui donne pour mission de veiller sur la Vierge Marie.

Après avoir prêché en Samarie, il quitte la Palestine où les chrétiens sont persécutés. Il se réfugie à Ephèse où il fait de nombreux miracles et baptise. Envoyé en exil sur l’île de Patmos par l’empereur Dormitien, il y écrit l’Apocalypse suite à une vision. Il y convertit de nombreux habitants. Puis c’est à Ephèse qu’il  compose ses Trois Epîtres et le quatrième Evangile dont la plus ancienne trace est un papyrus daté de 97. Il y apporte ces paroles de Jésus « je vous donne un commandement nouveau, comme je vous ai aimés, aimez-vous les uns les autres ».

Il meurt à Ephèse en 101, il a 98 ans. C’est là qu’il est enterré et l’empereur Justinien, au VIème S, y fait construire en son honneur une grande basilique dont on peut voir encore les ruines.

Jean est le premier évêque d’Ephèse. En Orient, il est appelé « le Théologien »,  « Celui qui connaît Dieu » ; il est symbolisé par un aigle.

26 déc St Étienne (35), Diacre et l’un des premiers martyrs

Etienne était l’un des sept diacres consacrés par les Douze Apôtres pour les aider dans  la première communauté chrétienne de Jérusalem. A la tête des diacres, il organisait le service des repas, l"assistance des pauvres..

.Son activité ne se limitait pas aux tâches matérielles, il accomplissait des miracles et faisait  l’admiration de tous. Des Juifs irrités par la pertinence de ses propos l’accusèrent de blasphème. Il fut traduit devant le Sanhédrin, le Tribunal du grand Prêtre, où il fit un long discours qui se termina par une vision divine. Il fut lapidé sous les yeux de Saul (futur St Paul) qui se convertira sur le chemin de Damas.

Etienne est l’un des premiers martyrs chrétiens. Son corps fut retrouvé en 415 à Caphargamala (à 30 km de Jérusalem) et il fut transféré dans la ville sainte, puis à Constantinople.

25 déc   « Il est né le divin enfant » La Nativité

La naissance de Jésus de Nazareth à Béthléem. C’est cette date qui marque l’année d’origine du calendrier grégorien, utilisé aujourd’hui dans la plus grande partie du monde. Cette naissance est célébrée le 25 décembre. Selon Saint Luc, Joseph avec son épouse Marie qui est sur le point d’accoucher arrivent à Béthléem pour de s'y faire recenser. Ils ne trouvent pas à se loger et vont donc s’installer dans une étable. C’est dans ce lieu qu’il sera adoré par les bergers et les rois mages.

En décembre

31 déc

St Sylvestre (335)

30 déc

St Perpet (494) Evêque de Tours ;

St Roger (1129);

29 déc  

St David (10ème S. Av. JC), roi de Juda et d’Israël ;

St Thomas Beckett, (1170), Archevêque de Cantorbéry 

28 déc 

Sts Innocents, Béthléem (1er S.)

27 déc  

St  Jean, Apôtre et évangéliste (101)

26 déc  

St Étienne (35), Diacre et l’un des premiers martyrs  

25 déc

Noël, la Nativité 

24 déc  

Ste Adèle (735), Abbesse bénédictine à Pfalzel (Germanie)

23 déc

Ste Victoire (253) ;

St Sabinien, Moine de l’Abbaye de Condat, Jura (480)

22 déc

Bse Jutta (1136), recluse à Bingen ;

St Adam (1210), cistercien de l’Abbaye de Loccum, Saxe ;

Bx Thomas Holland

21 déc

St Pierre Canisius (1597),  Jésuite, Docteur de l’Eglise

20 déc

St Zéphirin (217), Pape

19 déc

Stes Théa et Meuris (307), martyres en Palestine

18 déc

St Malachie, Prophète (5ème S. Av. JC) ;

St Gatien de Tours (4ème S.), Évêque

17 déc

St Judicaël (658) (ou Gaël ou Giguel ou Gicquel ou Juzel), Roi de Bretagne, puis moine

16 déc

Ste Adélaïde, Impératrice du St Empire Romain Germanique  (999)

15 déc 

Ste Suzanne (4ème S.), Palestine;

Ste Nino (4ème S.), Géorgie

14 déc

St Jean de la Croix (1591) ;

Ste Odile (720)

13 déc

Ste Lucie de Syracuse (305) ;

12 déc 

St Corentin (5ème S.)

11 déc

St Damase  1er (384), Pape ;

St Daniel  le Stylite (489)

10 déc

Ste  Eulalie  (304) Martyre

à Mérida (Espagne)

9 déc

Ste  Léocadie  (303) Vierge

et martyre à Tolède ;

St Pierre Fourier, prêtre à Gray,

Franche Comté (1640)

8 déc

Fête de l’Immaculée

Conception

7 déc

St Ambroise de Milan (397),

Évêque et Docteur de l’Église.

6 déc  

St Nicolas de Myre

5 déc

St Gérald (1109),

Archevêque de Braga (Portugal)

4 déc

Ste Barbe (235) Vierge et martyre ;

Saint Clément d'Alexandrie

Pére de l'Eglise ( v. 215) ;

St Jean Damascène (749), Jean

de Damas, Docteur de l’Eglise

3 déc

St François-Xavier (1552),

Jésuite missionnaire

2 déc

Ste Bibiane (363), Vierge et Martyre

1er déc  

Bx Charles de Foucault

Ermite, prêtre, missionnaire ; assassiné en 1916 à Tamanrasset (Algérie);

St Eloi (660), Évêque de Noyon

24 déc. Sainte Adèle  ( 735) 

Elle est la fille de Dagobert JI.  Elle épouse Odon et aura trois enfants.  A la mort de son époux, elle devient religieuse et fonde l'abbaye de Pfalzel en Rhénanie.  Elle prend en charge l'éducation de l'un de ses petits-fils qui deviendra saint Grégoire d'Utrecht, l'un des évangélisateurs de l’Allemagne.

La ville de Sainte Adèle au Canada est nommée en son honneur.

Elle est fêtée le 24 décembre.

23 déc  St Sabinien, moine de l'Abbaye de Condat ( v. 480)

Originaire de Séquanie (actuelle Franche-Comté), disciple de Saint Romain et de Saint Etienne, il est diacre à Condat. L’Abbatiale deviendra l’actuelle Cathédrale de  Saint-Claude (Jura), Condat signifie confluence en celte.

Sabinien s’occupait du moulin que les moines avaient construit sur la Bienne ; il se souciait de la bonne tenue des berges de la rivière pour le bon fonctionnement de la roue : une double rangée de pieux reliés par des tiges de saule tressées ; l’intervalle était comblé de paille et de pierres. Il avait aussi la charge du réservoir de poissons destinés aux repas des Frères.

Il accomplit de nombreux miracles tout au long de sa vie.

21 déc  St Pierre Canisius (1597),  Jésuite, Docteur de l’Église

Pierre Canisius est né en 1521 à Nimègue, en Hollande. Son père est un bourgeois catholique fervent qui a été bourgmestre de la ville à plusieurs reprises.

Pierre étudie à Cologne et choisit de devenir prêtre.

En 1543 il rencontre à Mayence Pierre Favre, 1er compagnon d’Ignace de Loyola ; Pierre Canisius entrera quelques mois plus tard à la Compagnie de Jésus. Avec le soutien des Chartreux, il fondera à Cologne la 1ère maison de l’Ordre Jésuite en Allemagne.

Il traduit les Pères de l’Eglise. Il rédige un catéchisme réputé et il prêche en Allemagne et en Suisse contre la Réforme. Il meurt à Fribourg (Suisse) en 1597. Pierre Canisius est canonisé en 1925 par Pie XI et proclamé Docteur de l’Eglise.

18 déc.  Saint Malachie (cinquième siècle avant J-C)

Il est le dernier des prophètes. Il donne l’ultime message de la venue du Messie. Dieu ne parlera plus avant l’arrivée de Jésus-Christ, 460 ans plus tard (dernier livre de l’ancien testament.). Son vrai nom est inconnu.  Malachie signifie  « l’envoyé »  ou le « messager ». Il est l’envoyé de Dieu. Le message de Malachie est très proche de celui du Christ.  Il exhorte au changement spirituel.

17 déc  Saint Judicaël 590-647/652

Il est né vers l'an 590. Il est le Fils aîné de Judaël , roi de Domnonée ( sud ouest de l’Angleterre) Plutôt que de succéder à son père,  il préfère se retirer au monastère mais en 615,  Judicaël quitte alors son monastère pour prendre la direction du royaume. Pendant vingt ans, il gouverne avec autorité et sagesse. Nous sommes vers 642, il est au monastère de Paimpont. qu'il a fondé. Il est  mort en 647/652. Il est enseveli à côté de son maître Saint Méen.

14 déc  Sainte Odile de Hohenbourg ( 720)

14 déc  Sainte Odile de Hohenbourg ( 720)

Ses parents espéraient un garçon, ils eurent une fille et qui plus est , aveugle de naissance. Son père, Adalric, comte d'Alsace voulut la tuer comme c'était l'usage chez les mérovingiens. Sa mère s’y oppose et elle sera accueillie à l'abbaye de Baume-les-Dames. De retour chez son père quelques années plus tard, elle refuse de se marier. Son père, un peu assagi, lui donne le  château de Hohenbourg dont elle fit un monastère. Elle y adjoindra bientôt une léproserie. L’abbaye prospère. Elle sera priée peu après sa mort pour guérir de la cécité. Le mont Sainte Odile est, aujourd'hui encore, un pèlerinage très fréquenté. Elle est la patronne de l’Alsace.

14 déc Saint Jean de la Croix (1542-1591)

Il est né à Fontiveros (Espagne) le 24 juin 1542 dans une famille aristocratique. Il songeait à se faire ermite chez les chartreux mais se fera carme.  Thérèse d'Avila, réformatrice de l'ordre du Carmel, lui demande de prendre en charge l'ordre masculin du carmel. Il accepte et fonde l'ordre des Carmes Déchaux. Il accompagne spirituellement les sœurs du Carmel, avant d'être enfermé par les autorités de l'Ordre qui refusent sa réforme. C’est à cette occasion qu’il fait l'expérience mystique qu'il appelle La Nuit obscure de l’âme. Il la décrit et développe tout au long de sa vie au travers de nombreux traités. Il meurt au couvent d'Úbeda le 14 décembre 1591,

Il sera nommé en 1926, Docteur de l’église en raison de ses écrits mystiques, toujours populaires. Après sa mort, il est très vite considéré comme un saint et comme l'un des plus grands mystiques espagnols, au même titre que Thérèse d'Avila. L'Église catholique le béatifie en 1675 puis le canonise en 1726. Il est aussi reconnu comme l'un des plus grands poètes du Siècle d'or espagnol. Il est depuis 1952 le saint patron des poètes espagnols.

12  déc   St Corentin (5ème S.)

Il est l’un des sept saints fondateurs de Bretagne.

Il nait vers 375 à Locmaria en Cornouaille armoricaine dans une famille chrétienne. Il devient ermite à Plomodiem. De nombreux miracles y ont lieu.

Le roi Gradlon l’envoie à Tours auprès de Saint Martin pour être consacré Evêque. 1er Evêque de Quimper, il poursuit néanmoins sa vie érémitique.

Il meurt vers 540-550. Il est enterré devant le maître-autel de la cathédrale de cette ville.

De nombreuses églises et chapelles de Bretagne lui sont consacrées.

10  déc  Sainte Eulalie de Mérida (✝ 304)

Elle est issue d’une famille riche de Mérida. Refusant d’abjurer sa foi lors des persécutions ordonnée par Dioclétien, elle est suppliciée à l’âge de 13 ans. Elle est ensuite condamnée au bûcher avec Sainte Julie de Mérida. Tous s’accorde à souligner son courage exemplaire. Saint Augustin lui rend hommage dans ses écrits.  Elle est aussi citée dans ceux de Fortunat, évêque de Poitiers, et de Grégoire de Tours. Un poème qui lui est dédiée en 881 est aussi le premier en langue romane, presque du français. Elle est l’une des martyres les plus vénérées d’Espagne.

9 déc  St Pierre Fourier, prêtre en Lorraine (1565-1640)  

Il nait en 1565. A 14 ans, Pierre entre au Collège Jésuite de Pont-à-Mousson. En 1585, il entre chez les Chanoines Réguliers de Saint-Augustin à Chaumousey près d’Epinal ; il est ordonné prêtre en 1589. Il devient curé de Chamousey en 1595 puis, deux ans plus tard, il est vicaire de Mattincourt (Vosges) où résident de nombreux protestants.

Pendant la guerre de Trente Ans, il se dévoue pour les pauvres, créé une collecte d’entraide (ancêtre du secours catholique) et met en place une soupe populaire.

Il fonde en 1603 avec Alix le Clerc la Congrégation Notre Dame (ou des Chanoinesses de St Augustin) destinée à l’éducation gratuite des filles. A la Révolution, cette Congrégation compte 84 monastères et 4000 religieuses.

Il met en place de nouvelles méthodes pédagogiques ; il invente le tableau noir et l’introduit dans les classes.

En 1623, on lui confie la réforme de l’Ordre des Chanoines de St Augustin.

Il refuse à plusieurs reprises la charge d’Evêque.

Il meurt en 1640 à Gray. Son cœur y est conservé. Son corps repose dans la Basilique de Mattincourt. Il est vénéré comme saint patron des éducateurs et des prêtres de Lorraine.

Il est béatifié en 1730 par Benoît XIII et canonisé en 1897 par Léon XIII

8 déc  Fête de l’Immaculée Conception 

Ce jour célèbre le mystère de la conception de Marie qui n’a jamais été entachée par le péché originel.

Ce dogme est proclamé par Pie XI en 1854 mais célébré depuis le VIII° siècle. Cette croyance en  l’Immaculée conception est,  elle présente dès les tous premiers siècles du Christianisme.

La tradition propose ce jour-là de mettre une bougie devant la fenêtre.

7 déc  St Ambroise de Milan (397), Évêque et Docteur de l’Église 

Avocat de formation, il est nommé gouverneur de la province de Milan. C’est à cette occasion qu’il découvre  Jésus- Christ.

Il sera nommé évêque par acclamation du peuple. Il se montrera soucieux de la rectitude de la foi et de la paix sociale. Ses relations avec les empereurs successifs seront compliquées. Il exigera la soumission à l’Eglise de l’empereur Théodose qui obéit. C’est à lui que l’on doit la conversion de Saint Augustin, impressionné par ses sermons. C’est lui aussi qui introduit l'usage grec de chanter des hymnes qui étaient à la fois des prières, des actions de grâce et des résumés du dogme. Il en composa lui-même plusieurs. Il laisse une œuvre théologique importante. Il sera déclaré Père de l’Eglise. Il est honoré par les églises orthodoxe et chrétienne.

8 déc  

Fête de l’Immaculée Conception  7 déc St Ambroise de Milan (397), Évêque et Docteur de l’Église 

 

 

Avocat de formation, il est nommé gouverneur de la province de Milan. C’est à cette occasion qu’il découvre Jésus-Christ. Il sera nommé évêque par acclamation du peuple. Il se montrera soucieux de la rectitude de la foi et de la paix sociale. Ses relations avec les empereurs successifs seront compliquées. Il exigera la soumission à l’Eglise de l’empereur Théodose qui obéit. C’est à lui que l’on doit la conversion de Saint Augustin, impressionné par ses sermons. C’est lui aussi qui introduit l'usage grec de chanter des hymnes qui étaient à la fois des prières, des actions de grâce et des résumés du dogme. Il en composa lui-même plusieurs. Il laisse une œuvre théologique importante. Il sera déclaré Père de l’Eglise. Il est honoré par les églises orthodoxe et chrétienne.

 

  

 

6 déc  St Nicolas de Myre 

Évêque de Myre (✝ v. 350)

L’on sait peu de choses de lui sinon qu’il fût évêque de Myre (actuelle Turquie) qu’il protégeait les pauvres et aimait les enfants.  Dieu récompensa par de nombreux miracles sa charité et son zèle apostolique. Son tombeau devient un lieu de pèlerinage, d'abord à Myre, puis à Bari en Italie où ses reliques furent transportées au XIe siècle pour les protéger des Musulmans. Chaque année, encore aujourd’hui, des délégations des Églises orthodoxes, particulièrement de Russie, viennent se joindre au pèlerinage des catholiques.  Il est le patron de la Lorraine mais aussi celui des écoliers, des filles à marier et des prisonniers. Il est partout célébré en Europe avant Noël et parfois à la place de Noël

4 déc  Sainte Barbe  3° siècle

Elle a vécu dans l’actuelle Anatolie, sous le règne de l’empereur Maximien. Son père, était un riche édile païen d'origine phénicienne. Il décide de la marier mais elle refuse car elle veut se consacrer au Christ. Il la séquestre mais un prêtre réussit à la baptiser. Apprenant cela, son père met le feu au lieu où elle est enfermée. Elle parvient à s’enfuir. Il dénonce sa fille au gouverneur romain de la province qui la fait supplicier. Elle refuse d’abjurer sa foi, le gouverneur ordonne alors à son père de trancher lui-même la tête de sa fille. Il fût aussitôt frappé par la foudre.

L’on peut la prier pour être protégé de la foudre. Elle est la patronne des pompiers, des mineurs mais aussi des artilleurs, des artificiers et des métallurgistes. Pie XII la déclarera patronne de la marine italienne de combat le 4 décembre 1951.

3 déc   St François-Xavier (✝1523-1552),  missionnaire 

Francisco de Jasso y Azpilicueta est né en avril 1506 en Navarre. Il part à Paris à 19 ans pour étudier la théologie à la Sorbonne. En 1523, François rejoint le petit groupe d’étudiants qu’Ignace de Loyola réunit autour de lui. Il fonde avec lui la compagnie de Jésus. En 1539, le roi du Portugal, Jean III les envoie en mission d’évangélisation dans les possessions portugaises d’Asie. Il aura à partir de là, une vie de missionnaire intense, complètement dévouée aux êtres qu’ils évangélisent. Il accomplit de son vivant de nombreux miracles. Il fonde les premières communautés chrétiennes au Japon. Il meurt en 1552 alors qu’il s’apprête à partir pour la Chine.
Béatifié en 1619, il est canonisé en 1622 par Grégoire XV.  il est avec Sainte Thérèse de Lisieux, patron des missions. On le fête le 3 décembre chez  les catholiques et les anglicans

1er déc    St Eloi   588-660 

Il est né en Limousin dans une famille de riches gallo-romains. Il est placé comme apprenti orfèvre mais il est davantage intéressé par la lecture des Écritures.

Il se rend à Paris et entre au service d’un orfèvre.

Il est chargé de la fabrication d’un trône d’or pour le roi Clotaire II. Ce dernier le garde auprès de lui et le fait Grand Argentier du royaume. Dagobert le nommera évêque de Noyon.

Il passera près de 20 ans à convertir les populations des Flandres et des Pays Bas au christianisme.

Il est le saint patron des orfèvres, des forgerons, des joaillers…

Le Christ remettant les clés à Saint Pierre, IVèmeS. photo ©  Oïkos Kaï Bios

30 nov    St André (62), Apôtre et Martyr

Il nait à Bethsaïde en Galilée, sur les bords du lac de Tibériade. Avec son frère Pierre, il vit de la pêche.

Dès que Jésus l’appelle, il le suit et ne le quittera plus.

Lors de la multiplication des pains, c'est André qui amène le jeune garçon portant ses cinq pains et ses deux poissons.

Il meurt en martyr à Patras, en Grèce où il était venu évangéliser. Ses reliques sont transférées à Constantinople au 4° siècle. L’Ukraine le considère comme celui qui a évangélisé Kiev et les écossais l’on choisi comme patron de leur pays.

28 nov  Ste Catherine Labouré (1876), Fille de la Charité

Elle nait dans une famille de paysans. La famille est nombreuse. Elle perd sa mère à 9 ans. Elle la remplacera dans tous les travaux du ménage et de la ferme. Elle s’attache à la Vierge Marie pour compenser l’absence de sa mère. Elle ira très peu à l’école. A la suite d’un rêve où elle voit un vieux prêtre, (elle comprendra plus tard qu’il s’agit de Saint Vincent de Paul) elle souhaite rentrer chez les sœurs de La Charité. Malgré l’opposition de son père elle commence son noviciat en 1830 à la maison mère rue du Bac à Paris. Elle se distingue par un caractère affirmé tout en étant silencieuse et travailleuse. Elle bénéficiera de nombreuses apparitions de la Vierge dont elle ne rendra compte qu’à son confesseur. À l'occasion de sa béatification par le pape Pie XI en 1933, son corps est exhumé de son cercueil. Il sera retrouvé intact. En habit de sœurs de La Charité, elle est alors placée dans une châsse en bronze doré dans la chapelle de la Médaille miraculeuse au no 140 de la rue du Bac à Paris.

Elle sera canonisée en 1947 par Pie XII,

 

27 nov  Notre-Dame de la médaille miraculeuse

Elle est parfois nommée Notre-Dame des grâces. Ce sont les noms sous lesquels les catholiques désignent la Vierge Marie telle qu'elle est apparue à Sainte Catherine Labouré. En effet, de juillet à décembre 1830, la Vierge est apparue dans la chapelle de son couvent, rue du Bac à Paris. Le 27 novembre, Marie lui montre la médaille qu’elle devra diffuser. Elle le sera à partir de 1832. Cette médaille se répand partout dans le monde et entraine une dévotion importante à la « Vierge de la médaille miraculeuse»

Plusieurs églises dans le monde lui sont consacrées. Cette médaille continue à être achetée chaque année à plusieurs millions d'exemplaires.

 

26 nov   Bx Ponce de Faucigny (1178), fondateur de l’Abbaye de Sixt (74);  

 Les sires de Faucigny entrent dans l’histoire au XIème siècle,

Ponce est né vers 1100. C’est l’ainé. Il sera moine au Prieuré d’Abondance. Il a 20 ans. Rappelons que son oncle Guy a été évêque de Genève pendant 50 ans (1078 -1083).

Vers 1130, remarqué pour ses qualités intellectuelles et spirituelles, il est chargé d’élaborer les statuts définitifs du monastère. Il se réfère à la Règle de Saint Augustin. En 1140, il est chargé d’établir une petite communauté de moines sur les terres inhospitalières  de Sixt que son frère Aimon1 de Faucigny a cédé aux Chanoines d’Abondance.

Le Prieuré de Sixt deviendra abbaye en 1144 (filiale d’Abondance), Ponce en sera le premier Abbé. En 1170, il devient Abbé d’Abondance.

Malade, il se retire à Sixt où il meurt en 1178.

Son tombeau est vénéré ; avec la « Fontaine de l’Abbé Ponce », ils seront le lieu de nombreux miracles.

Le pape Léon XIII le béatifie en décembre 1896.

25 nov  Ste Catherine d’Alexandrie (4ème S.), Vierge et Martyre 

Issue d’une famille noble d’Alexandrie, Catherine est érudite. Elle se convertit au christianisme.

Confrontée à 50 philosophes païens, elle maintient sa foi en Dieu et elle les convertit à la foi chrétienne.

 Elle sera condamnée à mort pour avoir refusé de se marier avec l’empereur Maximien.

Les anges auraient porté son corps au Mt Sinaï. Le culte de Catherine y attirera de  nombreux moines. L’abbaye Ste Catherine sera fondée par Justinien en 527 au pied de cette montagne, le monastère est toujours en fonction.

Ste Catherine est la patronne des philosophes.

En novembre

30 nov

St André (62), Apôtre et Martyr

29 nov

St Saturnin (3ème S.), Martyr et Évêque de Toulouse

28 nov

Ste Catherine Labouré (1876), Fille de la Charité.

27 nov  

Notre-Dame de la médaille miraculeuse Fête de la Vierge Marie en son icône du signe (miracle à Novgorod)

Bx Bronislaw Kostowski (1942), martyr polonais à Dachau

26 nov 

Saint Martin d'Arades ( 726), Moine de Corbie en Picardie,  chapelain et confesseur de Charles Martel.

Bx Ponce de Faucigny (1178), fondateur de l’Abbaye de Sixt (74)

25 nov

Ste Catherine d’Alexandrie (4ème S.), Vierge et Martyre...

24 nov  

Stes Flora et Marie (854), Martyres à Cordoue  

23 nov

St Clément 1er (97), 4ème Pape et Martyr

22 nov

Ste Cécile (230), Patronne du diocèse d’Albi  

21 nov

Présentation de la Vierge Marie 

20 nov

St Edmond (870), Martyr  

19 nov

Ste Elisabeth de Thuringe (1231), Elisabeth de Hongrie.

18 nov 

Ste Aude (Vème S.), Vierge à Paris 

17 nov

St Grégoire de Tours, (595), Évêque, 1er historien 

16 nov

Ste Marguerite d’Ecosse ( 1093),

reine d’Ecosse ; 

St Mathieu (1er S.), un des Apôtre du Christ, martyr 

15 nov

Ste Victoire, martyre des premiers siècles

14 nov

St Etienne (1391), Etienne de Fiumorbo et ses compagnons, martyrs franciscains en Terre Sainte 

13 nov

St Mitre (304), Martyr à Aix en Provence ;

St Brice (444), Évêque de Tours ;

St Damascène (1681), Martyr à Constantinople 

12 nov

St Christian (1003), Martyr ;

St Josaphat (1623), Évêque et martyr

11 nov

St Martin de Tours (397).

10 nov

St Léon le Grand, (461), 45ème Pape

9 nov

St Théodore (v.304), soldat, martyr à Euchaïta, Asie Mineure ;

St Mathurin (4ème S.) prêtre vénéré en Gâtinais.

8 nov

St Geoffroy (1115), Évêque d’Amiens

7 nov

Ste Karine, (4ème S.), martyre à Ankara ;

St Amaranthe (3ème S.), martyr dans le Tarn ;

St Ernest (1148), Abbé de Zwielfalten (croisade) 

6 nov

St Léonard de Noblat (6ème S.), Ermite en Limousin 

5 nov 

Ste Elisabeth (1er S.), mère de St Jean-Baptiste ;

Ste Bertille (v. 705), Moniale à Jouarre puis Abbesse de Chelles ;

Sainte Sylvie, mère de Saint Grégoire le Grand ( v. 590)

4 nov

St Charles Borromée (1584), Archevêque de Milan ;

Notre-Dame de Guadalupe d’Estramadure

3 nov

Ste Alpais  (1211), recluse à Cudot au pays de Sens, Patronne des cosmonautes

St Hubert (727), Évêque de Tongres-Maastricht-Liège

2 nov

Fête des défunts ;

Ste Wénefride  ou Winifrède (7ème S.), Vierge dans le Pays de Galles

1er nov

St Omer (667), Évêque de Thérouanne, en Flandre 

La Toussaint, fête de tous les saints

24 nov Stes Flora et Marie (854), Martyres à Cordoue

Flore est née à Cordoue.

De  mère chrétienne et de père musulman elle est selon la loi islamique élevée comme une musulmane. Cependant sa mère l’élève en secret dans la foi chrétienne. Dénoncée par son propre frère, elle refuse d’apostasier, elle sera condamnée à être fouettée. Elle s’enfuit et trouve refuge à Ossaria. Elle sera finalement décapitée,  avec Marie, une autre chrétienne, et selon la loi musulmane, son corps laissé aux chiens.

L’évêque de Tolède, Euloge de Cordoue,  témoin de ce sacrifice, rédige l’« Exhortation au martyre » pour inciter les chrétiens à résister.

23 nov  St Clément 1er  (97), 4ème Pape et Martyr

L’un des premiers évêques de Rome en 92.

Troisième successeur de Saint Pierre apôtre. En raison de son influence sur l'aristocratie romaine, l’empereur Trajan le fait déporter en Crimée. Il continue son apostolat avec ses compagnons d’infortune. On lui attache alors une ancre autour du cou pour le précipiter ensuite dans la mer. Une partie de ses reliques sont retrouvées au 9 ° siècle et ramenées à Rome. Elles sont déposées dans la basilique Saint Clément de Latran, construite à l’emplacement de sa maison. Il est le patron des mariniers et des marbriers (il travailla comme esclave dans des carrières de marbre). Un culte important lui est rendu en Crimée.

22 nov Ste Cécile (230),

 

Elle est née dans une famille noble de Rome, les Cecilii.

Chrétienne, elle fait vœu de chasteté mais sa famille la marie à Valérien. Elle le convertit, ainsi que son beau-frère Tiburce.

A l’époque carolingienne, le culte de Ste Cécile se propage en Gaule. Au Xème siècle, deux églises d’Albi  lui sont dédiées, dont la cathédrale.

 Ste Cécile est patronne du diocèse d’Albi et des musiciens.

 

21 nov  Présentation de la Vierge Marie

Présentation de Marie au temple.

Marie qui est née miraculeusement de Joachim et d’Anne.

Selon leurs vœux, elle est présentée au temple alors qu’elle a 3 ans en introduction au rôle qu’elle va être amenée à jouer dans la naissance du Christ.

Il est dit qu’elle y resta jusqu’à l’âge de 12 ans, âge auquel elle fut accordée en mariage à Joseph.

 

19 nov  Ste Elisabeth de Thuringe (1231),

Elisabeth nait en 1207. Elle vit à la cour ses 1ères années. Elle est donnée en mariage à Ludovic, Prince de Thuringe. A sa demande, la cérémonie se déroule modestement, les dépenses pour le banquet seront dévolues aux pauvres. Ludovic encourage la générosité d’Elisabeth. Lui-même s’engage dans la croisade de l’empereur Frédéric II où il trouvera la mort.

Le couple était proche des frères mineurs qui se sont installés en Thuringe dès 1222 : Elisabeth  construit un hôpital et forme une communauté religieuse. Elle est patronne du Tiers Ordre régulier de St François et de l’Ordre franciscain séculier.

Elle meurt en 1231. En 1235 elle est proclamée sainte par le Pape Grégoire IX.

Elisabeth de Thuringe est l’une des grandes figures féminines du Moyen Âge.

18 nov  Sainte Aude  V ème siècle)

Très proche de Sainte Geneviève, elle en partage la sainteté. Elle naît, peut-être à Meaux, sous le règne de Clovis, premier roi chrétien. Elle décide de se rendre à Paris pour vivre près de Sainte Geneviève. Elle meurt quelques années après celle-ci. Elle sera enterrée auprès d’elle et vénérée de son vivant, sa tombe devient un lieu de prière. Ses reliques, seront détruites, pendant la révolution.

 

17 nov   Saint Grégoire de Tours  538 - 594

Grégoire est né en 538 à Clermont-Ferrand dans une famille aristocratique gallo-romaine qui compte quatre sénateurs et six évêques, elle fut l’une des premières à se

convertir au christianisme. Son père meurt jeune, Grégoire est élevé par sa mère,

puis par ses oncles, dans la foi chrétienne.

D’abord diacre à Brioude, en 573 il devient Évêque de Tours, l’un des plus importants sièges épiscopaux de la Gaule.

Ses écrits sont une source essentielle pour l’histoire mystique de l’Église (vie des Pères, miracles, traités sur les Offices, commentaires des Psaumes...). Grégoire meurt à Tours en 594

16 nov  Saint Matthieu, Il est l’un des 12 apôtres du Christ.

Il tenait un poste de douane lorsque Jésus l’appelle. Il sera le premier à évangéliser. Il relève avec soin les paroles et les actes du Christ.

Il meurt en martyr en Éthiopie en 61.

C’est l’église orthodoxe qui le fête  le 16 novembre et qui le considère comme le saint patron des percepteurs, des comptables, des fiscalistes, des agents des douanes et des banquiers.  .

13 nov  St Damascène (1681), Martyr à Constantinople

Damascène est né à Constantinople. Très jeune, il perd ses parents. Par obligation, il adhère à l’Islam mais il revient au culte chrétien et entre dans un monastère du Mont Athos. Il y reste quinze ans puis il revient à Constantinople.

Il prêche la foi chrétienne auprès des musulmans. Il sera arrêté, flagellé durement puis décapité devant la porte du patriarcat orthodoxe. Son corps repose sur l’Île de Chalki.

 

11 nov  St Martin de Tours (397), 

  Né en 316 en Pannonie (actuelle Hongrie) d’un père officier romain, Martin devint soldat à 15 ans, selon la loi romaine.

Muté en Gaule, il rencontre à Amiens un mendiant mort de froid. Il lui donne la moitié de son manteau,  l’autre partie est la propriété de Rome. La nuit suivante, il voit en songe le Christ revêtu de la moitié du vêtement donné au pauvre. Martin est alors baptisé et il quitte l’armée.

Il rejoint l’Evêque Hilaire à Poitiers et fonde avec lui à Ligugué (Vienne) le 1er monastère Gaulois. Il fonde aussi le monastère de Marmoutier, près de Tours. Il parcourt les campagnes pour convertir et soigner les paysans.

Il meurt à Candes (Indre et Loire) en 397.

Une grande basilique sera édifiée à Tours moins d’un siècle plus tard (entre 460 et 480) pour célébrer le culte de ce saint. En France, près de 500 communes portent son nom.

9 nov   St Mathurin (4ème S.)

Mathurin est né à Larchant, près de Fontainebleau dans le Gâtinais.

Il devient prêtre à 20 ans et convertit son entourage. Il baptise dans la fontaine de Larchant l’empereur romain Constance 1er, père de Constantin le Grand. Il était réputé guérir les maladies mentales, il est appelé à Rome pour soigner la fille de l’empereur Maximien Hercule. Il y reste et il se met au service des chrétiens persécutés. Il y mourra.

Saint très populaire au Moyen Âge., il est l’objet de nombreux pèlerinages.

7 nov  St Ernest (1148), Abbé de Zwielfalten près du lac de Constance

Ernest est né à Steisslingen d’une famille noble.

Il fut moine, puis abbé de l’abbaye bénédictine de Zwielfalten de 1141 à 1146. Il démissionna pour participer à la 2ème croisade : le roi germanique Conrad III ainsi que de nombreux nobles et hommes d’Église avaient répondu à l’appel de Saint Bernard. Après avoir subi de nombreuses embuscades par les turcs, il fut capturé et amené à la Mecque avec 40  autres prisonniers chrétiens choisis pour leur jeunesse et leur beauté. Présenté au roi de Perse, il refuse d’abjurer sa foi chrétienne et fut donc sacrifié. 

6 nov St Léonard de Noblat (6ème S.), Ermite en Limousin

Né dans une famille d’officiers de la cour de Clovis, il est autorisé à visiter les prisonniers. Il a aussi le privilège de les faire libérer.

On lui propose de hautes charges qu’il refuse. Il décide de quitter la cour pour suivre le Christ. Il installe son ermitage près du tombeau de Saint Martial dans la forêt de Pauvain (Limoges)

Lors de l’accouchement difficile de la reine d’Aquitaine, Léonard intercède auprès de Dieu et sauve la vie de la mère et de l’enfant. Le seul présent qu’il acceptera du roi est  un bois où il édifiera un oratoire en l’honneur de la Vierge Marie et de Saint Rémi. Son culte se répand. Son tombeau devient un lieu de pèlerinage. La ville de St Léonard de Noblat se développe dans la forêt de Pauvain dès le XIème S. Elle est sur la route de Saint-Jacques de Compostelle et au XIIème, une collégiale et un hôpital y verront le jour.

St Léonard est le patron de tous les captifs et de toutes les oppressions.

Il est le protecteur des mères sur le point d’accoucher.

Entre autres personnalités, Anne d’Autriche s’est déplacée à St Léonard de Noblat pour remercier le saint de la naissance de Louis XIV.

5 nov  Sainte-Sylvie, mère de Saint Grégoire le Grand ( v. 592)

Noble romaine, elle consacre toute sa vie à son fils qui deviendra le pape Grégoire le Grand. Elle veilla particulièrement à sa santé. Grégoire Premier dit d’elle qu’elle était le meilleur exemple de la piété fervente. Il fait peindre son portrait dans leur maison familiale qu’il transforme en monastère. Elle meurt à Rome en 592. Elle est la Sainte Patronne des mères de prêtre et aide aux prêtres.

2 nov Sainte Winefride ( Ϯ 660).

  Noble galloise, fille d’un conseiller du roi, elle se consacre dès l’enfance à sa foi chrétienne. Elle est très tôt, déjà considérée comme une religieuse d’exception. Alors qu’elle se réfugie dans une église pour se protéger d’une agression sexuelle, son poursuivant la tue. Là où elle meurt, jaillit une source qui existe toujours à Holly-Well dans le pays de Galles (Treffynonn). Cette eau qui coule en quantité est toujours aujourd’hui d’une grande pureté. Cet endroit est un lieu de pèlerinage, parmi les plus importants du Royaume-Uni, pour cette sainte très révérée au pays de Galles.

1er nov   La Toussaint, fête de tous les saints 

Toussaint Fête en l’honneur de tous les saints connus et inconnus. Sa célébration commence la veille au moment des Vêpres et se termine le soir du premier novembre. Les Béatitudes sont lues au cours de la messe c’est-à-dire le texte biblique qui désigne comme saint ceux et celles qui choisissent la voie christique.

Le 2 novembre est célébrée la fête de tous les morts.

31 oct Saint Quentin (moitié du troisième siècle après JC)

Quentin est né à Rome. Il est le cinquième d’une famille patricienne. Il est chrétien et part en Gaule, à Amiens pour évangéliser. Il est arrêté une première fois par les romains mais réussit à s’échapper dans une ville qui deviendra Saint Quentin. (Ses reliques se trouvent dans la basilique)   Il recommence alors à prêcher et cette fois, il est torturé pour lui faire abjurer sa foi et ensuite mis à mort. Son corps sera jeté dans la Somme. C’est dans un rêve que Eusébie, venue de Rome reçoit la mission de retrouver sa dépouille, près de 60 ans après. Sa foi le guide et il retrouve le corps de Quentin intact. Il sera enterré à l’emplacement actuel de la basilique de Saint Quentin. Son culte est très ancien, très important au Moyen-âge, particulièrement dans le Nord de la France.

30 oct Ste Hélène d’Anjou (vers 1237-1314), Reine de Serbie 

Hélène d’Anjou est née dans le Val de Loire. Elle est issue  de la famille du roi de Sicile, Charles d’Anjou. Elle est mariée au roi de Serbie  Uros premier vers 1245-1250.  Catholique, elle adopte la foi orthodoxe. Tout au long de sa vie elle fait le bien autour d’elle et à son peuple et cela d’autant plus lorsque son mari abdiqua pour devenir moine sous le nom de Siméon. Elle protégeait les orphelins, instruisait les jeunes filles. Elle fonde notamment une école pour filles de familles pauvres. Elle fait bâtir 5 monastères dont un orthodoxe et un refuge pour les miséreux. Elle menait, elle- même, une vie simple. Vers 1300, à la fin de sa vie, la reine prit l'habit au monastère de Saint Nikola. Elle fut inhumée au monastère de Cradac, qu’elle avait fondé. L'archevêque Danilo II, son biographe, la décrit comme une femme « lucide, très pieuse, bienveillante et à la vie exemplaire ». Deux de ses fils furent canonisés : saint Dragoutine et saint Miloutine.

Elle a été canonisée par l'Église orthodoxe et elle est fêtée 30 octobre. Elle jouit encore aujourd'hui d’une grande popularité, en Serbie.

29 oct  Bienheureux Narcisse Basté  ( 1936)

  Né dans les environs de Barcelone, il entre dans la Compagnie de Jésus en 1899. Il prononce ses vœux définitifs en 1901. Il exerce son ministère à Valence, essentiellement auprès des pauvres. Après la dissolution de la Compagnie, il continue son sacerdoce, malgré les dangers encourus. Il est arrêté trois fois et relâché par des soldats qu’il avait aidés autrefois.  Il est assassiné en octobre 1936 en pleine guerre civile en Espagne, victime des persécutions contre les catholiques. Il est béatifié en mars 2001 par Jean Paul Deux avec 233 autres martyrs espagnols.

28 oct  Sts Simon et Jude  (1er S.), Apôtres

Simon le Zélote (plein de zèle en hébreu), est originaire de Cana.

Jude est le frère de Jacques le Mineur et cousin du Christ. Il est souvent nommé Lebbée ou Thaddée (homme de cœur, courageux et tendre). Il est agriculteur.

Après la Pentecôte, ils partent évangéliser la Palestine. Ensuite, Simon ira en Egypte, en Perse et il rejoindra Jude en Mésopotamie.  De son côté, Jude, après la Samarie et Idumée (au Sud des Monts de Judée), ira en Arabie et en Syrie. Il prêchera ensuite entre le Tigre et l’Euphrate. Il y sera martyrisé avec Simon, ayant refusé de rendre un culte à la Déesse Diane en reniant le Christ.

Après avoir été ensevelis à Babylone, leurs corps furent portés à Rome au VIIème  Siècle, au moment où les mahométans envahissent la Perse. Le Pape Léon XIII les offrit à Charlemagne après l’avoir sacré empereur, en reconnaissance de son aide pour le Saint-Siège.  Charlemagne les donna, avec d’autres reliques, à la Basilique Saint Sernin de Toulouse. On invoque aujourd’hui Saint Jude en cas de causes désespérées.

 26 oct  St Démétrios (4ème  S.), Martyr en Dalmatie.

 

Après St Georges, il est le plus célèbre martyr militaire d’Orient. Il vécut à Thessalonique sous le règne de Dioclétien et Maximien.

St Dimitrios nait dans une famille noble de Macédoine. Il avait été nommé général des armées de Thessalie et proconsul de Grèce. Il n’avait de cesse d’enseigner et d’interpréter la parole de Dieu. Admiré pour sa sagesse et sa bonté, il a converti un grand nombre de païens malgré la persécution des chrétiens.

L’empereur Maximien l’ayant soupçonné d’user de sortilège contre l’un de ses  gladiateurs  mort lors d’un combat, il le fit exécuter.

Après sa mort, un liquide parfumé qui avait la propriété de guérir coulait de son corps.

St Dimitrios a protégé à maintes reprises la ville de Thessalonique. Il l’a sauvée des épidémies et des famines et ses miracles furent nombreux.

 

25 oct  Sts Crépin et Crépinien, Martyrs à Soissons ( 285)

lIs sont parmi les Chrétiens, qui, venant de Rome, ont évangélisé la Gaule.

Ils s’installent à Soissons comme cordonniers. Les chaussures qu’ils fabriquent sont gratuites pour les pauvres.

L’Empereur Maximin leur demande d’abjurer leur foi, ce qu’ils refusent.

Ils sont décapités en 285.

De nombreuses églises leur sont dédiées. Plusieurs communes portent leur nom.

En octobre

31 oct

St Quentin (3ème S.), Martyr dans le Vermandois 

30 oct

St Lucain, Martyr (Ve siècle) ;

Bx Jean-Michel Langevin prêtre et martyr ( 1793) ;

Ste Hélène d’Anjou  (1276), Reine de Serbie  

29 oct

St  Félicien (3ème S.), Martyr à Carthage ;

St Narcisse (212), Évêque de Jérusalem ;

Bx Narcisse Basté ( 1936)

28 oct

Sts Simon et Jude (1er S.), Apôtres.

27 oct

Stes Capitoline et Erothéide (304), Martyres de  Cappadoce ;

Bse Emeline d'Yèvres (1079);

St Namace (✝ 462), Évêque de Clermont

26 oct

St Démétrios (4ème  S.), Martyr en Dalmatie.

25 oct

St Chély (540), Hilaire de Mende, Évêque ;   

St Crépin et Crépinien Martyrs à Soissons ( 285)

24 oct

St Florentin (7ème  S.), Moine

23 oct

St Théodorit (362), Prêtre et martyr à Antioche ;

St Jean de Capistran (1456), Frère Mineur 

22 oct

Ste Salomé la Myrophore, (1er S.), épouse de Zébédée et Mère des apôtres Jacques et Jean

21 oct 

Ste Ursule et ses compagnes (4ème S.) martyres à Cologne ;

St Hilarion (372), Abbé à Gaza 

20 oct

Ste Adeline (1125) Abbesse à Mortain (Normandie) ; St Vital (730) Évêque de Salzburg

19 oct

Dédicace de la Cathédrale de Reims (1211) ;

Ste  Laure (864) Martyre à Cordoue 

18 oct

St Luc (1er S.) Évangéliste

17 oct

Ste Marguerite-Marie Alacoque (1690).

16 oct

Ste Hedwige (1243), Duchesse de Silésie

15 oct

Ste Thérèse d’Avila (1582), Réformatrice du Carmel et Docteur de l’Église

14 oct

St Calixte 1er, Pape de 217 à 222  (222)

13 oct

St Edouard (1066), Roi d’Angleterre, confesseur

12 oct

Le Bon Larron ;   

Ste Herlinde et Relinde (8ème S.), Abbesses bénédictines

11 oct

Ste Bertille de Maroeuil (687) ;

Ste Ethelburge (7ème  S.)

10 oct

St Daniel et ses compagnons (1227), Frères Mineurs Martyrs au Maroc

9 oct

St Denis et ses compagnons (3er S.), Martyrs à Paris, St Denis est Patron de Paris et de la Seine-St Denis 

8 oct

Ste Pélagie la Pénitente (302), Martyre à Antioche (Province romaine de Syrie) ;

7 oct

Notre-Dame du Rosaire ;

Ste Justine (1er S.), Martyre

6 oct

Transfiguration du Seigneur1erS ;

St Bruno (1101) Fondateur des Chartreux 

5 oct

St Memmie (3ème S.), Évêque de Chalons en Champagne;

Ste Nonna (374) Naziance (Cappadoce) ;

SThierry (862), Évêque d’Arras et Cambrai 

4 oct St François d’Assise (1226), Fondateur de l’ordre des Frères Mineurs

3 oct

St Denys l’aéropagite (1er S.), Évêque d’Athènes, converti par St Paul);

Ste Menne (4ème S.), ermite en Champagne et en Lorraine;

St Gérard de Brogne (959), Fondateur de l’Abbaye de Brogne (Belgique);

2 oct

St Alphonse-Marie de Liguori 

Sts Anges gardiens 

1er oct 

Ste Thérèse de l’Enfant Jésus (1897), Thérèse de Lisieux, Docteur de l’Église

23 oct  St Jean de Capistran (1456), Frère Mineur

St Jean de Capistran est né à Capestrano, dans les Abruzzes. Il sera gouverneur de Pérouse. Après de multiples épreuves, il donne sa fortune aux pauvres et entre chez les franciscains. Il a prêché dans toute l’Europe. Il mènera la croisade contre les turcs qui menacent la chrétienté. Il meurt après la victoire contre les armées ottomanes en 1456.

Il a été canonisé en 1690.

21 oct  St Hilarion (372), Abbé à Gaza

Selon St Jérôme, St Hilarion le Grand est né en Palestine en 291, dans un village proche de Gaza (Thabatha)

Ses parents païens l’envoient faire ses humanités à Alexandrie, en Egypte. A 15 ans, il se convertit au christianisme et prend St Antoine comme modèle. Les foules qui venaient visiter Antoine pour recevoir sa bénédiction dérangeaient Hilarion dans sa prière. Antoine envoie alors le jeune garçon dans le désert, dans la région de Gaza. Il y guérit les malades qui viennent à lui et exorcise.

Comme son maître St Antoine, il subit de nombreuses tentations mais triomphe de toutes.

Pour échapper à la persécution de Julien l’Apostat (360-363) qui avait fait détruire son monastère, il trouve refuge en Lybie, puis il part en Sicile, où, à plus de 70 ans, il pense trouver la solitude. C’est sans compter sur son amour des hommes : il guérit à nouveau, exorcise les hommes et les animaux et attire ainsi les foules. Il part alors en Dalmatie, où  il convertit les habitants au christianisme. Il termine sa vie à Chypre. Il y meurt vers 372.

Hilarion a introduit la vie érémitique en Palestine et en Syrie où il a fondé plusieurs monastères.

19 oct Ste  Laure de Cordoue (864) 

  Sainte Laure est l’une des 48 martyrs de Cordoue.

Née dans une famille noble de Cordoue, elle devint veuve après six ans de mariage. Retirée au monastère de Cuteclara, elle en fut l’Abbesse durant neuf ans. Elle fut torturée par les Sarrazins pour avoir refusé de renier sa foi : après l’avoir longuement frappée, le bourreau la plongea dans une chaudière de poix bouillante. Pendant les trois heures que dura son supplice, elle loua Dieu.

Elle est très vénérée en Espagne

Sainte Nathalie de Cordoue est l'une des autres martyrs fêtée ce jour.

17 oct Sainte Marie Marguerite Alacoque 1647-1690

Elle nait le 22 juillet 1647 à Vérosvres. Très jeune, elle montre une grande dévotion au Saint Sacrement et préfère la prière aux jeux. Elle fait vœux de se consacrer à la vie religieuse. Dès l’adolescence, elle est dotée de ses premières visions du Christ. Après un essai de vie mondaine, elle entre chez les visitandines à 24 ans et y prononce des vœux perpétuels. Une apparition en 1675 la détermine à établir une vénération particulière pour le Sacré Cœur de Dieu. Elle consacrera toute sa vie à encourager cette dévotion. Elle meurt à Paray le Monial, le 17 octobre 1690 en prononçant le nom du Christ. Elle est canonisée en 1920.

15 oct Ste Thérèse d’Avila, (1582), Réformatrice du Carmel et Docteur de l’Église

Elle est née le 28 mars 1515 dans une famille noble d'Avila en Castille. Élevée dans la foi chrétienne,  elle est attirée par la vie religieuse. A l'âge de douze ans, elle perd sa mère et demande à la Vierge Marie de lui servir de mère. Puis peu à peu elle devient une adolescente préoccupée d’élégance et de mondanités. Puis nouveau revirement,  elle entre à 20 ans au Carmel. Elle prend conscience alors que les pratiques religieuses de cet Ordre se sont dégradées et elle va entreprendre de le réformer en revenant à la Règle première qui tourne autour de la Pauvreté, de l’humilité et de l’obéissance. Elle fondera tout au long de sa vie de  nombreux couvents en Espagne. Sous son influence, d’autres naitront dans le monde. Au sommet de sa vie mystique, Thérèse vit l'expérience mystique rare de la transverbération. Elle a laissé de précieux écrits où elle insiste sur la prière et sur l’humanité de Jésus. Elle meurt en octobre 1582. Elle est canonisée en 1622 et faite docteur de l’église en 1970. Son corps a été exhumé plusieurs fois et est resté incorrompu. Elle repose aujourd’hui dans le couvent d’Alba de Tormès.

 

10 oct St Daniel et ses compagnons (1227), Frères Mineurs Martyrs au Maroc.

 

Envoyés par Saint François d’Assise, de nombreux Frères Mineurs sont martyrisés au Maroc en 1219. Six franciscains partent alors de Toscane vers l’Espagne où ils rejoignent Frère Daniel, ministre provincial de Calabre. Le 20 septembre 1227, ils débarquent à Ceuta, au Maroc. Ils vivent quelques jours dans le faubourg chrétien auprès des marchands italiens, espagnols et portugais.  

Le vendredi, ils prêchent aux Chrétiens.

Le samedi, Frère Daniel lave les pieds de ses compagnons comme l’avait fait le Christ la veille de sa Passion.

Le dimanche, ils entrent dans la ville en habit religieux et portant le Crucifix. Ils prêchent sur la place publique. Ils sont arrêtés et emprisonnés.

Ils refusent de renoncer à leur foi chrétienne. Le dimanche suivant ils seront décapités.

Le Pape Léon X approuve leur culte en 1516..

9 oct  St Denis de Paris et ses compagnons (3er S.), Martyrs à Paris,  

Selon Grégoire de Tours, St Denis, 1er évêque de Paris, est envoyé en Gaule par le pape : après Arles, c’est à Paris (Lutèce) qu’il prêche l’amour de la Vierge Marie. Les conversions sont nombreuses, l’empereur romain Valérien ordonne sa mise à mort ainsi que celle de ses compagnons Rustique et Eleuthère. Ils  furent décapités sur le Mont des martyrs, actuel Montmartre.

Il est dit que St Denis se leva, prit sa tête dans ses mains et chemina ainsi jusqu’à St Denis où se trouve son tombeau.

St Denis est Patron de Paris et de la Seine-St Denis.

St Denis, en plus de la ville éponyme, a donné son nom à un département.

St Denis est aussi une basilique célèbre dans le monde entier en tant que nécropole royale, par exemple Charles Martel qui arrêta les arabes à Poitiers en 732 y est enterré.

6 oct St Bruno (1101) Fondateur des Chartreux;

Né vers 1030 à Cologne, Bruno appartient à une famille de notables de la ville.

Vers  l’âge de 15 ans, il vient approfondir ses études à Reims, à la réputée Ecole de la Cathédrale. Dès 1056, il est choisi par l’Archevêque Gervais pour diriger l’enseignement. Bruno garde cette chaire pendant plus de 20 ans. Il sera aussi chanoine et chancelier de la Cathédrale.

Alors que lui est proposée la direction de l’archevêché, Bruno va  renoncer à la vie séculière, convaincu de « la vanité des choses d’ici-bas ».

En 1083, avec deux compagnons, il se rend auprès de Robert de Molesmes, moine en charge de 35 prieurés. Ce dernier lui donne l’habit et l’autorise à se livrer à la vie contemplative à Sèche-Fontaine. Conseillé par Robert de Molesmes, il se rend avec six compagnons auprès de St  Hugues. L’Evêque de Grenoble avait vu en songe les 7 ermites sous l’apparence de 7 étoiles qui le guidaient vers un lieu désert de son diocèse où le Seigneur lui ordonnait d’élever un temple. St Hugues met à leur disposition une « solitude » dans le désert de Chartreuse. Bruno y élabore  ce qui deviendra la règle des Chartreux : solitude en cellule, liturgies communes et travail manuel.

En 1090, Bruno est appelé à Rome par Urbain II qui fut l’un de ses élèves à Reims ; le pape voulait recevoir ses conseils. Bruno est convoqué aux conciles de Bénévent (1091), de Troja (1093) et de Plaisance (1095). Il passe les dernières années de sa vie à l’ermitage de la Torre en Calabre où il meurt en 1101.

Un grand nombre de miracles eurent lieu sur son tombeau en Calabre et Grégoire XV le fit canoniser en 1623

4 oct   Saint François d’Assise 1182-1226   

Une grande figure de la mystique chrétienne. Il nait en 1182 dans une famille aisée. Son père, Pierre Bernardone, est un riche drapier. Après une jeunesse libre il prend conscience de la misère des pauvres et des lépreux.  Alors qu’il prie dans la chapelle de Saint Damien, il entend le Christ lui dire  "Répare ma maison qui, tu le vois, tombe en ruines." Il va opérer en douceur une réforme et beaucoup vont se joindre à lui dont celle qui deviendra Claire d’Assise. Il va fonder l’ordre des frères mineurs dont la mission est la prière, la pauvreté et l’évangélisation et par-dessus tout l’amour de la création dans tous ses aspects. Alors qu’il rédige une nouvelle Règle, il se sent fatigué et se retire sur le mont Alverne où il reçoit les stigmates du Christ. Il est le premier stigmatisé de l’histoire chrétienne.  Il compose en 1226, le "Cantique des Créatures" et le 3 octobre de la même année, il accueille, plein d’espérance, celle qui l’appelle « notre sœur la mort corporelle."

Pour cette vie exemplaire, il sera canonisé en 1228 par le pape Grégoire IX. Jean Paul II l’a fait patron de l’écologie en 1979.

2 oct Les Saints anges Gardiens 

Dans la tradition catholique, chaque être qui vient au monde, qu’il soit chrétien ou non, voit sa vie confiée à un ange gardien. Les Anges Gardiens nous protègent et nous fortifient contre le mal sous toutes ses formes. Ils intercèdent pour nous auprès de la miséricorde divine. Ils visitent aussi les âmes du Purgatoire. Saint Bernard de Clairvaux nous recommande de respecter leur présence, de les aimer pour leur bienveillance, d’être confiant en leur protection et d’obéir à leurs bonnes inspirations.

 

30 sept  St Jérôme (420), Père et Docteur de l’Église 

 Né en 331 dans une famille chrétienne, Jérôme quitte Stridon, en Pannonie, pour terminer ses études à Rome. Il étudie l’éloquence avec Victorin, maître alors réputé.

Il vit deux ans en ermite dans le désert de Calcide, au Sud d’Alep, il  y étudie l’hébreu et perfectionne sa connaissance du grec. Dans ce temps de solitude, il bénéficie de visions.

Il est ordonné prêtre à Antioche. En 382, il s’installe à Rome. Il y est le secrétaire et conseiller du pape Damase qui l’encourage à revoir la traduction de la Bible en latin. Il devient le guide spirituel d’un groupe de dames de l’aristocratie romaine qui ont choisi d’approfondir leur connaissance de la Parole de Dieu.  Pour lui, la connaissance de l’Écriture et la Charité se répandront chez les hommes par les femmes.

 A la mort du pape, il part en pèlerinage en Terre Sainte et en Égypte. Il se fait ermite à Bethléem. Il y fait construire deux monastères et un hospice pour les pèlerins grâce aux dons des dames romaines qu’il a éveillées à la parole du Christ. Il y restera jusqu’à sa mort en 420.

Sa grande érudition lui a permis de donner une meilleure traduction de la Bible. Sa traduction, la « Vulgate », a été reconnue par le Concile de Trente.  

Il a laissé de très nombreux écrits.

Boniface VIII, en 1298, le fait Docteur de l’Église. Il est l’un des quatre Pères de l’Église Latine. Jérôme est le Saint patron des bibliothécaires et des traducteurs.

29 sept   Saint Michel Archange

Son nom signifie « qui est comme Dieu ».

C’est le plus beau de tous les anges. C’est lui qui a combattu Lucifer lors de la rébellion des anges déchus. C’est lui aussi qui conduisit la famille de Noé et qui retint le bras d’Abraham alors qu’il allait immoler son fils.  Il est aussi l'Ange de l'Apocalypse, où Il apparaît à plusieurs reprises. C’est lui qui réconforte Jésus lors de son agonie. Il est le chef des légions angéliques et le grand défenseur de Dieu partout et en tout temps. Il est le plus actif auprès de l’humanité. Enfin il est l’ange tutélaire de la France et Saint patron du Catholicisme. Il est intervenu de nombreuses fois au travers de l’histoire de notre pays.

Entre autre,  il apparaît à Jeanne d’Arc à qui il confie la mission de chasser l’envahisseur.

27 sept Saint Vincent de Paul  1581-1660

Il naît près de Dax en 1576 ou 1581 dans une famille paysanne et chrétienne. Il fait ses études dans un collège franciscain. Elève travailleur et doué, il devient rapidement précepteur et prêtre. Il est ordonné en 1600. Il enseigne à l’université de Toulouse. Capturé par les barbaresques, il est vendu comme esclave à plusieurs maîtres dans l’actuel Maghreb. Il parvient à convertir son dernier propriétaire à la religion catholique. Il devient en 1610 aumônier de Marguerite de France. Il donne une grande partie de ses revenus aux pauvres. Il est curé de Saint Sauveur-Saint Médard à Clichy en 1612. En même temps il est précepteur à la Maison de Gondi. C’est en devenant le confesseur de Madame de Gondi qu’il découvre la misère des paysans lors d’un voyage en Picardie. Commence alors son véritable apostolat. En 1617 il fonde l’ordre des Dames de la Charité, dédié aux pauvres et en 1633, la compagnie des filles de la Charité. Leur nombre se multipliera rapidement. Suivra « Les enfants trouvés » en 1638. Il ne cessera de fonder des structures pour soulager la misère. Il saura mobiliser la noblesse pour cette tâche. Louis  XIII souhaitera qu’il soit près de lui au moment de sa mort. De son vivant, il est reconnu comme un exemple du renouveau spirituel et apostolique du XVIIe siècle français. Il meurt en odeur de sainteté le 27 septembre 1660. Il est canonisé en 1737 par Clément XII. Léon XIII en 1885, le fait Patron de toutes les œuvres charitables.

 

26 sept Sts Côme et Damien (3ème - 4ème S.), Martyrs à Cyr, Syrie

 

Côme et Damien, jumeaux, naissent en Arabie, de mère chrétienne. Savants  médecins, ils guérissent les maladies des hommes et des animaux.

Sous l’empereur Dioclétien, ils refusent avec leurs 3 autres frères de sacrifier aux idoles. Ils sont longuement torturés, puis décapités à Cyr (Syrie).

Ils sont vénérés dès le IVème siècle. Des églises seront construites en leur honneur à Jérusalem, en Egypte et en Mésopotamie.

A la suite de sa guérison attribuée aux deux saints, l’empereur romain d’Orient Justinien fait construire et décorer une église à Constantinople. Ce sera un lieu de pèlerinage. A Rome, la Basilique St Côme et Damien conserve les mosaïques du Vème Siècle  représentant les saints.

Côme est patron des chirurgiens et Damien celui des pharmaciens.

 

24 sept Notre-Dame des Grâces ou Notre-Dame de la Merci

Au XIIIème Siècle, en Espagne, les soldats chrétiens chassaient les Maures. A cette occasion, nombre de chrétiens furent faits prisonniers et envoyés en Afrique du Nord, les Sarrazins réclamant des rançons.

Sous l’inspiration de la Vierge Marie, Pierre Nolasque, prêtre né en Catalogne, leur vint en aide. Il fonda avec Raymond de Penyafort l’ordre de Notre-Dame de la Merci (ou du Rachat des Captifs) : les religieux se constituèrent prisonniers à leur place, libérant ainsi les soldats d’origine modeste qui ne pouvaient pas payer.

La fête de Notre-Dame de la Merci fut instituée pour remercier l’intercession de la Vierge.

23 sept St Pio de Pietrelcina  Padre Pio 1887-1968

Il nait à Pietrelcina en Campanie. Il est d’origine paysanne. Dès l’âge de 5 ans, il a des visions du Christ. Il rejoint l’ordre des frères mineurs capucins en 1903. Il prononce ses voeux en 1909 et est ordonné diacre au couvent de Morcone. Il prend alors le nom de Pio. Une année plus tard, il est ordonné prêtre. Il est nommé au couvent San Giovanni Rotondo.  En 1911, apparaissent les stigmates. Il sert comme infirmier pendant la guerre. Le 5 aout 1918, il manifeste les signes d’une tranverbé--ration (son cœur est transpercé avec saignement). Il sera régulière-ment ausculté afin de comprendre l’origine de ces saignements. Il sera persécuté par le Vatican qui soupçonne une supercherie, jamais prouvée.

La ferveur populaire le considère comme un saint, au point qu’on lui interdit toute vie publique. Il accomplit des guérisons parfaitement attestées. Peu à peu, le Vatican va changer d’attitude. En juillet 1933, il pourra à nouveau célébrer la messe en public et confesser. Il est en contact avec le futur Jean-Paul Deux à partir de 1947. Ce dernier sera témoin de ses guérisons. Il meurt le 23 septembre 1968 après avoir reçu les stigmates pendant plus de 50 ans.

Il est canonisé en 2002 par Jean Paul Deux. Il est l’objet en Italie et partout dans le monde d’une grande vénération.

 

22 sept St Maurice et ses compagnons de la légion thébéenne (v.287)

Selon la tradition orale, rassemblée avec soin par St Eucher, évêque de Lyon, au Vème siècle, l’empereur Maximien est devenu empereur d’Occident en 286. Il a eu le projet d’exterminer les Chrétiens. Pour cela, il fit venir la légion cantonnée à Thèbes, en Egypte. Or, ces valeureux soldats étaient chrétiens, Maurice était l’un de leurs officiers. Ils ont refusé de tuer d’autres chrétiens : ils ont été exécutés en représailles.

L’abbaye de Saint Maurice d’Agaune (Valais), fut élevée par le roi burgonde St Sigismond, en 515, en l’honneur de St Maurice et de ses compagnons. C’est une communauté de chanoines vivant sous la règle de St Augustin. C’est la plus ancienne abbaye d’Europe occidentale ayant fonctionné en permanence depuis sa fondation. 

En France, 525 églises sont sous le patronage de St Maurice (47 en Savoie et Haute Savoie), 25 en Belgique et 44 en Suisse.

St Maurice est le Patron des Chasseurs Alpins.

En septembre

30 sept

St Jérôme (420), Père et Docteur de l’Église ..Lire en page d'accueil

29 sept

St Michel, Saint Archange.

28 sept

St Venceslas (929), Duc de Bohême et martyr

27 sept

St Vincent de Paul (1660), Fondateur de la Congrégation de la Mission et des Filles de la Charité

26 sept

Sts Côme et Damien (3ème S.) .25 sept

St Firmin (4ème S.), premier Évêque d’Amiens

24 sept

SRustique (v.446), Évêque de Clermont, Auvergne ;

Notre-Dame des Grâces

23 sept

St Pio de Pietrelcina (1968), Padre Pio, prêtre capucin

22 sept

St Maurice et ses compagnons de la légion thébéenne (v.287).

21 sept 

SMatthieu (1er S.), Apôtre du Christ et Martyr

20 sept  ;

St  Eustache (118), Martyr ;

SFrançois Jaccard (1838) Martyr à Hué, en Annam

19 sept

St Janvier (305), Évêque et Martyr à Naples

18 sept

Ste Nadège (2ème S.), Vierge et martyre à Rome ; 

St Joseph de Cupertino (1663), Frère Mineur 

17 sept 

St Robert Bellarmin (1621), Jésuite, Docteur de l’Église ; Ste Hildegarde de Bingen(1179),Abbesse bénédictine, Docteur de l’Église

16 sept  

Ste Edith de Barking (984), Abbesse de Wilton

15 sept

Notre-Dame des sept Douleurs, mémoire liturgique ;

St Nicomède (6ème S.), Martyr à Rome ;

SValérien (178), Martyr à Tournus

14 sept  

Fête de la Croix glorieuse ;

St Pierre de Tarentaise (1174), Évêque

13 sept

St Jean Chrysostome (407), Évêque de Constantinople, Docteur de l’Eglise 

12 sept

St Autonome (3ème S.), Évêque et Martyr;

Le Saint Nom de Marie

11 sept

St Marcel (6ème S.), 1er apôtre connu du Velay.

10 sept

St Agabius (438), Évêque de Novare (Piémont) ;

St Emilien (4ème S.) Évêque de Valence

9 sept

Stes Osmane et Osanne (7ème S.), Ermites

8 sept;

St Isaac (438), Évêque Arménien;

St Frédéric (1853), Frédéric Ozanam, fondateur de la Société St Vincent de Paul ; 

Nativité de la Vierge Marie

7 sept  

Ste Reine (252), Martyre à Alésia; St Cloud (560), Moine près de Paris. ;

St Grat (451), Évêque d’Aoste.

6 sept

St Donatien et ses compagnons (484), Martyrs à Carthage ; 

St Magne  (7ème S.) Abbé en Bavière

5 sept

St Gennebaud (550), 1er Évêque de Laon

Ste Raïssa (4ème S.) Martyre à Alexandrie.

4 sept

Ste Rosalie (1170), Vierge à Palerme (Sicile), Patronne de la ville.

3 sept

St Grégoire le Grand (604), Pape, Docteur de l’Eglise.

2 sept

Ste Ingrid de Skänninge (1282), Princesse suédoise ;

Ste Théodote ( v. 304), Martyre à Nicée en Bithynie 

1er sept

St Gilles (720) Ermite, près de Narbonne..

21 sept  Saint Matthieu  Premier siècle

Il est collecteur d’impôts lorsque jésus l’appelle. Il est l’un des 12 apôtres. Il est semble-t-il le plus instruit de tous. Il évangélise l’Ethiopie où il guérit le fils du roi. Le couple royal se convertit ainsi que le peuple. Il meurt dans ce pays. Selon la tradition ses reliques sont à Salerne.

Il est le patron des percepteurs, des comptables et des banquiers.

 

20 sept  St  François Jaccard (1838) Martyr à Hué, en Annam

Né le 6 septembre 1799 à Onnion (Haute-Savoie) de parents très pieux. François va à l’école à 9 ans. Il rencontre au Collège de Mélan (Taninges) un prêtre qui forme les jeunes pour les missions lointaines. Après 2 ans au séminaire de Chambéry, il entre au séminaire des Missions étrangères rue du Bac à Paris. Ordonné prêtre en 1822, il part en 1823 pour la Cochinchine. Il rejoint d’autres missionnaires au collège de Phuong-Ru. En 1827, le roi Minh-Mang l’invite à Hué ; il en fera son traducteur et interprète, pour le surveiller car la religion catholique est interdite. Il est emprisonné. Il refuse d’apostasier, il est torturé puis étranglé en même temps qu’un jeune chrétien près de Hué en 1838.

Son corps repose rue du Bac, dans la Salle des Martyrs du Séminaire des Missions étrangères. Il a été béatifié par le pape Léon XIII en 1900 et canonisé par Jean-Paul II en 1988.

Deux chapelles lui sont dédiées à Onnion et à Sévillon, son hameau natal.

19 sept St Janvier (305), Évêque et Martyr à Naples

Né vers 270 à Naples d’une ancienne famille romaine patricienne, il est ordonné prêtre, puis évêque de Bénévent (Campanie) en 302.

Il est très affecté par la persécution des chrétiens menée par l’empereur Dioclétien pendant de longues années.

Un jour, il guérit une paralytique. C’est son 1er miracle. Thimothée, proconsul, le condamne au bûcher. Janvier en sort indemne. Il est alors fouetté puis envoyé avec d’autres chrétiens pour les jeux du cirque. Dans l’amphithéâtre de Pouzolles, lions, tigres et hyènes pourtant affamés se couchent à leurs pieds. Thimothée en perd la vue. Janvier le guérit. Sur les 30 000 spectateurs présents, ils sont 5 000 à demander à Janvier de les baptiser. Le proconsul irrité ordonne de décapiter l’évêque et ses diacres.

La paralytique guérie recueille le sang de l’évêque martyr qu’elle emporta dans deux fioles à Antignano. Lorsque le saint fut transféré dans sa catacombe à Capodimonte, elle plaça les fioles près de son corps et le sang desséché du saint se liquéfia.

Dès le Vème siècle, Saint Janvier est vénéré et il l’est encore aujourd’hui. Le miracle de la Liquéfaction du sang est célébré en mai, en septembre à la date de son martyre et le 16 décembre, date de l’éruption du Vésuve de 1631 qui a épargné Naples. Depuis, le sang se liquéfie chaque fois.

Il est l’un des saints patrons de Naples.

18 sept  St Joseph de Cupertino  (1603-1663)  Frère Mineur

 

Il est né à Cupertino dans la région des Pouilles en Italie. Il reçoit une éducation chrétienne dans une famille extrêmement pauvre et auprès d’une mère très dure qui le rejette.  Il va devenir franciscain mais comme il est maladroit, il est accepté au début comme garçon d’écurie. Cependant, il fait montre d’une telle richesse spirituelle qu’il est admis au sacerdoce en 1628. Il va alors observer un jeune très strict tout en consacrant son temps à des tâches simples car pense-t-il, c’était tout ce qu’il est capable de faire. Toute sa vie est constellée de faits surnaturels : extase, miracles et même lévitation.  Comme souvent dans ce cas, l’église voit ces prodiges d’un mauvais oeil et demande qu’on le cache.  Il accepte sans se plaindre les déplacements, les emprisonnements, les moqueries.  Il A la fin de sa vie il sera abandonné à lui-même.

17 sept  Ste Hildegarde von Bingen (1098-1179)

Ses parents l’amènent très jeune au monastère bénédictin de Disibodenberg, elle a huit ans. «  Un cadeau pour Dieu ». Ce couvent à la particularité d’être mixte mais moines et moniales vivent dans des bâtiments séparés et sous l’autorité des moines. Elle y est éduquée et prononce ses vœux vers l’âge de 15 ans. Elle y est élue abbesse. En plus d’être une grande lettrée, elle est herboriste, elle soigne, elle écrit et compose de la musique et des poèmes mais aussi des traités théologiques et de médecine. Elle fut dotée de nombreuses visions, semble-t-il depuis l’âge de trois ans. Elle sera bientôt renommée et entretiendra une correspondance avec les grands de ce monde : le pape, saint Bernard de Clairvaux …. Elle fondera avec ses sœurs son propre couvent à Bingen. A une foi profonde, elle alliait beaucoup d’intelligence et de bon sens. Elle fut la première femme à prêcher.

Sa vie ne manqua pas d’épreuves, jalousie, persécutions par les frères, santé fragile…On l’a cru à plusieurs reprises à l’agonie. Mais non, elle avait encore à faire. Elle est en avance sur son temps, entre autre pour sa vision de l’homme et de l’univers où la science et la spiritualité moderne peut se retrouver.2

Elle sera nommée Docteur de l’église par Benoit 16 en 2012

15 sept   SValérien (178), Martyr à Tournus 

Au 2ème Siècle, Valérien quitte la Palestine pour évangéliser la Gaule. En 177, c’est le début des persécutions des chrétiens par les Romains, dont Ste Blandine et St Pothin à Lyon. Valérien y est emprisonné ; il s’évade. Arrivé à Tournus, il convertit de nombreux habitants. Priscus, gouverneur de Châlon sur Saône, le fait arrêter. Valérien est torturé mais il ne cesse de louer Dieu. Il sera alors décapité en 178. Il est inhumé à l’emplacement actuel de la crypté de l’église St Philibert. Son tombeau sera pour les Chrétiens un lieu de recueillement clandestin.

Dans un premier temps, après l’Edit de Milan (313), un oratoire est construit sur sa tombe. En 854, sous Charles II le Chauve, sera fondée l’Abbaye Saint Valérien. En 875, au moment des invasions normandes, les moines de Tournus accueillent leurs frères de l’Abbaye Saint Philibert de Noirmoutier avec les reliques de leur Saint Patron. L’Abbaye de Tournus portera alors le nom de Saint-Philibert. L'un de ses Abbés fera construire au XI ème S, à une centaine de mètres, une église dédiée à Saint Valérien.

14 sept    St Pierre de Tarentaise (1174), Évêque

Né en 1102 à St Maurice l’Exil en Dauphiné, dans une famille pieuse et charitable. En 1121, il entre au monastère cistercien de Bonnevaux.

Avec quelques moines, ils fondent en 1132 l’abbaye de Tamié. Il en sera le 1er Abbé.

Rapidement connu pour ses miracles, il est élu archevêque de Moutiers par le clergé et le peuple en 1141.

A Moutiers, le palais épiscopal devient la maison des pauvres ; il y organise une distribution de soupe. Dans cette même ville, il ouvre un hospice et rénove celui du Petit-Saint-Bernard.

Il fait à plusieurs reprises office de négociateur pour rétablir la paix en Europe et protéger l’unité de la chrétienté.

Il meurt à l’Abbaye cistercienne Notre-Dame de Bellevaux en 1174.

Des miracles ayant eu lieu sur son tombeau, il est canonisé en 1192 par le Pape Célestin III.

13 sept  St Jean Chrysostome                Père grec, Docteur de l’Église (349-407) 

Né vers 349, Chrysostome (Bouche d’or en grec, du fait de son éloquence) est originaire d’Antioche Son père, officier supérieur, meurt alors qu’il est enfant. Il sera élevé par sa mère.

Baptisé à 18 ans, après avoir rencontré l’évêque Mélèce, il étudie la rhétorique puis il entre à l'Asceterio, sorte de séminaire.

Il se retire pendant 4 ans parmi les ermites du Mont Silpio puis 2 ans seul dans une grotte. Il y  poursuit son travail théologique. Il écrit « Du sacerdoce », un traité qui met en valeur la prêtrise, « redoutable privilège » au cœur du monde, le moine étant, lui, plus éloigné des tentations. 

Sa vocation est la prédication : il revient à Antioche. Il est ordonné prêtre en 386. Il vénère le Nouveau Testament, et en particulier l’Evangile de Matthieu. Ses prédications sont des commentaires simples des paroles bibliques, il a le souci d’être compris de tous.  Il est l’orateur le plus populaire d’Antioche.

Il succède au Patriarche de Constantinople en 397. Il encourage la sollicitude envers les pauvres. Il fonde des hospices. Pour lui, il est nécessaire de créer un nouveau modèle de société fondé sur l’Évangile. Il est exilé par l’empereur romain d’Orient Arcadius. Il meurt à Comana (Cappadoce) en 407.

L’église orthodoxe utilise toujours la liturgie eucharistique de Saint Jean Chrysostome. Ses reliques sont vénérées dans une chapelle de la Basilique Saint Pierre de Rome. Pie X l’a déclaré  Docteur de l’Église et patron de tous les orateurs sacrés.

17 traités, 700 homélies, des commentaires de Matthieu et de Paul ainsi que 241 lettres nous sont parvenus. Son jugement fait autorité, encore aujourd’hui, dans des questions controversées d’exégèse.

12 sept  Le Saint Nom de Marie

 

Cette fête célèbre la victoire en 1683 du roi de Pologne, Jean Sobiesky contre l’invasion turque. La veille de la bataille, il avait fait célébrer une messe en l’honneur de Marie. Cette bataille était décisive pour défendre l’Europe chrétienne. Cette victoire fut comprise comme l’intercession de la Vierge auprès de son Fils. Un Te Deum fut d’ailleurs chanté dès le lendemain de la défaite des turcs, à l’église Notre Dame de Lorette à Paris en remerciement. Cette fête fera alors partie du calendrier liturgique catholique. Supprimée après Vatican II, cette célébration est remise à l’honneur par Jean Paul II en 2002.

11 sept St Marcel (6ème S.), 1er apôtre connu du Velay

Le Velay dépendait de l’Évêché de Clermont en ces débuts du christianisme Le Puy, comme Clermont, avait son quartier chrétien ou « vicus christianorum ».  C’est là que prit naissance  l’Eglise du Puy. 

Marcel, prêtre, y avait été envoyé par l’Évêque de Clermont pour rassembler les Chrétiens, propager le christianisme et fonder un évêché.

Des inscriptions latines du VIème siècle mentionnent le martyr de Marcellus, peut-être dans une émeute de païens. Sa sépulture se trouvait dans une petite église dédiée à Notre Dame, devenue la grande église romane de St Marcel. A moitié détruite lors des guerres de religion, elle fut ensuite désaffectée à la Révolution.

Ces vestiges sont sur la commune d’Espaly Saint Marcel qui lui doit son nom.

8 sept  Nativité de la Vierge Marie  

L’une des treize fêtes mariales du calendrier. Célébration de la naissance de Marie, mère de Dieu. Elle est célébrée chez les catholiques comme chez les orthodoxes. Ses parents, Joachim et Anne ne pouvait avoir d’enfant. Joachim se retire pour 40 jours de jeûne dans le désert dans le but de recevoir l’aide de Dieu. Un ange vient lui annoncer qu’il aura une fille. Ce sera Marie dont la naissance est considérée comme miraculeuse

7 sept  St Grat (451), Évêque d’Aoste 

St  Grat est le 2ème évêque du diocèse d’Aoste. L’origine latine de son nom serait « gratia », la grâce.

Lors de son voyage en Palestine, il a trouvé la tête de St Jean Baptiste au fond d’un puits. Il l’a rapportée à Rome et a ramené la mâchoire inférieure à Aoste comme relique.

Son culte est répandu sur les deux versants des Alpes : St  Grat est Patron du diocèse d’Aoste et, en Savoie, de Conflans et de la Tarentaise.

Avec St Antoine et St Guérin, St  Grat est le protecteur des troupeaux. Il était aussi invoqué pour protéger les vignobles et les moissons.

Plusieurs communes lui font un honneur particulier avec une « chapelle St  Grat », ainsi on faisait sonner la cloche de celle du Promerat à la Baume (74) pour arrêter la tempête et la grêle et à Bonneval sur Arc (73) on allait prier à l’oratoire St Grat pour demander l’élimination des chenilles et des rats.

5 sept  SteRaïssa (4ème S.) Martyre à Alexandrie 

Son père est un prêtre de Tamieh (aujourd’hui Fayoum, à la lisière du désert de Lybie).

Elle a 20 ans lorsqu’éclate la persécution de Dioclétien (en 303).

Un jour, elle voit un grand groupe d’hommes, de femmes, de moines.... enchaînés sur un bateau parcequ’ils ne voulaient pas abjurer leur foi en Jésus Christ. Par solidarité, elle sera enchaînée avec les chrétiens. Quand le navire accoste à Alexandrie, elle est la première à subir les tortures, elle sera ensuite décapitée.

 

3 sept  St Grégoire le Grand (604), Pape, Docteur de l’Église  

Issu d’une famille noble de Rome, après de solides études latines et grecques,

Grégoire est nommé préfet de la cité en 573. La situation du pays est désastreuse, les invasions barbares l’amènent, avec d’autres nobles, à déclarer leur fidélité au pape. A la mort de son père, Grégoire démissionne de ses charges et forme une communauté religieuse, il veut se consacrer à la prière. Il est élu pape à la mort de Pélage II en 590.

Il a beaucoup apporté à l’exercice du culte chrétien, entre autre la codification du chant liturgique appelé chant grégorien. Il a laissé de très nombreux écrits, dont l’unique témoignage ancien sur la vie de Benoît de Nursie, fondateur de l’Ordre des Bénédictins.

On lui doit l’évangélisation de l’Angleterre.

Un évènement particulier a marqué son pontificat. Alors qu’il était à la tête d’une grande procession pour conjurer la peste, l’archange St Michel est apparu au sommet du mausolée d’Hadrien, devenu aujourd’hui le château St Ange. L’épidémie de peste s’est éteinte.

Grégoire meurt à Rome en 604.

1er sept  Saint Gilles l’Ermite (720)

Il est né à Athènes où il est rapidement connu pour les miracles qu’il accomplit. Pour se soustraire aux solliciteurs, il part vivre dans le Languedoc au septième siècle. Il y sera ermite puis il devient abbé. Les grands de ce monde, rois et papes solliciteront ses conseils. Il meurt le premier septembre 720.  Là où il vécut s’élèvera une abbaye, Saint Gilles du Gard étape à la fois du pèlerinage vers Rome et vers Compostelle. Après sa mort, son culte se répandra rapidement et son tombeau deviendra un lieu de pèlerinage. Il est le patron des estropiés et des malades.

31 août Saint Raymond Nonnat 1204-1240

Il est né en Catalogne. Il est ordonné prêtre en 1222 et entre dans l’ordre de la Merci dédié à l’aide des chrétiens prisonniers des musulmans et réduits en esclavage. Les moines de la Merci prenaient la place des prisonniers. Saint Raymond est un de ceux-là. Il met ce temps à profit pour baptiser des musulmans convertis à la foi chrétienne. Il fut alors plus cruellement traité par ces geoliers. Enfin, une rançon est versée pour le libérer. Il est à son retour missionné par le pape Grégoire IX auprès de Saint Louis pour l’encourager à partir en croisade. Il meurt à 36 ans, épuisé par les épreuves subies. Il est canonisé en 1657 par le pape Alexandre VII. Il est le saint patron des femmes enceintes et des sages-femmes.

 29 août :    Ste Sabine  (2ème S.)

 Chrétienne du deuxième siècle,  elle est martyrisée le 29 aout 126, pour avoir fait enterrer sa servante, elle-même convertie,  selon le rite chrétien. Elle fut une sainte romaine très célébrée. En son honneur, trois siècles après son martyre, une riche romaine, fit élever sur ses terres, en 425,  une basilique qui existe encore de nos jours. Grande voyageuse, elle est représentée avec les attributs du pèlerin : bourdon, pèlerine avec capuchon ou grand chapeau, besace, livre, et parfois la palme du  martyr.

 28 août  St Guérin, (V 1050, 1150) moine cistercien fondateur de l’Abbaye Notre-Dame d’Aulps, Evêque de Sion,

 

Guérin nait vers 1050 à Pont-à-Mousson. Moine de Molesme à 18 ans, il quitte cette Abbaye pour aller dans les Alpes suivre plus strictement la règle de Saint-Benoît. Il établit un ermitage dans la combe de la Corne chaude près de St Jean d’Aulps. Des terres lui sont données par le Comte de Savoie Humbert II. L’Abbaye cistercienne se développe rapidement, il y est Prieur  de 1070 à 1113.

En 1138, il devient Evêque de Sion. Il défend autant l’indépendance politique du Valais que les intérêts de l’Eglise. Il meurt en 1150.

Sa tombe devient un lieu de pèlerinage où se produisent de nombreux miracles. Ses reliques sont honorées jusqu’à aujourd’hui.

27 août Sainte Monique (332-397)

 Voilà une femme remarquable. Elle préfigure par son nom la vie monastique. Monique vient du grec monos : seul,  qui est aussi l’origine du mot moine. Elle sera mariée à un romain, Patricius. Il est païen, elle est chrétienne. Ce mari débauché et bien souvent violent lui permettra d’exercer sa patience et sa bonté. Il finira par se convertir.

Ils ont eu trois enfants dont un garçon bien connu sous le nom de saint Augustin, lui aussi libertin dans tous les sens du terme. Elle le rejoindra en Italie où elle suivra les enseignements de Saint Ambroise, évêque de Milan. Enfin Augustin se convertira à la foi chrétienne. Elle deviendra bientôt une de ses disciples,  reconnaissant la valeur spirituelle de ce fils bien-aimé. Lui, rendra hommage de son côté aux grandes qualités de sa mère et à ses conseils toujours avisés.

Elle meurt à Ostie après une vie consacrée à sa foi et à ses enfants. Sans doute pour cela, elle est la patronne des mères chrétiennes.

26 août  St Césaire d’Arles (542), Évêque, Père de l’Église

 Césaire est né vers 470 à Chalon sur Saône, en terre burgonde et de parents chrétiens.

Il devient moine au monastère de Lérins à 20 ans. Il part pour Arles où il devient prêtre en 499. L’évêque Eon lui confie la direction d’un monastère. Il rédige la règle pour les moniales des Alyscamps, règle qui sera adoptée par Sainte Radegonde à Poitiers. Il est nommé archevêque d’Arles en 502. Il le restera jusqu’à sa mort. Tout au long de son apostolat, il préside  plusieurs conciles.

En 529, à Orange, il définit la Grâce.

Il meurt en 542, laissant 238 homélies et des traités dogmatiques.

Ses reliques sont les plus anciens vêtements liturgiques conservés en France.

25 août  St Louis   (1270), Louis IX, roi de France

St Louis, fils de Louis VIII et de Blanche de Castille, succède à son père sous la tutelle de sa mère en 1226, date de son sacre à Reims. Il a 12 ans.

L’image d’un roi rendant la justice sous un chêne est restée dans les esprits grâce au  chroniqueur le Sieur de Joinville, jeune écuyer devenu familier du roi. C’est un hommage à son sens de la justice auquel il  faut ajouter sa profonde piété, sa charité envers les pauvres.

A 20 ans, il épouse Marguerite de Provence, il s’embarque avec elle pour délivrer la Terre Sainte en 1248. Il est fait prisonnier. De retour dans son royaume, il entreprend de grandes réformes, fonde des hôpitaux et des monastères. Il réalise son grand projet, la construction de la Sainte Chapelle, à la fois « sanctuaire royal » et « monumental reliquaire » destiné à recueillir la Couronne d’épines qu’il a acquise auprès de l’empereur de Constantinople.

Il fonde la Sorbonne en 1257. Sous son règne se poursuit aussi la construction de Notre-Dame de Paris. Tout au long de sa vie, il a eu le souci d’améliorer les liens avec l’Angleterre.

Il meurt de la peste à Carthage alors qu’il était en chemin pour la Terre Sainte.

24 août  Saint Barthélemy Premier siècle

Il est l’un des Douze apôtres du Christ. Il évangélise l’Arabie, la Mésopotamie et l’Inde avec Saint Thomas. Il convertit le roi Polymi et sa cour dans l’actuel Azerbaïdjan.  

 Victime d’un complot, il est martyrisé. Ses reliques, transférées à Rome en 983 sont vénérées dans l’église Saint Barthélémy. 

22 août  Saint Symphorien,  mort en 178

Symphorien est le fils de Faustus et d’Augusta tous deux vénérés comme saints. Sa famille faisait partie des tous premiers chrétiens  d’Autun, ville encore païenne. Il sera martyrisé parce qu’il a refusé d’adorer les dieux païens. Vers 450, l’on érige sur le lieu de son martyre, l’abbaye de Saint-Symphorien d’Autun. Il est reconnu comme un saint national à l’époque mérovingienne.

Ses reliques se trouvent dans la cathédrale Saint Lazare à Autun. En France, où il fut partout vénéré, vingt-sept communes et de nombreuses églises portent son nom. Il est considéré comme un saint guérisseur.

En août

31 août

St Aristide (2ème S.) Philosophe à Athènes 

St Raymond Nonnat (1240), prêtre.

30 août

St Fiacre (670) Ermite près de Meaux

29 août  

St Merry (Médéric) (7ème S.) Abbé  

Ste Sabine (126)

28 août

St Augustin (430), Evêque d’Hippone, Docteur de l’Eglise ;

St Guérin, (V. 1050 – 1150) moine cistercien fondateur de l’Abbaye Notre-Dame d’Aulps, Évêque de Sion,

27 août

Ste Monique (387).

26 août  

Ste Nathalie de Nicomédie (4ème S.) ;

St Césaire d’Arles (542), Évêque d’Arles, Père de l’Eglise.

25 août

St Louis (1270), Louis IX, roi de France

24 août

St Barthélémy (1er S.), Apôtre.

23 août

Ste Rose de Lima (1617), Vierge

22 août

St Symphorien d’Autun (1er S.), Martyr.

21 août

St  Privat (v.257), Évêque de Mende et martyr ;

St Pie X (1914) Pape de 1903 à 1914 

20 août

St Bernard (1153), Bernard de Fontaine, fondateur de l’Abbaye cistercienne de Clairvaux, Docteur de l’Eglise 

19 août

St Donat (535), Ermite près de Sisteron ;

St Jean Eudes (1680), fondateur des Eudistes et de l’Institut Notre-Dame de Charité

18 août

Ste Hélène (329) Impératrice byzantin

17 août

St Mammès (v.274), ermite en Cappadoce,  martyr

16 août

St Roch (1380), Pèlerin, protecteur invoqué lors des épidémies de peste

15 août

Assomption de la Vierge Marie   

14 août

St Maximilien Kolbe (1941), Frère Mineur, martyr, fondateur de la Milice de l’Immaculée

13 août 

St Hippolyte de Rome (235), Martyr

Ste Radegonde  (587) Reine des Francs 

12 août

Ste Jeanne Françoise de Chantal  (1641) ; Fondatrice, à Annecy, de la Visitation ; Patronne des vocations féminines

11 août

Ste Claire d’Assise (✝1253) Fondatrice des Clarisses

10 août

 St Laurent de Rome (✝258), Diacre et marty

9 août  

St Amour (✝8ème S.) Martyr ;  

Ste Thérèse Bénédicte de la Croix (✝1942), Carmélite, martyre en Pologne, copatronne de l’Europe.

8 août

St Marin (✝290), Martyr en Cilicie 

7 août

Ste Afra (✝304), Martyre à Augsbourg ;

St Donatien (4ème S.), Évêque de Châlons en Champagne

6 août  

Transfiguration du Seigneur (1er S.), Mt Thabor .

5 août

St Thierry (✝v.862) Évêque d’Arras et de Cambrai ;

St Abel de Lobbes (✝770), Bénédictin, Archevêque de Reims 

4 août

St Jean Marie Vianney (✝1859), Curé d’Ars 

3 août  

Ste Lydie (1er S.), convertie par St Paul ;

St Pierre Favre (✝1546), 1er prêtre de la Compagnie de Jésus 

2 août

St Pierre-Julien Eymard (✝1868) Fondateur de la Congrégation du St Sacrement

1er août

St Félix (✝V.304), martyr en Espagne

21 août   Saint Pie X 1835-1914

 

 Il est d’origine modeste. Il veut très jeune être prêtre. Il est ordonné le 27 févier 1858. Tout d’abord vicaire à Tombolo, il devient directeur spirituel du séminaire du diocèse de Venise. Il milite pour la restauration du chant grégorien. En 1884, il est nommé évêque de Mantoue puis Patriarche de Venise et cardinal en 1893. Elu pape, il prend le nom de Pie X. Intelligent, il a su s’entourer de personnalités compétentes. Revenir à la doctrine chrétienne traditionnelle est le projet de son pontificat. Il sera néanmoins un pape réformateur. Réforme du catéchisme, de l’organisation financière du Vatican, de la Curie Romaine………Il critique violemment la loi 1905 sur la séparation de l’église et de l’état. Il refuse de bénir les armées austro-Hongroises avant la première guerre mondiale. Très affecté par ce conflit, il meurt en aout 1917. Très aimé par les catholiques, un culte lui est rendu après sa mort. Plusieurs miracles sont reconnus et il est canonisé en 1954.

20 août  St Bernard,  Bernard de Clairvaux 1090-1153

Une grande figure de la chrétienté européenne, Bernard de Clairvaux est né dans une famille noble bourguignonne. Après de bonnes études, il vivra la vie mondaine d’un noble de son temps mais il souhaite rapidement devenir moine. Il entre à l’abbaye de Citeaux en 1112. Il se signalera très vite par la rigueur de sa pratique monastique. En 1115, il fonde l’abbaye de Clairvaux. Pendant ses 38 ans d'abbatiat, Bernard créera 68 abbayes filles de Clairvaux. Travailleur infatigable, il sera un grand réformateur de l’ordre cistercien dans le sens du dépouillement. Très réputé et très écouté, il sillonnera l’Europe pour prêcher et y développer le culte marial. Son œuvre reste encore aujourd’hui une source d’inspiration pour le chrétien. Il sera canonisé en 1174 et déclaré Docteur de l’Église en 1830.

18 août  Ste Hélène  (329) Impératrice byzantine

 

De modeste origine, elle est la mère de Constantin, premier empereur romain chrétien.

Elle partit en pèlerinage pour la Palestine pour recueillir les reliques de la Passion. Là-bas, elle construisit trois basiliques pour protéger les Lieux Saints et les grottes mystiques : celle de Bethléem, celle où le Christ fut déposé dans l'attente de la Résurrection, celle des enseignements. Elle meurt à Nicomédie en 329, au retour de Terre Sainte. Elle fut transportée à Rome où l'on voit encore au Vatican le sarcophage de porphyre qui contient ses reliques.

15 août   L’Assomption

 

Croyance selon laquelle la Mère de Jésus n’est pas morte mais est entrée directement dans la Gloire de Dieu.

Les chrétiens orientaux parlent plus volontiers de Dormition. La tradition est ancienne; elle remonte au quatrième siècle. Grégoire de Tours est le premier à en faire état par écrit.

C’est l’empereur Byzantin Flavius Mauricius qui au sixième siècle, en fera une fête célébrée le 15 août.

En 1950, ce phénomène est déclaré « vérité de la foi chrétienne»

14 août   St Maximilien Kolbe 1894-1941

 

Il est né en Pologne dans une famille laïque franciscaine. Lui-même sera prêtre franciscain. A Rome, en 1917, il crée la mission de l’Immaculée, fondée sur la dévotion totale à la Vierge Marie, dont il avait eu une vision, enfant. Il œuvrera toute sa vie à promouvoir la vénération de la Mère de Jésus. Il édifiera une Cité de Marie, près de Nagasaki. Ce sera le seul bâtiment à ne pas être détruit par la bombe atomique. L’aide qu’il apportera aux catholiques et aux juifs lui vaudra d’être arrêté une première fois puis une seconde par la Gestapo. Il refuse de renier sa foi et il sera déporté. Il se portera volontaire pour  remplacer un prisonnier. Avec d’autres, il sera enfermé sans nourriture ni eau jusqu’à ce que mort s’ensuive. Il soutiendra ses compagnons jusqu’au bout. Il sera achevé par les nazis par une piqure de phénol. Il sera canonisé comme martyr par Jean Paul II.

13 août  Ste Radegonde 519 ? – 587 

 

Fille du roi de Thuringe, elle était réputée pour sa grande beauté et son immense savoir. Elle était considérée comme l’une des femmes les plus brillantes de son temps. Elle fut la 4ème épouse du roi Clotaire. Ce dernier accepta qu’elle renonce à son titre pour servir les pauvres. Sur la terre de Saix, entre Tours et Poitiers, Radegonde fit construire un hospice, l’un des premiers de France.

Elle fonda à Poitiers un monastère qui portera le nom d’Abbaye Sainte-Croix. Ce couvent est occupé de façon continue depuis 552. Les religieuses, des Augustines Hospitalières, se sont déplacées en 1965 à Saint-Benoît (86), en  l’Abbaye désormais nommée Sainte-Croix de la Cossonière.

Des guérisons sont attribuées à Ste Radegonde. Elle est l’un des rares saints à avoir été canonisé par la croyance populaire, peu de temps après sa mort.

C’est la Sainte patronne de Poitiers.

12 août  Sainte Jeanne de Chantal 1572-1641 

Elle reçoit une solide éducation selon le souhait de son père. Il la marie à Christophe de Rabutin, baron de Chantal.+ Elle aura 6 enfants. Elle est veuve à 29 ans. Elle ne se remarie pas et souhaite se mettre au service de Dieu. Pour cela, elle se met en quête d’un guide. Ce sera François de Sales alors évêque de Genève. Ils resteront en lien spirituel jusqu’à la mort de ce dernier et œuvreront de concert à l’établissement de l’ordre de la visitation que Jeanne de Chantal fondera en 1610 à Annecy. Un premier couvent s’ouvrira à Lyon en 1615. D’autres suivront bientôt. En 19 ans, elle en créera 87 dans toute l’Europe. L’ordre deviendra cloitré sur décision d’Urbain VIII. Il est consacré à la visite et aux soins des malades puis à la contemplation. Jeanne sera béatifiée en 1751 et canonisée en 1767.

11 août Sainte Claire d’Assise (1193-1253)

 

elle est indissociable de François d’Assise qu’elle rencontre vers 1210 alors qu’il prêche à Assise. Rapidement, elle se convertit à cette vie entièrement dédiée au Christ. D’autres jeunes filles vont se joindre à elle. Elles vont se nommer «  Les pauvres dames », la pauvreté ainsi que la simplicité étant la marque de leur ordre. La Règle des Clarisses est acceptée en 1253, le 9 août par le pape Innocent IV. Claire rend son âme à Dieu deux jours après. 

 

9 août Ste Thérèse Bénédicte de la Croix (1891-1942), Carmélite, martyre

Juive de Pologne, Edith Stein est née en 1891. Elle perd la foi à l’adolescence. Au moment de ses études, elle rencontre des chrétiens pieux, des juifs convertis, des saints par ses lectures.

Philosophe, elle est diplômée en 1915. C’est la guerre, elle fait une formation d’infirmière et travaille dans un hôpital militaire autrichien. 1917, sa thèse « Sur le problème de l’empathie » fait d’elle la 1ère femme docteur en philosophie d’Allemagne.

C’est la lecture de l’autobiographie de Ste Thérèse d’Avila qui l’amène au baptême en 1922.

Elle enseigne, donne des conférences, traduit Thomas d'Aquin.

1933, interdite d’enseignement parce qu’elle est juive, elle entre au Carmel de Cologne. Elle  prend l’habit en 1934 sous le nom de Soeur Thérèse-Bénédicte de la Croix. En 1938, elle rejoint le monastère des Carmélites de Echt, aux Pays-Bas. Elle y écrit son essai sur Jean de la Croix. Elle est arrêtée par la Gestapo avec d’autres juifs convertis.  Elle meurt à Auschwitz le 9 août 1942.

Béatifiée en 1987, elle est canonisée en 1998 par Jean Paul II. Elle est copatronne de l’Europe.

6 août   Transfiguration du Seigneur  (1er S.), Mt Thabor

 

La transfiguration du seigneur commémore un épisode de la vie du Christ : son changement d’apparence dans le but de révéler sa nature divine à trois de ces disciples. (Mat 17, 1-9)

« Jésus prit avec lui Pierre, Jacques, et Jean, son frère, et il les conduisit à l'écart sur une haute montagne (le Mont Thabor, près du lac de Tibériade). Il fut transfiguré devant eux  son visage resplendit comme le soleil, ses vêtements devinrent blancs comme la lumière »

 

5 août St Abel de Lobbes (✝ vers 750), Bénédictin, Archevêque

Saint Abel de Reims  Il est moine de l’abbaye de Lobbes du diocèse de Liège lorsque Pépin le Bref le nomme archevêque de Reims. Il occupera cette charge de 744  à 748. Il bénéficie d’une grande considération dans sa lutte contre les spoliations de biens de l’église et pour ses grandes vertus. Il démissionne de ce poste pour redevenir moine. Il prend la direction de l’abbaye de Lobbes. Il  oeuvrera jusqu’à sa mort vers 750 à évangéliser les contrées environnantes. Il meurt vers 750. Ses restes sont transportés à Binche où aujourd’hui encore l’on célèbre sa fête. Il est reconnu saint par les églises catholiques et orthodoxes.

4 août  St Jean Marie Vianney Le bien connu Curé d'Ars  (1786-1859), saint patron des curés depuis 1929

Jean Marie Vianney nait en pleine révolution et dans une famille paysanne. Il commence à aller à l’école à 17 ans. Il pâtira de ce retard scolaire en particulier lorsqu’il souhaitera devenir prêtre. Il a de réelles difficultés et il est renvoyé du séminaire. Mais sa vocation ne faiblit pas. Il est finalement ordonné le 13 août 1815 au grand Séminaire de Grenoble. Il est rapidement nommé à Ars sur Formans où il restera 41 ans. 230 foyers, pas plus. Et encore n’est-il pas curé mais  chapelain.  Très vite ses paroissiens sont conquis et il acquiert bien au-delà de cette commune, une grande réputation pour ses confessions, ses conseils et ses prêches mais aussi pour sa bonté, sa simplicité et sa gaieté.  Ce seront bientôt jusqu'à 100.000 pèlerins par an qui viendront vers lui.

Il dort peu, mange peu et donne le peu qu’il a. Il fut toute sa vie, dit-on, tourmenté par le grappin, comme il l’appelait, le diable. Mais il fit aussi des miracles. Il meurt à Ars le 4 août 1859 après une vie entièrement dévoué à sa tâche.

3 août  St Pierre Favre (1546), 1er prêtre de la Compagnie de Jésus 

Pierre Favre que l’on nomme aussi Pierre Faber est né en Hte Savoie, au hameau du Villaret à St Jean de Sixt. Ses parents, catholiques très pieux, l’élèvent dans la foi. Vers 7 ans, il connaissait par cœur le catéchisme et il l’enseignait à ses camarades, bergers comme lui.

 Ses succès à l’école de Thônes lui ouvrent les portes du Collège de La Roche-sur-Foron où il écrira un « Traité des sacrements » en écoutant les leçons de son maître. Il a la soif d’apprendre et va étudier à Paris. Au collège Montaigu, à deux pas de la Sorbonne, il loge avec François-Xavier de Jassi : en 1529, ils accueillent Ignace de Loyola et cette rencontre sera décisive. Ils seront les plus proches compagnons du fondateur des Jésuites.

Au contact d’Ignace, Pierre s’ouvre au discernement des esprits et il choisit de devenir prêtre alors que diverses « carrières » s’offrent à lui. Il fut le premier prêtre jésuite. 

 A Montmartre, dans la chapelle du Martyre, 7 compagnons prononcent leurs vœux en 1534 et c’est Pierre Favre, seul prêtre du groupe, qui célèbre la messe.

Devenu docteur en théologie, Pierre Favre suivra Ignace de Loyola à Rome. Bien que sollicité par le Légat du Pape, il habitera à l’hôpital, près des malades et des indigents. Il se consacrera à la prédication des Exercices spirituels d’Ignace. Au gré des missions confiées par le pape, Pierre parcourt l’Europe en pèlerin. Il sera envoyé en Allemagne où les Chrétiens se déchirent du fait de la Réforme.Pierre Favre arrive à Rome en 1546.

Il y mourra de fatigue après avoir fondé plusieurs collèges jésuites en Europe.

31 juil   Saint Ignace de Loyola 1491-1556 

Il nait au château de Loyola dans une famille de petite noblesse basque espagnole. Orphelin, il part à 15 ans à la cour du roi d’Aragon, Ferdinand le Catholique. Il y exercera diverses fonctions pendant 10 ans. Il sera ensuite soldat et sera blessé gravement lors du siège de Pampelune. Pendant sa convalescence, il lit des ouvrages religieux et dans un rêve, voit la vierge et l’enfant Jésus. Il se retire alors dans une grotte proche de l’abbaye bénédictine de Montserrat. C’est là qu’il comprend sa vocation. Il sera un homme de Dieu parmi les hommes. Il commence la rédaction des exercices spirituels. Au retour d’un pèlerinage en Terre Sainte. Il étudiera pendant plus de 10 ans. C’est à Montmartre qu’il fait avec quelques compagnons, vœu de pauvreté, de chasteté et d'obéissance et qu’il  fonde la "Compagnie de Jésus". Cette fondation sera validée par le pape Paul III en 1540. Inigo  sera le premier supérieur général de cet ordre de lettrés rigoureux et travailleurs. Il envoie ses compagnons au travers de l’Europe pour fonder des écoles et des séminaires. Il meurt le 31 juillet 1556 à Rome. La compagnie de Jésus compte alors plus de 1000 membres répartis dans 12 provinces, 72 résidences et 79 maisons et collèges. Béatifié en1609, il est canonisé en 1622.

 

29 juil  Sainte Marthe  (1er s.)

Elle fut une disciple du Christ qui aimait dit-on venir se reposer dans sa maison, à Béthanie, Elle est la patronne de tous ceux qui accueillent tant elle était elle-même hospitalière  pour sa famille et pour ses hôtes. Après la mort du Christ, elle s’installe en Provence avec son frère Lazare et sa sœur Marie de Béthanie. On la retrouve près de la ville de Tarascon. C’est elle, qui nous dit La légende Dorée, vainquit le monstre, la Tarasque qui terrifiait toute la région, par la simple présentation de la croix. Toute la population s’est ensuite convertie. Elle fut très révérée au Moyen-Age pour cette grande vertu de l’hospitalité, qualité très importante à l’époque. Cette femme travailleuse, active a servi aussi de  modèle aux souveraines du XIIIe siècle, en particulier à Jeanne de Constantinople, comtesse de Flandre et de Hainaut

26 juil  Saints Anne et Joachim (1er siècle)

 

La tradition, dès les premiers siècles, appellent les parents de la Vierge Marie, Joachim ("Dieu accorde") et Anne ("La Grâce "). Le culte de sainte Anne apparaît dès le VIe siècle dans certaines liturgies orientales et, au VIIIe siècle dans les liturgies d'Occident. Son culte est généralisé avant la fin du XIVe siècle. Ont-ils perçus la grâce réservée à leur fille, l’histoire ne le dit pas mais à leur manière discrète, ils participent au mystère de l'Incarnation. Consacrés protecteurs de tous les grands-parents du monde par Benoit XVI.

25 juil St Jacques le Majeur, Apôtre (V.5 Av. JC, 44) 

Jacques de Zébédée ou Jacques le Majeur est un juif de Galilée. Frère de St Jean l’Evangéliste, ils  sont pêcheurs sur le Lac de Tibériade. Ils laissent leur barque pour suivre Jésus.
Avec Pierre, ils sont témoins de la résurrection de la fille du chef de la synagogue, de la Transfiguration, de la prière au Mont des Oliviers. Après la Résurrection, il est dans le petit groupe qui voit Jésus au Lac de Tibériade et participe à la pêche miraculeuse.
Lors de la Pentecôte, il reçoit le Saint-Esprit sous la forme de langues de feu. Il prend alors son bâton et part évangéliser l’Occident. 
Jacques est l’un des premiers martyrs chrétiens. Hérode le fait arrêter, martyriser et le fait tuer. 
Son corps aurait été ramené en Espagne. Un ermite découvre sa sépulture en 831 après une révélation divine. Les autorités religieuses et laïques en admettent l’authenticité. Le culte de l’Apôtre  se développe et le pèlerinage de Compostelle connaît un grand succès. En 997, un chef musulman rase la ville et l’église.  La cité est reconstruite et le pèlerinage est de plus en plus populaire.  Il perdure encore aujourd’hui.
Dès le XIIème S., on représente Jacques en pèlerin, avec le bourdon, la besace, la calebasse, la cape et le chapeau orné d’une coquille Saint-Jacques.

22 juillet Ste Marie de Magdala, Marie-Madeleine 

 

Seule disciple femme de Jésus, Marie-Madeleine le suivra jusqu’à la fin de sa vie et fut témoin de tous les évènements qui la jalonnèrent. . Elle est la première à le rencontrer après la Résurrection. Jacques de Voragine raconte qu'après la mort du Christ, elle vint s’installer près de la Sainte-Baume en France.

Son tombeau se trouve à Saint-Maximin-la Sainte-Baume.

Elle est la patronne des cordiers. Elle est honorée aussi chez les orthodoxes.

20 juil  Ste Marina de Bithynie ou Marie, (VIII° siècle)

 

Marina vécut toute sa vie dans un monastère au Liban, sous l’identité d’un garçon pour être dans le même couvent que son père. Son secret ne se révéla qu’au moment de la toilette mortuaire .Tous deux se montraient d’une grande piété. Elle bénéficia de nombreuses visions.

Elle est  priée pour l’intercession et le salut des âmes.

En juillet                        

31 juil

St Ignace de Loyola (✝1556), Fondateur de la Compagnie de Jésus 

30 juil

Ste Juliette (✝303) Martyre en Cappadoce ;

St Pierre Chrysologue (✝451), Évêque de Ravenne, Docteur de l’Église

29 juil

Ste Marthe (1er S.) Disciple du Christ, sœur de Lazare 

28 juil

St Samson (✝565) Évêque de Dol

27 juil

Ste Nathalie et ses compagnons  (✝852) ;

St Siméon Stylite l’Ancien (✝459) Ascète en Syrie

26 juil 

Sts Anne et Joachim (1er S.) Mère et père de la Vierge Marie  

25 juil

St  Jacques le Majeur, Apôtre (V.5 Av. JC, 44);

St Christophe (3ème S.) Martyr en Lycie, St Patron des voyageurs

24 juil

Ste Christine (V. 300) martyre

23 juil

Ste Brigitte de Suède (✝1373)

22 juil

St Auban (✝v.304) premier martyre anglais

Ste Marie Madeleine (1er S.) Disciple du Christ .

21 juil  

St Laurent de Brindisi (✝1619) Capucin, Docteur de l’Église

20 juil

St Elie (✝9ème  S. Av JC) Prophète; St  Aurèle (✝430) Évêque de Carthage ;

Ste Marguerite (✝305) ;

Ste Marina de Bithynie ou Marie, (VIII° siècle) 

19 juil

Ste Macrine la Jeune (✝379);

St Arsène (✝449)

18 juil

St Frédéric (✝838) Évêque et martyr à Utrecht ;

Notre-Dame de Bonne Délivrance 

17 juil

 Bses Carmélites de Compiègne (✝1794) martyres.

16 juil

St Domnin d’Avrillé (Vendée, 3ème S.) ;

Sts Monulphe et Gondulphe, Évêques de Maastricht (6ème S.);

Notre–Dame du Mont Carmel (Terre Sainte).

15 juil

St Bonaventure (✝1274) Évêque, Docteur de l’Eglise.

14 juil

St Boniface de Savoie (✝1270) Chartreux, Évêque de Belley puis Archevêque de Canterbury.

13 juil

St Etienne le Sabaïte (✝794), ermite en Palestine ;

St Henri (✝1024), Henri II, Empereur Romain–Germanique ;

Bx Jacques de Voragine (1298) Frère Prêcheur

12 juil

St Juventiole (6ème S.) Moine de Condat, Jura 

11 juil

St Benoît (✝547) Benoît de Nursie, patriarche des moines d’Occident .

10 juil

St Ulric (✝1093) 

9 juil

Ste Everilde (7er S.) Abbesse ;

8 juil

Sts Aquila et Priscille (1er S.), convertis par St Paul à Corinthe ;

Bx Pierre l’Ermite (✝1115) Prédicateur itinérant ;

St Thibaut de Marly (✝1247), moine

7 juil

Ste Aubierge (✝695) Abbesse de Faremoutiers ;

St Raoul (Ralph Milner) (✝1591) martyr

6 juil

Ste Dominique (4ème S.) Vierge et martyre en Campanie ;

St Thomas More (✝1535) chancelier du roi Henri VIII d’Angleterre, martyr.

5 juil

St Antoine-Marie Zaccaria (✝1539) Fondateur des Barnabites 

4 juil

St Florent (4ème S.) Évêque de Cahors ;

Ste Elisabeth du Portugal (✝1336), Reine

3 juil

St Thomas (1er S.) Apôtre  .

2 juil

St Martinien  (1er S.) Martyr

1er juillet

St  Thierry (✝533) Abbé près de Reims

18 juil Notre Dame de Bonne Délivrance

 

La Vierge Noire de Paris autrement appelée « Vierge des âmes en peine » est honorée depuis le  XIe siècle à Saint-Étienne-des-Grès, sur la colline Sainte-Geneviève. Les grâces accordées aux fidèles y attirent un grand nombre de pèlerins. Jean Olivier, chanoine de Saint Étienne fonde la Confrérie de Notre Dame de Bonne Délivrance. En peu de temps, la Confrérie atteint 12000 membres. Elle disparait à la Révolution. Madame de Carignan Saint Maurice, qui vouait une grande dévotion à Notre Dame de Bonne Délivrance, achète la statue en 1791. Emprisonnée en 1793, elle se lie d’amitié avec la Supérieure Générale des Soeurs de Saint-Thomas de Villeneuve. Elles prient la Vierge de leur accorder de survivre à cette épreuve. Un an plus tard, elles sont libérées. Le 2 juillet 1806, la Vierge Noire est installée dans la chapelle des sœurs,  rue de Sèvres. Aujourd’hui, Notre Dame continue son œuvre de protection maternelle et son culte s’étend à travers le monde

16 juil  Notre Dame du Mont Carmel

 C’est au douzième siècle qu’un groupe d’hommes s’installent dans les grottes du Mont-Carmel (Terre Sainte) pour y vivre en ermites et prier Dieu.

Ils y construisent une chapelle dédiée à la Vierge Marie. En 1209, une règle monastique s’élabore avec la prière et la dévotion à Marie comme principe. Persécutés par les musulmans, ils se réfugient en Europe. Le Pape Urbain VI confirme en 1379, le titre, pour le Carmel, d' « Ordre de la Bienheureuse Marie, Mère de Dieu, Notre-Dame du Mont Carmel. »

En 1996, Jean Paul Deux, attestera que  « La dévotion à Notre-Dame du Mont Carmel est liée aux valeurs historiques et spirituelles de l'Ordre des Frères de la Bienheureuse Vierge Marie du Mont Carmel

15 juil   St Bonaventure (1274) Évêque, Docteur de l’Église

Né en Italie, il est fils de médecin. Il va étudier les Arts et Lettres à Paris. C’est à cette occasion qu’il entre chez les frères mineurs à 22 ans. Il prend le nom de Bonaventure. Elève intelligent et travailleur, il commence à enseigner en 1248. Il est nommé ministre général de l'Ordre des franciscains. Il œuvre à l’unité de l’ordre en Europe. En même temps il enseigne, prêche et écrit et accomplit sur l’ordre du Pape,  des missions diplomatiques. En 1273, le pape Grégoire X l’élève à la dignité de cardinal.  Il meurt à Lyon en 1274, où il avait organisé un concile. Il laisse l’une des œuvres spirituelles parmi les plus importantes. Il est fait docteur de l’église par Le Pape Sixte-Quint en 1587.

14 juil   Bx Boniface de Savoie (1206-1270)

Destiné à l’état ecclésiastique, il entre très jeune à la Grande Chartreuse. En1232, il est élu évêque de Belley. En 1239 il administre aussi l’évêché de Valence.

En 1242, le roi Henri III Plantagenet l’appelle pour occuper le siège épiscopal de Canterbury. Il y rétablit la discipline du clergé, et fait preuve d’indépendance malgré son lien de parenté avec le roi (sa nièce Eléonore est l’épouse du roi).

Il meurt en Savoie le 14 juillet. Il est enseveli à l’Abbaye d’Hautecombe, nécropole des comtes de Savoie. Des miracles eurent lieu sur son tombeau.

Le pape Grégoire XVI le béatifia en 1839.

 

13 juil Bx Jacques de Voragine 

(vers 1228-1298)

 

Jacques de Voragine est né à Varazze, près de Gênes.

A l’âge de 16 ans, il entre chez les Dominicains. Ses talents de prédicateur sont vite reconnus et il est nommé archevêque de Gênes en 1292 ; tâche qu’il accomplit avec un grand dévouement. Il laisse une oeuvre importante dont la Légende dorée : l’écriture de cet ouvrage s’étale sur près de 30 ans et relate les biographies de saints et martyrs.

Il est béatifié en 1816 par le pape Pie VII Il est fêté le 13 juillet.

 

12 juil  St Juventiole (460-524)

 

Viventiolus est moine de Condat (Saint Claude), abbaye dont l’école est réputée et dans laquelle il enseigne. Il est fait choisir évêque de Lyon en 514. Il assurera cette charge jusqu’ en 523.

Il participe au Concile d’Agaune en 516.

Auteur de la « Vie des Pères du Jura », il y relate les débuts du monachisme dans cette contrée avec les Saints burgondes Romain, Lupicin et Engende.

 

11 juil St Benoît (547)

Jeune noble de Nursie, en Ombrie, il se rend à Rome faire des études. Il quitte Rome qu’il juge trop tentatrice, car c’est « Dieu seul » qu’il cherche. Après avoir vécu en ermite dans une caverne de Subiaco, il organise la vie de  disciples en prieuré : c’est la naissance de la Règle Bénédictine. Dans la journée du moine le travail utile s’ajoutait à la prière, le nom de Benoît sera associé à l’idée de travail, d’où l’expression « travail de bénédictin » pour une tâche ayant demandé de la persévérance.

Benoît s’établit durant près de 20 ans au Mont Cassin, premier monastère Bénédictin au monde.

 Benoît est le Saint Patron de l’Europe : il est le fondateur du monachisme occidental. Sa vie et ses œuvres font partie des fondations de la civilisation et de la culture Occidentales.

Ses reliques sont à St Benoît sur Loire, avec celles de sa sœur Ste Scholastique fêtée le 10 février.       

8 juil   Saint Thibaut de Marly (1247)

 

De lignée royale et de la grande famille des Montmorency, il manifeste, dès son plus jeune âge, une grande dévotion à la Vierge Marie. Après avoir été militaire et avoir fréquenté la cour, il quitte le monde et entre chez les cisterciens. Il est nommé prieur en 1230. Il se signale par son dévouement, sa grande piété et par l’efficacité de ses prières.

Il reçoit la direction spirituelle des moniales de Port-Royal et de Notre-Dame-du-Trésor dans le Vexin. Il est appelé par Saint Louis à la cour.

Il meurt en 1247.

Son tombeau attire les pèlerins en foule. Il est canonisé en 1270. Ses reliques sont dans    l’église de Cernay-la-Ville.

6 juil   Saint Thomas More, (1478- 1535)

 

Il était un grand érudit et l’un des penseurs les plus importants du mouvement « Humaniste ».

A la fois chanoine, juriste, philosophe, il est aussi un théologien et un homme politique.

Henri VIII l’élève au titre de chancelier du royaume.

Il entre en conflit avec ce dernier concernant son divorce d’avec Catherine d’Aragon pour épouser Anne Boleyn. Pour ce faire, le roi rompt avec la papauté et crée sa propre église. Thomas More le désavoue et refuse de cautionner le schisme. Il sera emprisonné et décapité.

Il est béatifié par l’église catholique en 1886 et canonisé en 1935.

5 juil St Antoine-Marie Zaccaria (✝1539) Fondateur des Barnabites 

Né à Crémone, il est médecin à 22 ans. Il ne veut pas soigner seulement les corps, mais aussi les âmes. Il est ordonné prêtre en 1529. Il exerce la médecine dans les hôpitaux et les institutions qui accueillent les pauvres. 
En 1530, il se rend à Milan où il fonde la Congrégation des Clercs Réguliers de Saint-Paul. Il fonde aussi la branche féminine des Sœurs Angéliques de Saint-Paul et les Oblats de St Paul, pour les gens mariés. 
Il meurt à Guastalla (Emilie Romane). Il est enseveli à Crémone. Son corps incorrompu est transféré à Milan en 1566 où il est toujours.
A sa mort, la Congrégation s’établit à l’Eglise Saint Barnabé à Milan, d’où le nom des Barnabites. Ils se sont répandus dans toute l’Italie, en France (à Contamine sur Arve, 74, ils s’installent dans l’ancien couvent clunisien après la destruction d’une partie de l’église par les Bernois), en Autriche, en Suède et jusqu’en Chine et en Birmanie. 
Léon XIII rétablit le culte d’Antoine-Marie Zaccaria en 1890, il sera canonisé quelques années plus tard.

3 juil  St Thomas (1erS.) 

Il est, comme d’autres disciples, pêcheur sur le lac de Tibériade et choisi par le Christ. Il est connu pour son scepticisme. Il ne croit que ce qu’il voit, ce à quoi le Christ lui répond : « Heureux ceux qui croient sans avoir vu ». Avec Saint Barthélemy, il part évangéliser la Syrie, la Mésopotamie et la Thrace. Il va jusqu’au Kérala. C’est vers l’an 79, qu’il est tué par un prêtre païen, jaloux de ses miracles. Il est enseveli à Mylapore. Ses reliques furent transportées en 232 à Urfa en Turquie. Pour d’autres, elles sont à Ortona dans les Abruzzes à la basilique San Tommaso Apostolo.

Il est le patron des architectes

30 juin  St Martial (3ème S.) Évêque de Limoges

 

L’un des sept évêques envoyés de Rome vers 250 pour évangéliser la Gaule. Fondateur de l’Eglise d’Aquitaine, plusieurs communes portent son nom.  

Sur son tombeau, une abbaye bénédictine est construite en 848, l’Abbaye Saint Martial. C’est une étape du pèlerinage vers Saint Jacques de Compostelle.

Saint Martial est invoqué en 994 à l’occasion du mal des ardents ; son culte se poursuit aujourd’hui. Des ostensions ont lieu à Limoges tous les sept ans.

 

Le Christ remettant les clés à Saint Pierre, IVèmeS. photo ©  Oïkos Kaï Bios

29 juin St Pierre (vers 0 – 64)

L’Apôtre Pierre se nomme d’abord Simon, Jésus lui donnera le nom de Simon Pierre.
Pêcheur sur le Lac de Tibériade, avec son frère André, ils décident de suivre Jésus.
Pierre a assisté à plusieurs miracles de Jésus (la Marche sur les Eaux, la guérison de la femme qui touche son vêtement ...) ou à des moments importants de la vie du Christ : la Transfiguration, l’arrestation et le procès, puis la Passion. 
Parce que Pierre déclare à Jésus « Tu es le Christ, le Fils du Dieu vivant », le Christ répond  « Et moi, je te dis que tu es Pierre, et que sur cette pierre j'édifierai mon Eglise ».

Pierre s’entend dire aussi « A toi je donnerai les clés du royaume des cieux ». 
En 64, Pierre est crucifié la tête en bas dans le cirque de Caligula (à peu près l’actuel Vatican). Le tombeau de Pierre est situé sous Saint-Pierre. La 1ère Basilique décidée par l’Empereur Constantin a été organisée autour de sa tombe, lieu où il fut très vite vénéré (l’endroit fut confirmé à la suite de fouilles réalisées dès 1939 à la demande de Pie XII).
St Pierre est souvent représenté avec des clés et parfois en crucifié.

 

28 juin  St Irénée de Lyon  (✝v.201) Évêque et martyr

Irénée, dont le nom signifie « le pacifique »  est né  à Smyrne (Asie Mineure) vers 135-140 dans une famille grecque chrétienne. Il va à l’école de l’Évêque Polycarpe qui fut disciple de l’Apôtre Jean. 
Arrivé dans la capitale des Gaules (Lyon) vers 175, il est prêtre et évangélise aux côtés de St Pothin responsable d’une communauté de chrétiens. En 177, il porte une lettre de cette Communauté au pape, il échappe à la persécution de Marc-Aurèle où 48  martyrs meurent, dont Pothin. 
A son retour de Rome, il est élu Evêque de la ville.
Il est très attaché au rôle de missionnaire. Pour lui, le véritable Evangile est celui qui est transmis par les évêques qui, eux, l’ont reçu des Apôtres de façon ininterrom-pue.
A cette époque, les gnostiques nient l’Incarnation du Fils de Dieu et ils mettent en péril la chrétienté. Ils considèrent que la foi enseignée dans l’Eglise est destinée aux personnes simples. Seuls les initiés, les intellectuels auraient compris ce qui se cache derrière les symboles. Irénée étudie leur doctrine. Il écrit cinq livres « Contre les hérésies » et « l’Exposition de la prédication apostolique », le plus ancien catéchisme. 
Il est l’un des premiers grands théologiens de l’Eglise d’Occident.

 25 juin St Jean d’Espagne

Né vers 1123 en Espagne, à 13 ans, il quitte sa famille pour aller en France et il choisit la vie monastique. Il entre à la Chartreuse de Montrieu (dans le Var, à 20 km de la Sainte Baume).  Reconnu pour ses qualités intellectuelles et spirituelles, il y est élu Prieur en 1146. Il est sollicité par les religieuses du monastère de Prébayon pour écrire leurs Constitutions. Ces religieuses seront admises dans l’Ordre des Chartreux, ce qu’approuveront les papes Eugène III et Alexandre III.

Il développe les cultures (vignes, oliviers, céréales et prairies), mais ce moine novateur suscite les jalousies d’un seigneur et il doit partir. Il sera accueilli à la Grande Chartreuse. Aymon de Faucigny, attaché aux Chartreux, lui offre de s’installer dans la vallée de Béol, en Haute Savoie. En 1151, il y fonde avec ses compagnons la Chartreuse du Reposoir.

Pour avoir fait ensevelir près du Monastère deux gardiens de troupeaux morts sous une avalanche, il sera vénéré des montagnards.

Jean est saint par le culte populaire, Pie IX le proclame Bienheureux en 1864.

24 juin  Nativité de St Jean-Baptiste (1er S.)

Après avoir mené une vie d’ascèse dans le désert en compagnie des Esséniens, Jean-Baptiste prophétisa la venue de Jésus de Nazareth. Il l’a baptisé sur les bords du Jourdain et l’a désigné comme l’Agneau de Dieu.

Jea-Baptiste, qui avait instauré le baptême dans l’eau et qui inquiétait le pouvoir romain par ses nombreuses conversions à la foi chrétienne, a reproché au roi Hérode Antipas son mariage avec Hérodiade, sa belle-sœur; Jean-Baptiste est emprisonné pour ce motif, puis il sera décapité.

Jean Baptiste est le seul saint dont on fête la naissance car elle fut sanctifiée dès la visite de la Vierge à sa mère Elisabeth : « L’enfant tressaillit dans son sein et Elisabeth fut remplie de l’Esprit Saint ».

Sa fête est l’une des plus anciennes du calendrier, sa célébration est constatée dès le milieu du IVème  siècle. Il est représenté vêtu d’une peau de bête.

Référence :

l’Évangile de Luc relate la naissance de St Jean Baptiste, au chapitre I, versets 39 à 80.

21 juin St Louis de Gonzague (1568-1591) Jésuite.

21 juin

St Louis de Gonzague (1568-1591) Jésuite.

Né dans la République de Venise, il est page à la Cour de Florence à 9 ans, puis, à la Cour de Madrid à 13 ans.

IL décide de devenir jésuite. A 17 ans, il est novice à Rome, à Saint-André du Quirinal.

Il étudie la philosophie et la théologie.                  

C’est lors d’un voyage à Mantoue qu'il est reçu à la Maison des Jésuites de Milan. A cet endroit, sa  mort prochaine lui est révélée.

Il meurt de la peste à 23 ans lors de la grande épidémie de 1591.

Son 1er miracle après sa mort est la guérison de sa mère à laquelle il apparait.

Il est béatifié en 1604 par le pape Clément VII et canonisé en 1726 par Benoît XII.

En 1925, il est déclaré par Pie XI Patron Céleste de toute la jeunesse Chrétienne.

 

photo © Patricia Faure

En juin

30 juin

St Martial (✝3ème S.) Évêque de Limoges ....lire en page d'accueil

29 juin

St Pierre et St Paul (✝1er S.) Apôtres, St Pierre a été le 1er Pape.

28 juin

St Argimir  (✝856), martyr à Cordoue

27 juin  

St Cyrille d’Alexandrie (✝444) Père et Docteur de l’Église ;

St Irénée de Lyon (✝v.201) Évêque et martyr ;

St Didier d’Autun (✝579)

26 juin

St  Maixent d’Agde (✝515) Abbé en Poitou ;

St Anthelme de Chignin  (✝1178) 
Évêque de Belley 

25 juin  

Ste Thècle (St Jean de Maurienne) ;

St Jean d’Espagne (✝1160) Moine fondateur de la branche féminine de l’ordre cartusien, puis de la Chartreuse du Reposoir (74).

24 juin

Nativité de St Jean-Baptiste

(1er S.)

23 juin

Ste Etheldrede (✝679) Abbesse, fondatrice d’Ely, Angleterre 

22 juin

St Auban (✝v.304) premier martyr anglais;

St Paulin de Nole (✝431), évêque 

21 juin

St Louis de Gonzague (✝1591) Jésuite, Mantoue 

20 juin

Ste Gemme (✝ 109) martyre portugaise venue en Aquitaine

19 juin

Ste Hildemarque (✝v.686) abbesse à Fécamp ;

Sts Gervais et Protais (2ème S.) martyrs à Milan.

18 juin

St Léonce de Tripoli (4ème S.), Liban (Phénicie) ;

St Guy de Baume (✝v.940) abbé de Baume-les-Messieurs (39) ;

St Fortunat  (✝609)

17 juin

St Hervé (✝568) Abbé en Bretagne

16 juin

St Jean François Régis (✝1640) Jésuite-apôtre du Vivarais

15 juin

St Augustin, Évêque d’Hippone (✝430) Docteur de l’Eglise ;

St Guy (✝303), Martyr

14 juin

St Elisé (9ème  S. av. JC) disciple et successeur du prophète Elie 

13 juin

St Antoine de Padoue (✝1231) Frère Mineur, Docteur de l’Eglise

12 juin

St Onuphre (✝400) Anachorète en Egypte, patron des tisserands

11 juin St Barnabé (✝1er S.) Disciple et compagnon de St Paul, Apôtre

10 juin;

St Landry (✝1050), moine, Hte Maurienne ;

St Landry (✝656) Évêque de Paris, fondateur de l’Hôtel-Dieu

9 juin

St Ephrem le Syrien (✝373) Diacre et Docteur de l’Eglise

8 juin

St Médard (✝560) Évêque de Noyon

7 juin

St Gilbert (✝1152) Religieux prémontré

6 juin

St Claude (✝699) Évêque du Jura 

5 juin

St Boniface (✝754) Apôtre des Germains, Archevêque de Mayence

4 juin

Ste Clotilde (✝545) Reine des Francs 

3 juin

St Kévin (✝618) Abbé de Glendalough, près de Dublin

2 juin

Ste Blandine et St Pothin (✝177) martyrs à Lyon

1er juin

St Justin, Philosophe et martyr (✝165) Rome, Père de l’Eglise.

19 juin  Sts Gervais et Protais (2ème S.)  

martyrs à Milan ,

Ils sont fils jumeaux de St Vital de Ravenne et de  Bienheureuse Valérie de Milan. Ils donnent leurs biens aux pauvres et rejoignent Saint Nazaire de Milan à Embrun.
Les soldats de Néron les emmènent à Milan. Le général Astase leur demande de sacrifier aux idoles pour assurer sa victoire contre les Marcomans, peuple germanique de Moravie souvent opposé aux Romains. Ils refusent d’abjurer leur foi. Gervais ajoute que seul Dieu peut lui donner la victoire. Il est alors fouetté à mort. Protais refuse à nouveau, il est torturé puis décapité en 57.
Philippe, un autre chrétien, fait ensevelir leurs corps sous sa maison. Il place dans le cercueil le récit de leur vie et de leur martyre. 
Au IVème siècle, Ambroise de Milan a une vision de deux jeunes gens vêtus d’une tunique blanche qui prient avec lui. Peu après, à l’aube, Saint Ambroise revoit les jeunes gens en compagnie de Saint Paul. Ce dernier lui indique le lieu où sont leurs corps. Les corps incorrompus y sont retrouvés. Il en émane une odeur suave. Le récit de leur vie est auprès de leur tête. 
En 386, Ambroise, alors évêque de Milan, fait transférer les corps dans la Basilique Saint Ambroise.
Plusieurs miracles eurent lieu près de leurs reliques.
Près de 50 églises leur sont dédiées en France. Un arbre, l’orme, leur est parfois consacré. Il est alors planté devant l’église, comme à Paris ou à Gisors. 

18 juin  St Fortunat  (609),

 Venance Fortunat est né vers 530 en Vénétie. Il étudie le droit et l’éloquence à Ravenne. Vers 565, ce brillant poète est envoyé en Gaule comme agent impérial. De Metz, où Sigebert vient d’épouser Brunehaut, il accompagne les souverains à Reims, Cologne, Trèves....

Souffrant d’une ophtalmie, il attribue sa guérison à Saint Martin et va se recueillir sur son tombeau à Poitiers. Il y rencontre Radegonde, fondatrice du Monastère Sainte-Croix dont il deviendra le Chapelain et l’ami. Il sera prêtre en 574 et consacré Evêque de Poitiers vers 600.

Il est connu pour ses nombreux écrits et il meurt en 609.

 

16 juin Saint Jean François Régis (1597 -1640)

Jean François entre très tôt dans la Compagnie de Jésus (19 ans). Il est envoyé au Puy où il se consacre à la prédication. Il est considéré comme l’un des plus grands prédicateurs du XVIIe siècle. « Ce marcheur de Dieu » parcourt le Velay, le Vivarais et le Forez, pour ramener dans le giron de l’Eglise les chrétiens convertis au protestantisme. Il travaille à cette tâche sans relâche pendant sa courte vie. Celui qui fut appelé «  le père des pauvres » meurt épuisé de fatigue et de froid au cours d'une mission au bourg de La Louvesc dans le Massif Central.  Cet homme modeste a accompli de nombreux miracles de son vivant. Il est proclamé Bienheureux par Clément XII. Il est canonisé en 1737. Sa tombe est encore aujourd’hui l’objet d’un culte.

15 juin  St Guy (✝303), Martyr sous Dioclétien

Son père est sicilien et païen. Sa nourrice Crescence et son précepteur Modeste le font baptiser à l’insu de son père. Guy tente de convertir le fils du gouverneur romain ; il échoue. Il sera martyrisé par après avec Crescence et Modeste. Leurs reliques sont dans l’église Sainte-Marie du Rosaire à Venise. Au IXème Siècle, des bénédictins en ont transporté une partie à Saint-Denis et en Westphalie.
Saint Guy est vénéré dans le Nord de la France et en Belgique.
Au XIVème Siècle, il est invoqué lors d’une épidémie et des guérisons eurent lieu. 

11 juin St Barnabé (✝1er S.) Disciple et compagnon de St Paul, Apôtre 

Il nait à Chypre dans une famille juive sous le prénom de Joseph. Il est le cousin de Marc l’Evangé-liste. Comme le voulaient les règles de l’Eglise Primitive, il vend  un champ et offre l’argent aux Apôtres. Ceux-ci le nomme-ront Barnabé,

ce qui signifie « fils de consola-tion ». 
Barnabé présentera Paul aux Apôtres après sa conversion.
Il part avec Paul et Marc évangéliser les païens qui accueillent avec joie la Parole du Christ.
Il ne fut pas l’un des douze, cependant il a le nom d’Apôtre comme Saint Paul. Ils ont une part importante dans la fondation du Christianisme.
Son tombeau situé à Chypre est découvert au Vème S. Il contenait un exemplaire de l’Evangile de Matthieu. A proximité de là se situe le Monastère Saint Barnabé. 
« Le loup ne s’attaque d’abord au pasteur que pour se jeter ensuite sur le troupeau. Soyez fermes dans la

foi», paroles du Christ rappelées par Barnabé au moment de sa capture par les juifs de Salamine. 

10 juin  Saint Landry (656) Évêque de Paris,

 

Officier à la Chancellerie Royale sous Clovis II, vers 650, il est évêque de Paris.

En 651 sévit une famine : Landry vend tous ses biens, et même des objets liturgiques pour les plus démunis.

Aidé par des moniales, afin d’éviter les épidémies, il regroupe les malades pour les soigner plus efficacement et éviter que le mal ne se propage. En ce lieu, à côté de Notre-Dame de Paris, appelé d’abord Hôpital St Christophe, s’élèvera l’Hôtel-Dieu de Paris.

Avec 23 autres évêques, Il fonde en 653, au Concile de Clichy, l’Abbaye bénédictine de Saint-Denis. Il construit l’église de St Germain l’Auxerrois, paroisse des rois de France  au VIIème Siècle.

Il meurt en 656, de nombreux miracles eurent lieu à l’attouchement de son suaire.

8 juin St Médard (456-560) Évêque de Noyon

Médard est né à Salency en Vermandois (Picardie). Il est le fils d’un franc de la Cour de Childéric 1er et de Protagie, noble gallo-romaine qui a converti son futur époux au christianisme. 
Médard est très tôt sensible aux plus pauvres. Il donne ses habits neufs à un mendiant. A 10 ans, il donne le cheval dont son père lui avait confié la garde à un pauvre paysan qui n’avait pas le sou et qui venait de perdre le sien. Quand son père vient récupérer le cheval, malgré une forte averse, Médard reste sec. Le père comprend que son geste était approuvé par Dieu et il laisse l’animal.
Médard est fait prêtre en 489. Avec son frère prêtre lui aussi, il assiste Saint Rémi lors du baptême de Clovis en 496. Vers 530, il est nommé évêque à la demande des habitants. En 531, il s’installe à Noyon où le siège épiscopal a été transféré par suite des invasions barbares.  En 532, il est évêque de Tournai, auquel Noyon est alors rattaché. Il y convertit de nombreux païens et consacre Radegonde dans ses vœux perpétuels.  Il meurt en 560. Ses reliques sont dans l’Abbaye St Médard de Soissons et à Paris dans l’église St Médard. 
58 communes portent son nom. Il est invoqué pour et contre la pluie, pour le bon déroulement des moissons. Il est prétendu, aussi, soulager les maux de dents.

6 juin   Saint Claude  ( 699)

 

Né à Salins dans une famille gallo-romaine, il est d’abord militaire.

Il devient moine à Condat dans le Jura. Il sera bientôt élu évêque de Besançon. Il quitta cet état pour vivre dans la solitude à  l’abbaye de Saint-Oyend-de-Joux qu’il administrera  pendant près de 50 ans.

Il a contri