Oïkos Kaï Bios Patrimoine Nature et Vie

Oïkos Kaï Bios en balade

  Première réunion du conseil local de développement (CLD)

Ce jeudi 17 mai, notre présidente est allée à la première réunion du CLD. Oikos kai Bios est membre de ce comité. Lancé par Annemasse Agglo, il est un organe de consultation de la population, selon le principe de la démocratie participative. Ce conseil est ouvert aux membres issus de la société civile (habitants, représentants associatifs, acteurs locaux…). Ce groupe sera consulté sur les orientations majeures des politiques publiques locales. Il pourra aussi faire des propositions. Les projets à discuter porteront sur l’aménagement du territoire, l’urbanisme, la mobilité ….Les membres du conseil rencontreront alors des élus et des experts, pourront faire des visites sur le terrain, se réuniront en groupes de travail…pour au final rendre un avis. L’idée est de renforcer le débat public, de contribuer à la dynamique du territoire dans un souci de cohérence et de cohésion sociale,  Cette première session fut l’occasion de faire connaissance entre participants. Un exposé de son fonctionnement a été présenté par Jean-Marc Borredon, directeur du service « Communication ». Les membres présents ont insisté sur le fait que ces réunions doivent être efficaces de façon à ce que les propositions faites soient réellement prises en compte. Trois co-présidents qui représentent le conseil de développement seront élus par les membres du conseil le 13 juin. Un groupe est déjà en place, 6 volontaires vont plancher sur le Règlement Intérieur du conseil.

Les maires présents, Monsieur Christian Dupessey (maire d’Annemasse et Président d’Annemasse-Agglo), Monsieur   Guillaume Mathelier (maire d’Ambilly), Monsieur Gabriel Doublet (maire de Saint-Cergues), Monsieur Denis Maire (maire de Juvigny) et Monsieur Jacques Bouvard (maire de Machilly) se sont félicités de cette initiative.

                                                                                                                   Patricia Faure

                               Jardiner en ville et ensemble

Ce vendredi 18 mai, en fin d’après-midi, Oikos en délégation est allé au Perrier, devant la Maison Nelson Mandela, à une réunion publique sur le jardinage en ville. Transformez la ville en jardin potager : une idée à la fois poétique et écologique car le bio est de rigueur. Pas d’engrais, récupération de l’eau de pluie, utilisation de matériaux recyclable. Après autorisation, l’on peut faire pousser sur un petit espace ( le pied d’un arbre, une bordure d’immeuble, une jardinière…) quelques légumes, des fruits, des fleurs, des aromates…..Des micro-jardins pour se rencontrer, échanger avec l’aide de jardiniers-conseils venant de divers associations. Le permis vous sera délivré pour un an renouvelable.

Renseignements : Service jeunesse et politique de la ville.  04 50 95 57 75   Politique.ville[at]annemasse.fr  (remplacer [at] par @ )                Patricia Faure

                                                             LE TRAM 17 

Si nous affectionnons les sorties qui nous mènent parfois en Chablais (Cervens, voir ci-dessous) ou de l’autre côté de la frontière pour défendre la cause animale, nos pérégrinations sont parfois plus prosaïques. Ce 6 mars, nous étions à Ambilly où élus et responsables du chantier faisaient le point sur les travaux du tram.

 

Le découpage en tranches pour laisser un peu de respiration, les ronds-points gérés par des feux tricolores, déjà en place à l’entrée de la rue du Parc ainsi que les travaux de voirie à venir : les différentes couches de granulats, d’enrobés ont été dévoilées.

                                                                             

L’article du Dauphiné libéré du 3 mars «Une organisation pour décrocher les fonds bernois » gâchait un peu le tableau idyllique, Monsieur Boucher n’a pu faire l’économie d’évoquer les mauvaises nouvelles venues de Berne. Le financement de la 2ème tranche est compromis (rue du Parc – lycée des Glières). C’est une question de cotation. Néanmoins, a-t-il conclu, « si la situation n’est pas confortable, elle est loin d’être désespérée ».

Pour information, il manque 9 millions d’euros, sur un coût total de 85 millions d’euros.

C’est un coût pour la collectivité, reconnaît Monsieur Mathelier. Lors du dernier Conseil Communautaire, il n’a d’ailleurs pas molli quand il était question d’augmenter les impôts : « Le niveau de vie sur notre agglo est assez élevé pour que certains paient plus d’impôt, il ne faut pas hésiter à faire peser une partie de nos investissements sur les classes plutôt favorisées ...» (Le Dauphiné Libéré du 2 mars 2018). Tout un chacun qui se lève dès potron-minet pour 40 heures et plus appréciera !

Tout comme le porte-monnaie des contribuables, celui des commerçants de la rue de Genève souffre, ils affichent une baisse de 30 à 50 % du chiffre d’affaires.


Nous n’oublions pas la nature. Lors de notre contribution à l’enquête publique en septembre 2013 *, nous notions  « 195 arbres seront supprimés, 25 conservés, 234 seront plantés ».

 

Le public a soulevé le problème du détournement du Foron.

En fait, il a été dévié pour le passage du Ceva, ce que nous avions déploré lors de l’enquête publique * en 2012. Outre les grands arbres sacrifiés, le lit des rivières a toujours intérêt à être préservé car le Foron est connu pour ses colères et ses débordements.

 

 

 

 

 


Enfin, les anciens bus serviront encore ; d’autres zones non desservies auront peut-être leur ligne, il y a aussi un projet de création d’une ligne BHNS (Bus à Haut Niveau de Service) vers Bonne, voire jusqu’au CHAL(Centre Hospitalier) de Findrol.

 

* les PDF sont disponibles en page "nos actions, leurs bilans"

Pour en savoir plus sur le tram  http://www.tram-annemasse-geneve.fr/



 

Rénovation de l’église Saints Pierre et Paul de Vétraz-Monthoux

Ce vendredi 17 novembre 2017 nous étions conviés à une visite du chantier de l’église Saints Pierre et Paul  à Vétraz-Monthoux. Il faisait froid mais un bon café nous attendait. Cet édifice souffrait d’un problème de structure, occasionné par le tassement d’une partie du terrain. Les élus et acteurs de cette rénovation, ont beaucoup insisté sur la nécessité de conserver ce patrimoine religieux en contrepoint des nombreuses déprédations commises sur les églises de France. « Une église est le fanal d’une commune » comme le dira l’un des participants. De nombreux artisans participent à ces travaux : maçons, charpentiers, maîtres verriers……..La fin est prévue pour le mois de mai 2018.

Jean Claude Carle, sénateur de Haute Savoie, Madame Duby-Muller, députée et Jean Paul Bosland maire de Gaillard et conseiller régional entouraient Michelle Amoudruz, maire de Vétraz-Monthoux.

Rappelons que cet édifice est totalement reconstruit en 1801 sur les bases de l’ancienne église datant du Moyen-âge. Une église particulièrement fréquentée et à laquelle les riverains sont très attachés. Restaurée, elle fera partie du circuit du patrimoine religieux sarde.

La souscription est toujours ouverte, à cette adresse  

                              Patricia Faure

 

 

En Irlande, l’on boit de la Guiness

et l’on aime les animaux

A partir du premier janvier 2018, L’utilisation d’animaux sauvages dans les cirques sera interdite en Irlande. Cette décision vient renforcer la législation sur la santé et le bien-être animal de 2013. Cette loi instaurait qu’aucune bête ne devait subir ni blessure, ni maladie et n’être soumise ni au stress ni à la peur.

Tout contrevenant à cette nouvelle disposition est susceptible d’encourir une peine allant jusqu’à 250.000 euros d'amende et 5 ans d'emprisonnement.

Cette décision a été motivée par le nombre croissant de communes refusant des cirques avec animaux. L'Irlande rejoint ainsi les 41 pays qui ont déjà banni l'usage d'animaux sauvages dans les cirques, dont 19 en Europe, comme l'Autriche, les Pays-Bas et la Belgique. Pour quand une telle décision en France ?

                                                                              Patricia Faure

La propreté en ville,

un devoir civique et écologique

Marie et moi, nous nous sommes rendues au forum sur la propreté à MLK, mardi 26 septembre 2017. Dire que le problème de la propreté en ville n’est pas simple est un euphémisme. Chacun doit y mettre du sien. Moins de déchets sur les trottoirs et plus de papiers mis dans les corbeilles (elles sont au nombre de 500 à Annemasse), un peu plus de bienveillance les uns pour les autres et ce sont moins de machines gourmandes en carburants ou en électricité qui seront utilisées. Nous y avons appris qu’en 2018, la ville va mettre en place une brigade propreté qui aura le rôle de sensibiliser et de verbaliser. Une autre bonne nouvelle écologico-poétique : le semis de graines de fleurs dans de petits endroits comme les pieds des arbres, les bordures de muret …….La population est invitée à ce tendre jardinage. A voir, nous l’espérons,  au printemps prochain.

                                           

                                                                Patricia Faure

Photo © Patricia Faure

Et si nous vivions nos dernières décennies ?

Oïkos Kaï Bios est allé assister le mercredi 19 juillet, au parc Montessuit à la séance de cinéma en plein air. « Demain », un film de Cyril Dion et Mélanie Laurent y était projeté. Le thème : dans la suite d’une étude faite par des scientifiques, l’humanité pourrait disparaître dans les décennies qui viennent, à cause de l’effondrement des écosystèmes. Six compagnons partent autour du monde pour voir et filmer les solutions trouvées à cette catastrophe prévisible depuis de nombreuses années. Partout des hommes et des femmes de bonne volonté, individuellement, avec leur entourage, leurs amis, inventent des solutions face à un système politico-économique uniquement occupé de la recherche du profit. Pierre Rabhi répètera une fois de plus dans ce reportage, que la croissance que l’on nous prône comme une solution est en fait le problème. Le film démontrent sans difficulté combien l’agriculture industrielle, détruit l’environnement et nous empoisonne mais aussi qu’il est possible de cultiver sans nuire et avec un bien meilleur rendement. Tous les autres secteurs sont passés en revue : l’habitat, les énergies renouvelables, l’éducation, le recyclage…..  avec la mise en place de solutions humaines et préservatrices de la planète. Les démarches proposées sont connues mais encore trop peu mise en œuvres pour contrebalancer les effets de la pollution : développer les énergies renouvelables, pratiquer la culture bio et consommer peu ou pas de viande, s’approvisionner le plus possible localement et dans les commerces indépendants, avoir recours aux banques solidaires, devenir des pros de la récupération, faire la transition de l’économie à l’écolonomie.

Pour plus d’informations sur les actions à entreprendre et pour trouver le film: https://www.demain-lefilm.com/apres-demain

Pierre Rabhi «  Vers la sobriété heureuse » et bien d’autres.

                                                                                                                     Patricia Faure

Maltraitance à l’encontre d’un troupeau de vaches chez un éleveur de la région

Oïkos kaï bios s’est rendu Samedi 29 avril 2017 à Cervens pour participer à une manifestation dont elle a appris l’existence, hélas, tout à fait par hasard. Une trentaine de personnes s’était déplacée pour protester contre ces actes qui perdurent depuis de nombreuses années. Malgré les diverses interventions d’Animaux Secours, rien ne change. Cette manifestation à l’initiative de  Maxime Gaconnet, administrateur d’Animaux Secours, a conduit le groupe vers la ferme incriminée. Les bêtes sont abandonnées sans soins lorsqu’elles sont blessées, elles sont maltraitées aux dires de nombreux témoins. Certaines ont été retrouvées mortes dans le bois du coin. Les accouchements des veaux sont pratiqués de manière barbare : le veau est tiré hors de la mère à l’aide d’un tracteur. D’autres actes cruels nous ont été rapportés. Un éleveur semble- t-il intouchable qui n’aurait pas l’argent nécessaire pour s’occuper comme il se doit de son troupeau et qui néanmoins renouvèle son cheptel. Les manifestants demandent aux services de l’état de mettre à l’abri ces animaux, victimes de malveillance. 

Il appartient à chacun d’entre nous d’être vigilants pour les maltraitances à l’égard des animaux, quel qu’ils soient, d’en informer les services compétents et de signer les pétitions qui demandent le changement des lois dans le but d’adoucir leur sort.

 

                                                                                        Patricia Faure

photo © Patricia Faure

© Oïkos Kaï Bios 2007-2018